[ICM 2014] Jour 1 : Remise des médailles et James Simons superstar

L’événement de cette première journée de l’ICM 2014, c’est bien sûr la cérémonie d’ouverture durant laquelle ont été remises les fameuses médailles Fields ainsi que quatre autres prix : le prix Carl-Friedrich Gauss pour les mathématiques appliquées, le prix Nevanlinna pour les mathématiques informatique, le prix Chern et enfin le prix Leelavati pour la vulgarisation mathématique. Vous pouvez retrouver les nominés en photo juste en dessous et leur nom ainsi que la description de leurs travaux ici.

 
 

Florian oublie de vous raconter l’immense file d’attente qu’il nous a fallu affronter pour pouvoir rentrer dans la salle. On a pensé qu’on allait en avoir pour une plombe. Mais non ! J’avais oublié que nous étions en Corée : efficacité redoutable. En moins de 20 minutes, nous étions assis à nos places.

 

En attenant que le spectacle commence, nous avons eu droit à un concert de musique traditionnelle coréenne : la mélodie était aussi fine et délicate que les musiciennes. La cérémonie était très émouvante. Elle a commencé avec un spectacle de danse traditionnelle coréenne avec des hérons bizarres dedans. Des hérons ? Zut, je pensais que c’était des grues. Il y avait aussi une princesse qui sortait d’un lotus (ce qui m’a immédiatement fait pensé à l’autre princesse, japonaise cette fois, qui sortait d’un bambou). Ensuite, il y eu une danse des masques. Franchement, j’ai trouvé ça magnifique : beaucoup de couleurs vives, très chatoyantes !

 

Nous avons ensuite assisté aux discours des organisateurs, de la présidente de l’International Mathematical Union (IMU) Ingrid Daubechies (en photo avec moi ^^)  et de madame la Présidente de la Républiquede Corée du Sud !

Vint ensuite la remise des médailles Fields qui était accompagnée de petites vidéos montrant les médaillés dans leur recherche. On a eu droit à tous les clichés du mathématicien qui réfléchit sur son tableau noir et qui doit faire autre chose que des maths pour avancer dans ses problèmes : faire de la musique, cuisiner, marcher pieds nus sur les plages brésiliennes, s’occuper de ses enfants, jouer au rubiks cube, etc.
Le fait marquant de cette cérémonie fut (comme vous le savez tous maintenant) que pour la première fois une femme reçut la médaille Fields : Maryam Kirzakhani de son petit nom. Et d’ailleurs, j’en garde un souvenir photographique.

J’ai aussi croisé Artur Avila qui se prêtait au jeu de la pose avec des jeunes coréennes complètement fall in love. C’était vraiment mignon !

J’avoue que lors des remises de médailles par madame la Présidente de la République de Corée du Sud, j’ai failli versé ma petite larme : c’est beaucoup trop d’émotion pour moi, tout ça ! Mais j’ai réussi à filmer la remise de la médaille Fields à Maryam.

C’était un moment fort où le genre féminin l’a totalement emporté sur le genre masculin si je puis le dire ainsi : LA présidente de l’IMU qui annonce les récompensés, et aussi UNE présidente qui remet la médaille Fields à UNE mathématicienne.  Certain(e)s diront que les femmes ne sont pas encore assez représentées dans les maths mais je ne trouve pas. Aujourd’hui, cette cérémonie a fait la part belle au genre féminin et tout au long de la journée, j’ai croisé pas mal de mathématicienne. D’ici quelques années, peut-être seront-elles plus nombreuses que leurs confrères. Mais qu’importe ! Je vois là, un beau mélange des genres. 

Nous sommes ensuite allés savourer notre petite lunch box offerte par l’ICM. Durant le repas nous avons fait connaissance avec une jeune coréenne qui commençait ses études en mathématiques à New York. Elle m’avouait qu’elle avait peur de poser des questions à ses professeurs pendant les cours ! La pauvre… J’ai bien essayé de la convaincre qu’elle n’était sûrement pas la seule dans sa classe à se poser des questions et que les professeurs préfèrent des élèves qui participent mais je ne sais pas si cela a bien marché.

 

Après la petite pause repas, nous nous sommes rendus à la salle de presse pour l’interview de James Simons, mathématicien reconnu et surtout célèbre pour être l’un des meilleurs traders de Wall Street. Il est maintenant devenu philanthrope1. Les questions ont principalement tourné  autour des mathématiques financières et des modèles qu’il a utilisé pour bâtir sa fortune. De cette interview, je retiendrai surtout son constat sur l’éducation mathématique des jeunes : les professeurs sont mal formés et ne comprennent pas toujours profondément ce qu’ils enseignent, et sa volonté de rendre l’enseignement des mathématiques meilleur grâce à sa fondation. Je retiendrai aussi que cet homme, malgré le fait qu’il soit principalement reconnu pour ses talents de trader, a su garder son âme de mathématicien répondant qu’il s’amusait et s’amuse toujours encore en prouvant des théorèmes. Oui mais là, c’est pareil. Est-ce que ce n’est pas un peu pour donner une bonne image de lui ? Il me faudrait vivre avec ce monsieur pendant un temps pour l’observer. Rien n’est tout noir ou tout blanc et heureusement mais les réponses me semblaient parfois trop « mignonnes » ou trop « drôles ». Mais peut-être ce monsieur est-il vraiment plein d’humour, hein ! En attendant, ça me laisse toujours aussi perplexe. Bon, c’est vrai que la success story américaine, ce n’est pas un way of life à la française. Mais il me semble (peut-être que je me trompe) que pour jongler avec la bourse et obtenir autant d’argent, il ne faut pas vraiment faire preuve d’état d’âme sinon, on ne peut pas y arriver : les scrupules prendraient le pas. Après tout, je n’en sais rien, je ne fais que spéculer à mon tour, et peut-être que James Simons dort très mal la nuit, ou très bien ! Un personnage, je vous dis ! .

Le soir venu, il donna d’ailleurs un exposé ouvert au public2 pendant lequel il nous a raconté son parcours et son histoire.  Le plus drôle étant la séance de questions qui clôturait la lecture : les questions étaient un peu longues3 au commencement ce qui poussa James Simons à demander des questions plus courtes. Après quoi, il lui fut posé une question encore plus longue et en coréen qui plus est ! S’en suit un gros cafouillage dans la traduction, une longue pause gênante et un gros fou rire  dans la salle. On n’a pas échappé bien sûr à la personne qui a carrément demandé un don de la fondation Simons4. Avec tout cela, le résultat obtenu fut la séance de questions la plus drôle à laquelle nous avons assistée.

A demain pour de nouvelles aventures !

  1. Ouais, je me pose beaucoup de questions sur les philanthropes qui font du business avec la bourse. Mais bon, pourquoi pas ! Mais tout de même… Plus que du don ou du contre-don, j’y vois surtout une façon de déculpabiliser : chacun se rachète à sa façon. Et dans un sens, c’est peut-être pas plus mal si ça peut servir à obtenir des fonds pour l’éducation. Bref, ce personnage ne laisse pas indifférent et suscite bien des interrogations. []
  2. D’où la présence de très nombreux lycéens coréens. []
  3. Parfois, on se demandait même qu’elle était la question ! []
  4. Il aura quand même mis deux minutes à poser sa question… []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *