Comment j’ai détesté les maths – Le film

Stéphanie en noir
Florian en rouge

Dimanche dernier (le 7 décembre donc), nous sommes allés au cinéma pour découvrir le film Comment j’ai détesté les maths. La salle était bien remplie, pas pleine mais bien remplie. On avait hâte de le voir ce film, hâte de découvrir quelle vision des mathématiques allait être véhiculée. Attention, les lumières s’éteignent : ça commence…

Les mathématiques financières

Je vais commencer de suite avec ce que j’ai trouvé un peu longuet et très moyen pour garder le meilleur pour la suite. Toute la dernière partie sur les mathématiques financières méritait certes d’être abordée en tant que sujet d’actualité, mais était-ce vraiment nécessaire de s’étaler autant ? Je ne suis pas sûre… J’avais hâte que cela se finisse.

J’ajouterai que, comme tout le monde le sait, les statistiques et les mathématiques financières ne sont pas des maths1 !

Enseigner les mathématiques

J’avoue que je venais surtout pour en découvrir plus sur l’apprentissage des mathématiques. Là-dessus, aucune déception ! J’ai adoré les points de vue de chaque intervenant. J’aurais même souhaité que ce sujet soit plus largement traité mais c’était déjà fort instructif. J’aurais adoré avoir un professeur comme François Sauvageot, un papa pique et coud, qui joue avec les matières et les vêtements pour amener ses étudiants à découvrir le monde des mathématiques. L’idée que les mathématiques soient aussi mal enseignées et/ou mal comprises ne me surprend pas. Quand on voit l’évolution de la définition d’une droite, autant dire que tout cela a complètement dérivé et je compatis à la douleur des élèves : s’en est presque absurde pour ne pas dire grotesque. Et moi qui pensais que les mathématiques étaient la science de l’exactitude et de la simplicité… Me serais-je fourvoyée ? Ah, on les a voulu les ingénieurs, les surdoués en maths ! On en a fait des réformes de ceci et de cela qui ont finit par perdre les élèves autant que les enseignants. Au final de quoi, les mathématiques se retrouvent mal aimées parce que incomprises pour ne pas dire incompréhensibles. Elles me rappellent ces livres indigestes : pas besoin d’écrire des mathématiques pour produire un discours obscure…

On en vient à redécouvrir que les maths découlent de problèmes réels comme si cela n’avait pas été le cas dès le départ, comme si cela n’avait été que purement abstrait depuis toujours alors que c’est tout l’inverse.

Quoiqu’il en soit, ils sont nombreux ces enseignants qui réfléchissent sur les (meilleures) façons d’aborder les mathématiques. C’était très instructif et très amusant. Là, j’ai redécouvert l’aspect ludique des mathématiques qui me plaisait tant quand j’étais enfant. Parce que les mathématiques, c’est un peu ça quand même : un énigme, un problème à résoudre.

C’est quelque chose dont je me rends bien compte lorsque j’encadre des stages hippocampes. Les lycéens et les collégiens changent alors de regard sur les mathématiques parce que pendant ces trois jours intensifs, c’est un tout autre rapport qui s’établit entre eux, les maths et les professeurs. Un problème ouvert leur est donné et non un simple exercice. Les élèves, répartis en groupe de trois à cinq personnes, sont amenés à réfléchir par eux-mêmes à ce problème. Ils ne sont pas notés, ils sont juste accompagnés par l’enseignant qui leur sert de guide dans leurs réflexions personnelles. Au final, au lieu de se sentir sous pression face aux mathématiques, à ne rien comprendre, à être comme le dit Anne Siety, crevés de ne pas réussir à faire des maths et bien ils se retrouvent à jouer avec et donc à se les approprier. Grâce à ce changement de perspective, les élèves se remettent bien généralement à apprécier les maths et le rapport change avec leur professeur de mathématiques qui du coup est très satisfait.

Mais malgré cela, les mathématiques restent encore un outil de sélection. Des étudiants les choisissent pour accéder à des universités prestigieuses. Certains par goût mais d’autres parce qu’il le faut pour construire son avenir et comprendre importe peu. On se retrouve alors avec l’attitude du besogneux qui apprend pour apprendre, qui réussit des contrôles non pas parce qu’il comprend les mathématiques, mais parce qu’il a appris à faire ce type de contrôle. Jill Adler, chercheuse en science de l’éducation, l’explique d’ailleurs très bien. Certes… mais après ça ?

Je me souviens encore de cette copine de fac, en 3ème année de licence, qui apprenait par cœur les feuilles d’exercices et qui, un jour de partiel, s’est levée et est partie en pleurant. L’énoncé demandait réflexion et non transposition à l’identique d’un exercice, chose à laquelle, elle n’était pas préparée.

Les conférences

Le passage que j’ai véritablement adoré fut celui sur le monde de la recherche en mathématiques. J’avais l’impression de voir un documentaire sur ma vie et je me suis senti comme à la maison. Tout sonnait parfaitement juste et rien ne m’a semblé caricatural. L’institut d’Oberwolfach m’a fait pensé aux conférences auxquelles j’ai pu assister au CIRM à Marseille et j’ai vraiment retrouvé l’ambiance propre à ces moments de rencontres entre mathématiciens. Vous pouvez être sûrs que toute les conversations dériveront vers les mathématiques à un moment ou à un autre, à moins qu’elles ne commencent directement par un problème. On peut aussi voir à quel point les mathématiciens sont timides, même entre eux.

Timides mais malgré tout chaleureux et accueillants. Pour avoir accompagné Florian à quelques conférences, j’y ai toujours trouvé ma place même sans y faire de mathématiques.

L’heure du goûter

L’heure du goûter pour les mathématiciens est mise à l’honneur dans ce film. Et moi qui croyais que c’était là le petit rituel du laboratoire de Florian, voici que je découvre qu’il en va de même ailleurs, partout dans le monde. L’heure du goûter, c’est donc sacré ! J’adore !!! Ils sont mignons avec leurs petites tasses dans les salons, salons où sont accrochés des tableaux noirs au cas où une idée viendrait à germer entre les vapeurs de thé.

Oh que oui, l’heure du goûter, c’est sacré ! Il faut se ressourcer : repos et nourriture pour mieux nourrir la pensée. C’est indispensable ! On n’imagine pas combien la matière grise est un gouffre à calories. Mais bon, n’espérez pas non plus faire un régime grâce aux maths (rires) !

Le look du mathématicien

La tenue en mathématiques est un peu triste : beaucoup de couleurs sombres. Certes Cédric Villani est connu pour son costume et son araignée, mais dans l’ensemble, les couleurs sont de l’ordre du noir, du gris, du marron et du bleu du jean. Où sont le rose, le rouge, l’orange et toutes ces couleurs chatoyantes ? Ami(e)s mathématicien(ne)s, mettez donc de la couleur dans vos habits !

Il y a deux cas de figures : soit il y les « Villani » qui restent malgré tout des cas isolés, soit ils ont le look campeurs en tongs (quand ils n’ont pas les chaussettes dans les tongs) et surtout le look adolescent éternel avec jean, baskets et t-shirt aux multiples inscriptions geek, musicales, mathématiques, etc. Mais ça c’est surtout chez les « fonda » (les mathématiques fondamentales). Dès qu’on se rapproche des mathématiques appliquées, le look est plus sérieux et le mathématicien revêt une tenue de cadre dynamique.
Avec cette histoire de look, je repense à un de mes profs de maths en 3ème année de licence (encore). Il ressemblait à Bill Gates mais surtout, il avait une ceinture qui tenait à un fil de cuir, comme par magie ! Le dernier cours, sa ceinture a lâché et un de ses verres de lunettes est tombé : incroyable ! C’est comme s’il avait eu ces affaires là depuis le début de sa carrière, s’usant avec le temps, et qu’il n’en avait plus jamais changé trop absorbé à faire des maths. Marrant !

La musique et la montagne

Lorsque Cédric Villani nous explique que musique et montagne vont bien avec les mathématiques, j’ai eu envie de prendre mon téléphone pour l’appeler2 et lui dire : « Tu as tellement raison, si tu savais comme tu as raison ! » Florian fait de la guitare et se languit de retourner à la montagne tout comme V. M joue du piano. J’ai plein d’exemples sous les yeux. Cela pourrait frôler la caricature mais je trouve cela plutôt amusant.

Je ne m’en étais jamais rendu compte, peut-être parce que trop immergé pour avoir le recul nécessaire, mais oui, c’est complètement ça ! J joue du piano, Mo de la guitare. Le directeur de thèse de M est un alpiniste. Un autre chercheur fait des treks réguliers en montagne… En même temps, les mathématiciens sont soit fous, soit musiciens, soit sportifs, soit les trois (mais jamais les quatre à la fois… Comprend qui peut !).

Ils sont fous ! Mais c’est très rafraîchissant cette folie dans un monde de gens trop austères ou trop sérieux.

La beauté des mathématiques

Après, il reste la poésie des mathématiques. Il y a quelque chose de beau ! Mais pas comme cette sculpture monstrueuse ! Certes, je comprends bien la beauté mathématique de cette chose, mais alors visuellement parlant… Oups ! Enfin bon, les goûts et les couleurs comme on dit… :^)

Je pense que c’est l’une des seules questions mathématiques auxquelles on ne pourra jamais répondre : « Mais pourquoi c’est beau les maths ? » La réaction de Gert-Martin Greuel est vraiment révélatrice. Il a beau essayé de nous expliquer ce que représente cette sculpture et pourquoi elle est si mathématiquement belle (alors que… je la trouve hideuse à regarder) mais au final, il conclue par un magnifique « It’s beautiful, that’s it » puis reste sans voix. Voilà, son silence donne le mot juste : la beauté des mathématiques nous laisse sans voix.

Conclusion

J’ai très envie de jouer à Professeur Layton et de résoudre plein d’énigmes. Et celle de Reimann aussi (qui n’est pas une énigme mais une hypothèse d’ailleurs) ! Mais surtout, cela m’a confirmé qu’il y avait encore beaucoup de travail à fournir pour trouver une belle pédagogie : cela me conforte dans ma réflexion sur ce qu’est être enseignant, enseigner et diffuser un savoir.

Ça m’a donné envie de retourner en conférence, moi. Ça me manque les buffets… l’ambiance, les gens, cette atmosphère spéciale, les exposés… Tout quoi ! Et puis, du coup, j’ai hâte de commencer mon enseignement au second semestre. Les stages hippocampes sont vraiment une bonne idée. Bien sûr, on ne peut pas faire que cela mais il y a quelque chose de positif dans ce travail avec les élèves : ils en ressortent contents de leur travail et demandent à revenir. Du coup, j’essaie d’avoir une approche moins rigide des mathématiques avec mes élèves et de toujours relier les maths que j’enseigne à des problèmes concrets (un peu comme le fait François Sauvageot avec son chapeau ou sa ceinture).

Si vous n’avez pas pu le voir au cinéma, il y a toujours le site WTFMaths en attendant, nous l’espérons, une sortie du DVD3.

  1. Ceci est bien sûr à prendre au second degré. []
  2. C’est purement métaphorique puisque je n’ai pas son numéro de téléphone. []
  3. Avec plein de bonus si c’est possible, ce serait parfait ! Merci. []

2 réflexions sur « Comment j’ai détesté les maths – Le film »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *