[ICM 2014] Jour 3 : Les exposés de James Arthur, de Janos Kollar, d’Artur Avila et de John Milnor

Le programme scientifique de Presque Partout pour ce troisième jour de l’ICM 2014 fut chargé. En plus, j’avais traîné Stéphanie de force avec moi car je pensais assister à des exposés accessibles aujourd’hui. Et bien perdu !

Nous avons commencé la journée avec l’intervention de James Arthur sur les « L-functions and automorphic representations« . On s’est mangé le programme de Langlands de plein fouet à 9h du matin, c’était très, très, très violent… Je m’attendais à un exposé un peu plus didactique mais une fois de plus, je n’ai rien compris car il me manquait toutes les définitions nécessaires. Autant vous dire que j’ai été larguée dès la première phrase et que du coup, je me suis réfugiée dans la grande veille de mon feedly.

Nous avons ensuite pris une petite pause d’une heure, puis nous sommes retournés dans la salle pour l’exposé de János Kollár : « On the structure of algebraic varieties« . Cet exposé était beaucoup plus accessible (il y avait même des dessins !) et Stéphanie a reconnu quelques formes amusantes plutôt inattendues : je la laisse vous les décrire. Oui parfaitement, il y avait un ellipsoïde affublé de deux cônes à ses extrémités. Voici un schéma approximatif fait à la va  vite pour vous donner une petite idée :

Bonbon

Comme vous pouvez le voir, cela ressemblait au choix :

  • à un papier qui enrobe un bonbon façon papillote
  • ou à un wattoo watto. Si, si, vous avez bien lu, un wattoo wattoo. En faisant un effort d’imagination, vous comprendrez que les cônes sont en fait les bras/ailes. 

Le lunch break passé, nous nous précipitons pour voir le talk du tout récent médaillé Fields : Artur Avila. Et bien… encore une fois, nous n’avons rien compris du tout et cela même s’il y avait des illustrations dont certaines étaient d’ailleurs tirées de Wikipédia et d’autres qui m’ont fait penser au fameux triptyque de Miro : bleu 1, bleu 2, bleu 3. Bref, on a souffert. Nous aurions dû aller à la laudation donnée par Etienne Ghys lors du premier jour car elle était faite pour le grand public alors que les exposés des médaillés Fields sont prévus pour être des descriptions plus techniques. Comme le dit le proverbe, chat échaudé craint l’eau froide. Un rapide coup d’œil sur les résumés des interventions auxquelles j’avais prévu d’assister dans l’après-midi a suffi à me dissuader. Pendant ce temps, j’arrivais au dernier niveau de TwoDots : la 135ème marche !

14746866570_3c91d5767e_o unnamed

A gauche, Artur Avila et à droite, John Milnor.  Deux styles bien différents mais une même posture, récurrente chez les mathématiciens : les mains dans le dos !

Je décidai quand même d’attendre jusqu’à 18h pour l’exposé du prix Abel 20111 : John Milnor. Le sujet avait l’air intéressant car il devait résumer les 300 ans d’histoire de la topologie. Je vous le dis de suite : ce n’est pas parce qu’on a le prix Abel qu’on est un bon orateur. J’aime énormément la topologie2 et pourtant, j’ai lutté pour ne pas m’endormir et j’ai eu l’impression de ne voir qu’une énumération de résultats dans l’ordre chronologique : c’était très décevant. Pendant ce temps Stéphanie s’occupait comme elle pouvait. On espère mieux pour les prochaines journées ! Oui, je me suis pas mal occupée, en faisant notamment des supers jeux de mots avec les définitions et autres termes mathématiques : grâce à cela, les blagues de mathématicien(ne)s vont être totalement renouvelées ! Mais peut-être les avez-vous vu passer sur twitter ? Allez, pour la route : 

Splendide !

  1. Ce prix se rapproche bien plus du prix Nobel que les médailles Fields. []
  2. C’est normal, c’est la science des boules ! []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *