Aller au hasard ? Idée saugrenue ou réel potentiel pour la recherche en thèse de géographie ?*

par Guilhem Mousselin, doctorant en géographie
UMR 5185 CNRS ADESS, Maison des Suds
12 Esplanade des Antilles
33607 Pessac Cedex
Université Bordeaux-Montaigne
g.mousselin@gmail.com ou guilhem.mousselin@u-bordeaux-montaigne.fr

———

Guilhem Mousselin – Aller au hasard ? Idée saugrenue ou réel potentiel pour la recherche en thèse de géographie ? – 6 juin 2014

———

———

*Nous tenons à adresser nos remerciements à Audrey Maury, personnalité très attentive, qui n’a pas découvert par hasard cet appel à communications, et qui nous a invité à participer à cet événement, et qui a participé à la construction de ce texte.

Résumé

Le hasard en géographie peut être défini par « ce qui est inexpliqué », mais il n’est pas question ici de phénomènes venus d’ailleurs. La thèse est un travail de longue haleine qui pose de nombreuses questions. Elle évoque des moments de trouble et d’incertitude, alors qu’à certains moments par le plus grand des hasards, des choses se passent provoquant un déclic qui permet d’avancer. Quelle peut être la place du hasard dans une recherche de thèse en géographie ? Cette question est éclairée par une tentative d’analyse des rencontres avec le hasard dans cette démarche de recherche, afin de rendre compte à la fois de la complexité du hasard tout en essayant de le rendre intelligible comme phénomène observable.

Mots-clés

Hasard, Géographie, Thèse, Étudiant, Exploration, Rencontre, Terrain.

Plan

0. Introduction
1. Le hasard existe-t-il dans la démarche de thèse ?

1.1. Le hasard, un encadrement géographique
1.2. Une thèse en géographie, le produit complexe du hasard, de la chance et de l’opportunité
2. Aller au hasard en thèse de géographie, quelles potentialités pour une recherche hasardeuse ?
2.1. L’exploration géographique par la découverte de la pluralité des espaces et l’hybridité territoriale
2.2. La pérégrination sociale et évènementielle pour former les prémices du réseau de relations, entre temps, espaces et pratiques
3. Le hasard est-il un compagnon fidèle dans l’étude et la compréhension des phénomènes socio-spatiaux ?
3.1. Une démarche de recherche qui est loin d’être hasardeuse
3.2. Le hasard comme outil, un retour réflexif sur la trame de recherche pour rendre intelligibles les modalités du hasard
4. Conclusion
5. Bibliographie

———

0. Introduction

Le hasard est un terme insolite qui se place à l’intersection de plusieurs disciplines. Il peut sembler étrange au premier abord de faire un lien entre le hasard et une démarche de recherche scientifique comma la thèse. Mais en y réfléchissant de plus près, le hasard ne constitue-t-il pas l’une des expériences les plus fondamentales de l’existence ? Ces expériences peuvent nous stupéfaire et nous réjouir par de bonnes surprises ou bien nous consterner face aux conséquences désastreuses provoquées par des événements inattendus, qui font le hasard de la vie et son imprévisibilité1.

La thèse témoigne de longs mois d’interrogation, où l’étudiant, apprenti-chercheur, peut se sentir perdu voire délaissé. Les questionnements proviennent de toutes parts, le taraudent sans cesse et peuvent conduire à des situations de blocage. Mais à certains moments, par le fruit du hasard, la rencontre fortuite et la découverte imprévue provoquent un déclic qui permet d’avancer dans la démarche. A contrario, le hasard peut aussi être source de chaos et de désordre, par l’introduction d’effets indésirables et non prévisibles qui provoquent un risque de bifurcation dans la trajectoire de la pensée.

Quelle peut être la place du hasard dans notre recherche en thèse de géographie ?
Les effets du hasard peuvent-ils être positifs ou bien néfastes ?
Le hasard peut-il être un outil pratique ou bien quelque chose à éviter absolument ?

Nous faisons l’hypothèse que le hasard peut constituer une variable méthodologique potentielle, pouvant être invoquée pour :

  1. Évoquer les sources de trouble et d’incertitude qui peuvent ralentir ou stopper la démarche scientifique en influençant son intériorité et son intégrité méthodologique ;
  2. Constituer un processus de recherche qui peut contribuer à l’étude et à la compréhension des phénomènes observés, et de ce fait, faire avancer la réflexion.

Nous proposons pour cela de revenir sur les différents aspects de notre recherche. Il s’agit de questionner la place que peut occuper le hasard dans ce projet et les différentes facettes qui le composent au travers d’un exposé visant à répondre à trois questions principales, qui constituent les différentes parties de notre démonstration :

  1. Le hasard existe-t-il dans la démarche de thèse ?
  2. Aller au hasard en thèse de géographie, quelles potentialités pour une recherche hasardeuse ?
  3. Le hasard est-il un compagnon fidèle dans l’étude et la compréhension des phénomènes socio-spatiaux ?

Tout d’abord, Il s’agira de montrer en quoi le fait de partir à l’aventure et avancer à l’estime peut être un bon outil de recherche. Puis, nous verrons quelles peuvent être les limites rencontrées tout au long du chemin tortueux qu’est la thèse. Enfin, nous reconstituerons pour cela la trame de la recherche à l’aune du hasard en essayant de rendre intelligible les modalités du hasard afin de voir s’il peut s’agir d’un phénomène réellement observable. Nous éclairerons nos propos à l’aide d’exemples précis qui témoignent de la perception que nous pouvons avoir des effets du hasard sur la recherche.

1. Le hasard existe-t-il dans la démarche de thèse ?

L’existence du hasard dans notre quotidien peut sembler être une évidence. Le hasard se réfère à un phénomène ou à une « puissance considérée comme la cause d’évènements apparemment fortuits ou inexplicables »2. Loin de considérer ici l’action d’une puissance céleste ou surnaturelle3, il est possible de retrouver ce sens premier dans le langage géographique4, qui pourtant doté de nombreux dictionnaires, n’aborde que très peu la question de la recherche hasardeuse5.

1.1. Le hasard, un encadrement géographique

Le hasard en géographie serait « […] ce qui est inexpliqué : soit ce qui est véritablement accidentel, soit ce dont les déterminations ne sont pas connues ou discernables, mais n’en existent pas moins »6. Le hasard se définit par l’introduction d’un élément extérieur, appelé aléa, qui traduit une rencontre imprévisible par l’intrusion d’une nouvelle causalité indépendante au déroulement d’un processus, qui reposait sur une trajectoire caractérisée par la nature des causes7. Cette rencontre imprévue peut se traduire par une réaction pouvant provoquer un changement de direction de cette trajectoire. Les effets de cette réaction sont incertains et provoquent une situation d’indétermination. Nous sommes dans l’incapacité de prévoir les effets du changement, qu’ils soient bons ou mauvais. Le hasard se résumerait alors par la « circonstance de caractère imprévu ou imprévisible dont les effets peuvent être favorables ou défavorables pour quelqu’un »8.

Deux autres aspects nous semblent intéressants à soulever ici pour introduire le contexte de notre recherche. Il s’agit d’une part de la chance qui est la « faveur du sort, (l’)issue heureuse de quelque chose, (la) situation favorable de quelqu’un »9 ; et d’autre part de l’opportunité qui est « (une) occasion favorable »10. C’est la combinaison complexe de ces trois aspects qui selon nous constitue la base de notre travail, dont le hasard a fortement imprimé ses marques dans les premiers temps.

1.2. Une thèse en géographie, le produit complexe du hasard, de la chance et de l’opportunité

Cette démarche de thèse n’est pas au départ une volonté personnelle de se lancer dans ce type de travail. Jusqu’à l’instant-clé où cette possibilité s’est présentée : la géographie s’est révélée être une discipline riche de par son contenu et la pluralité de ses champs d’études. La maturation lente et parfois difficile de notre parcours s’est faite sous la forme d’un itinéraire fléché, au fil du temps, par les apports extérieurs qui ont permis de révéler un intérêt fort pour l’étude des phénomènes liés à la géographie urbaine, ainsi qu’aux champs de l’aménagement du territoire, de l’urbanisme, des politiques publiques et des acteurs territorialisés qui interviennent dans la gestion de nos territoires. L’idée qui s’est développée au fil de cet itinéraire était de terminer le cursus universitaire et d’intégrer le monde du travail, en se rapprochant au plus près de ses préoccupations.

Or la sortie des études marque la fin de cet itinéraire fléché. Par de nombreux côtés, cet itinéraire peut paraître rassurant vis-à-vis de l’inquiétude grandissante face à un futur assez flou. La résolution de trouver rapidement du travail, à la fin du master, s’est doublée d’une grande perplexité concernant les perspectives à venir une fois les portes universitaires refermées sur soi. C’est dans ce cadre relativement hésitant qu’est apparu, pour la première fois11, le hasard. Il est apparu de manière significative dans un contexte de travail qui avait toujours été balisé et sécurisé à l’aide des sujets, des consignes et des orientations de travail, qui représentent des garde-fous jugulant les envies d’évasion. Les premières étapes de notre itinéraire de recherche se basent sur un fléchage académique, dont l’influence a diminué corrélativement avec le temps. Ce fléchage chronique a évolué vers des postes d’aiguillages sporadiques. Puis progressivement, c’est plutôt la « non-recherche » de guides, qui a traduit notre démarche, pour mener à bien une réflexion propre et qui a mise à l’épreuve la discipline personnelle. Cette discipline, en complément des orientations académiques, peut être considérée comme une ligne de conduite qui a tenté de limiter les tentations d’aller au hasard et ses effets pervers (éloignement et éparpillement) dans l’étude d’un sujet. Mais il est toujours difficile de ne pas chercher à s’égarer lorsque l’on rencontre des difficultés ou un blocage. Dans ces conditions, la tentation d’évasion est grande.

De plus, l’adoption d’une position sécuritaire reposant sur l’idée de garder « un pied dehors et un pied dedans »12 dans l’investigation, a permis de limiter les fuites en avant. En effet, les années ante-thèse se sont traduites par une ouverture progressive de la réflexion géographique, tout en restant basées sur un repli socio-spatial. Cette position visait à conforter et à garder en vue nos propres repères, marques rassurantes, qui témoignent d’un aménagement personnifié de l’espace, du temps et de notre environnement. Ce dernier est bâti comme une enceinte fortifiée, afin de limiter au maximum les effets indésirables de l’incertitude, pour ne garder que les bonnes surprises. Mais ne s’agit-il pas au final d’une crainte infondée et d’une peur irraisonnée de l’inconnu et des conséquences probablement positives offertes par la conduite dans ce qui est incertain ?

C’est par hasard que l’opportunité de ce travail s’est présentée, par l’entremise d’un intermédiaire13, qui nous l’a présenté comme étant « à la fois une poursuite de diplôme supérieur, mais aussi un emploi CDD sur trois ans ». Cette proposition constituait une solution plausible répondant à notre indécision de savoir « que faire après ces années d’études en géographie ? ».

2. Aller au hasard en thèse de géographie, quelles potentialités pour une recherche hasardeuse ?

Le hasard en géographie recouvre un autre sens, celui lié à la découverte. Nombreux ont été les grands explorateurs qui s’aventuraient au hasard à travers les mers et les océans à la découverte de nouvelles richesses dans des contrées éloignées. Cette idée de découverte est contenue dans l’expression « aller au hasard », apparaissant comme un moyen pratique « […] d’aller à l’aventure, d’avancer à l’estime, selon l’impulsion […] »14.

2.1. L’exploration géographique par la découverte de la pluralité des espaces et l’hybridité territoriale

Nous inscrivons les premiers pas de notre démarche, sur l’étude des « Politiques publiques urbaines et (des) systèmes agri-urbains en Europe du Sud »15. Ayant toujours travaillé dans le cadre français, l’opportunité de partir à l’étranger s’est révélée être un électrochoc pour partir à l’aventure. Loin d’être un explorateur, à l’image du grand navigateur portugais Vasco de Gama, nos recherches se sont orientées sur l’étude des interactions entre la ville et l’agriculture périurbaine des vastes lezírias16 du Ribatejo17, qui constituaient à l’époque notre terra incognita.

L’aventure n’est jamais immédiate et le risque de vraiment aller au hasard n’est pas total. Les premiers temps ont été centrés sur une étape de préparation car se lancer à corps perdu dans une direction sans savoir de quoi il en retourne, peut s’avérer être particulièrement compliqué et hasardeux. L’effet du hasard a donc été atténué par un recueil d’informations sur nos terrains et sur l’agriculture, thématique qui n’avait jamais trop été appréhendée auparavant dans notre cursus. La nécessité d’aller sur le terrain s’est rapidement présentée, et nous avons fait le choix un jour de partir sans véritable plan de recherche bien établi à la découverte du Portugal et de son agriculture.

Il existe une très grande diversité de formes d’agriculture en ville et autour d’elle. Les dynamiques agricoles peuvent s’organiser à la périphérie ou bien s’inscrire dans le tissu urbain. Cette inscription crée des territoires complexes et multifonctionnels qui regorgent d’initiatives très variées reposant sur des formes d’appropriation de l’espace qui sont légales ou transgressives. L’agriculture périurbaine étudiée de manière générale jusqu’à notre arrivée au Portugal, peut se définir par sa situation « en périphérie de la ville, quelle que soit la nature de ses systèmes de production. Avec la ville, cette agriculture peut […] n’avoir que des rapports de mitoyenneté […] »18. Il s’agit de l’agriculture de la région du Ribatejo19, perçue comme « une région d’excellence agricole »20. Dans le domaine des politiques publiques, les questions territoriales sont gérées par un traitement politico-administratif basé sur cette mitoyenneté, voire sur une dichotomie fonctionnelle entre les espaces urbains et agricoles. Or la proximité21 des usages urbains et agricoles complexifie cette situation en créant des interactions agri-urbaines où l’agriculture fonctionne « […] avec la ville […] (pour) entretenir des rapports fonctionnels réciproques. Dans ce dernier cas, elle devient urbaine et c’est ensemble qu’espaces cultivés et espaces bâtis participent au processus d’urbanisation et forment le territoire de la ville »22.

C’est sur ce deuxième grand type d’agriculture que le hasard est intervenu pour nous par la découverte des hortas urbanas23 de Lisbonne. Au départ, cette ville constituait notre lieu de résidence et de travail. Mais par l’effet d’une recherche hasardeuse, elle s’est transformée en terrain d’étude à part entière24. C’est en découvrant par hasard ces petites formes de mise en valeur de la terre que nous nous sommes intéressés à la question de l’agriculture et de l’horticulture urbaine, qui représente un objectif majeur de la politique municipale25. De plus, il est transversal à de plusieurs politiques urbaines et permettrait de répondre à de nombreux enjeux alimentaires et environnementaux. Jusqu’à cet instant, nos préoccupations étaient orientées vers une autre zone géographique, dont les formes d’occupation et d’organisation reposent beaucoup plus sur le modèle de l’agriculture productiviste et exportatrice et sur des politiques publiques très sectorielles de développement et de soutien à l’agriculture.

Le hasard peut donc constituer un déclic grâce à une découverte qui peut bouleverser le cadre d’analyse spatial en l’agrandissant ou en le diminuant, alors que ce dernier avait été défini bien à l’amont de ce travail26. Ce déclic, si jugé intéressant, a provoqué un approfondissement dans la recherche, révélant d’autres réalités agricoles. Ces dernières sont de taille très réduite et occupent des espaces relativement exigus27. Mais lorsqu’elles sont replacées à différentes échelles, elles représentent une mouvance généralisée de réimplantation de l’agriculture en ville. Mais le hasard n’explique pas à lui seul ces découvertes. Il y a aussi une grande part de chance. Cette chance est liée à une grande liberté d’action et d’une grande souplesse dans le traitement des études de cas.

Les visites inopinées permettent d’explorer l’espace d’étude par pérégrination. Lorsque l’on foule le terrain pour la première fois, nous nous plaçons en position de passeur, car la connaissance du territoire est imparfaite et constituée de lacunes. Mais au fil de l’évasion et de ses multiples escapades exploratoires, le système de références spatiales se constitue progressivement et il est de plus en plus aisé de se déplacer sur le territoire. Dès lors, le hasard diminue en intensité puisque les contraintes liées au risque de perte dans l’espace sont de moins en moins prégnantes car le nombre de repères augmente. Mais le risque d’égarement, lui, est toujours très présent. La recherche évolue dans un environnement qui est progressivement apprivoisé, sans être totalement dominé. De la figure du passeur, nous passons à celle de processeur du terrain, car celui-ci est survolé. Une immersion prolongée fera en sorte que l’on devienne possesseur de notre terrain, c’est-à-dire que nous le connaissons très bien, ainsi les effets liés au hasard semblent être de moins de moins perceptibles.

2.2. La pérégrination sociale et évènementielle pour former les prémices du réseau de relations, entre temps, espaces et pratiques

L’autre aspect de cette recherche hasardeuse, c’est la rencontre inopinée avec les acteurs du terrain, quels qu’ils soient lors de différents évènements. Il peut s’agir d’une rencontre fortuite ou évènementielle qui elle est basée sur le hasard ou bien d’un rendez-vous qui lui repose sur la tangibilité du repère temporel que deux personnes ont fixé sur un calendrier.

L’étude a commencé par la découverte des espaces de manière touristique, voire excursionniste. Le contact avec les acteurs du terrain s’est fait par l’exploration des zones « trouvées » ou par l’entremise du hasard, et qui par la suite, ont été jugées pertinentes sur la base de critères méthodologiques bien définis. Or, il est apparu récemment que la méthodologie de recherche, fondée au départ sur des critères quantitatifs et qualitatifs28, s’est peu à peu effilochée suite à l’exploration du terrain29 et aux premières rencontres qui n’étaient en aucun cas voulues et prédéterminées. Ces rencontres, si elles sont le fruit du hasard, nous parlerons de rencontre fortuite30. Ou bien, il est possible de provoquer le hasard en se rendant dans des lieux où il est probable de rencontrer des acteurs jugés intéressants. Nous parlerons alors de rencontre inopinée. Les premiers contacts de terrain ont été nos collègues portugais qui nous ont guidés à notre arrivée sur le terrain. Puis au terme de plusieurs explorations qui nous ont permis de définir des micro-espaces d’étude, il a été possible de nouer des relations durables avec des acteurs rencontrés de manière plus ou moins hasardeuse. L’immersion de plus en plus poussée sur un seul et même micro-espace, se fait en fonction du nombre d’allers et venues, de la répétitivité de l’observation et aussi de la taille de de cet espace. Cette combinaison provoque une diminution de l’intensité des effets potentiels du hasard. Un espace réduit sera très vite couvert par quelques visites et quelques entretiens. À l’inverse, l’investissement d’un espace plus vaste nécessitera davantage de temps. De plus, il accueillera potentiellement plus de personnes. Les effets du hasard sont donc fortement corrélés avec la taille de l’espace ainsi défini, mais aussi avec l’échelle d’observation. Cette dernière donnée ne permet pas d’observer les mêmes phénomènes ni d’appréhender les mêmes types acteurs. Il faudrait donc se placer dans une démarche d’observation pluriscalaire. Enfin, le degré de hasard diminue fortement en fonction du statut socio-professionnel et de l’occupation des personnes. Il est beaucoup plus facile de rencontrer un jardinier sur une parcelle de 150 m², qu’un agriculteur qui possède 2.000 ha, tandis ou le responsable d’un comité de quartier pourra nous recevoir plus facilement qu’une personnalité politique.

Le hasard peut aussi avoir des conséquences sur le temps. En effet, il existe différents régimes de temporalité allant de l’instantanéité au délai. Un jardinier portugais a tendance à passer plus de son temps sur sa parcelle qu’un jardinier français31. Le jardinier sera aussi beaucoup plus facile à rencontrer qu’un Maire ou un responsable administratif, qui ne se déplacent dans la zone observée qu’au moment d’événements importants, tel que l’inauguration d’un parc horticole. Cette dimension peut faire aussi référence à l’importance symbolique du lieu et la prégnance de l’inscription spatiale des pratiques.

La constitution sociale d’un réseau de relations à caractère évènementiel permet de rencontrer des acteurs variés. Elle constitue un bon moyen pour laisser des marques et des messages. L’interception du message par un intermédiaire permet la transmission du message. Cette transmission pourra nous amener d’autres contacts, par le « bouche à oreille », par des relations de voisinage, ou bien par la découverte de cette information par un lecteur, qui muni des coordonnées de l’émetteur pourra par hasard, ou par l’intérêt qu’il porte à la démarche, diffuser l’information ou y répondre et proposer une rencontre. Cette proposition peut avoir lieu à l’instant-même, lorsque les deux interlocuteurs se trouvent face à face lors d’une rencontre inopinée ou événementielle32. Mais très souvent, elle prend plus de temps en fonction des occupations respectives des deux interlocuteurs. Dans le pire des cas, le délai est si long, que la proposition de rencontre peut tomber une fois que l’exercice de recherche est terminé.

Le hasard est également fonction de facteurs culturels. Les croyances et les mythes peuvent jouer un rôle très fort dans l’appréhension que l’on peut avoir de certains phénomènes. Il peut s’agir également de règles d’organisation sociale qui sont différentes des modèles auxquels il est possible de se référer, révélant ainsi par hasard l’ignorance du chercheur. Le hasard et l’incertitude qui en découlent sont aussi liés à « l’impossibilité de prévoir la conduite d’autrui »33. Le hasard peut enfin être lié à des contraintes naturelles qui sont la plupart du temps imprévisibles et jouer sur la constitution du réseau de relations sociales34.

3. Le hasard est-il un compagnon fidèle dans l’étude et la compréhension des phénomènes socio-spatiaux ?

Se lancer à l’aventure vers l’inconnu… C’est un sentiment grisant que peu de dispositifs de recherche, hormis la thèse, sont en mesure de nous apporter, du moins si la souplesse de l’encadrement académique le permet. Toutefois, il faut être pleinement conscient que le fait d’avancer suivant sa propre estime ne peut aller qu’un temps et qu’il n’est pas possible d’aller toujours au hasard du début à la fin de la recherche. De plus, il convient de poser des conditions claires afin de ne pas se perdre en allant au hasard.

3.1. Une démarche de recherche qui est loin d’être hasardeuse

La recherche entreprise est loin d’être hasardeuse, car souvent aller au hasard, c’est aussi lorsque « […] (l’)on « hasarde » une hypothèse, c’est en général après de longues réflexions »35. En effet, la décision de partir à l’aventure n’a pas été immédiate et le risque de vraiment d’aller au hasard a été fortement limité dès le départ par l’introduction d’informations qui ont permis de canaliser nos objectifs et de centrer notre attention sur une dimension particulière dans la manière d’approcher les relations ville-agriculture. Cette approche tente d’aller au-delà de la mitoyenneté et de la dichotomie ville/agriculture pour penser en terme d’interaction ou d’intégration agri-urbaine.

La formulation d’une hypothèse de recherche sur l’existence ou la non-existence d’un système agri-urbain36 permettrait de qualifier ces situations d’hybridation territoriale qui dépassent les secteurs de l’action publique qui traitent de manière séparée monde urbain et monde agricole. Cette hypothèse a été posée de manière assez superficielle dès le démarrage de la thèse sans avoir été clairement formulée. Elle a arbitré inconsciemment des références tant théoriques que pratiques, qui ont constitué une grille de lecture de l’espace et de notre objet d’étude que sont les politiques publiques. Elle est restée inavouée durant toute cette période de recherche hasardeuse. Pouvons-nous dès lors parler véritablement de recherche qui va au hasard ou d’une « hasardise » dans la recherche ?

La formulation récente de cette hypothèse a été un autre déclic. Même si elle est restée sous silence, elle a permis un peu malgré elle de faire germer dans la pensée une sélection spatiale implicite durant la période d’exploration. De ce fait, aller au hasard n’est pas totalement vrai, car même sans connaître le terrain, même sans l’avoir fouler, nous avons déjà quoiqu’il arrive des références qui guident de manière plus ou moins forte nos actions. Les effets du hasard seraient contrefaits par les dispositions hypothétiques et méthodologiques de départ. Néanmoins se confronter à l’inconnu peut mener à emprunter de nouvelles voies dans la recherche. Certaines sont bonnes, alors que d’autres l’étaient au départ, et se révèlent plus tortueuses que prévu, pouvant mener à des impasses et coûter du temps. Aller trop au hasard peut-il conduire à une perte de nos repères méthodologiques ?

Même en ayant un cadre théorique et méthodologique très solide, il est parfois très difficile de ne pas être submerger par le flot de questions et les flux d’informations qui arrivent de toute part. L’incertitude des débuts de la recherche provient du fait qu’en tant qu’étudiant en thèse, nous restons avant tout un apprenti-chercheur. Il est fréquent de se trouver aux prises avec des problèmes d’ordre pratique liés à un manque d’expérience mais aussi à la naïveté de vouloir tout découvrir et de chercher à résoudre tous les problèmes Cet aspect renforce les effets de l’incertitude. La contrainte principale d’aller au hasard est qu’au bout d’un certain temps il est possible de se perdre et de ne plus trop savoir où l’on peut en être, où l’on doit aller, pourquoi on y va et comment on doit s’y rendre.

Nous sommes incapables de prévoir les effets de hasard. La méconnaissance de ses paramètres n’est pas totale, d’où la possibilité de prévoir certaines choses par le biais de mesures et d’indicateurs37. Néanmoins, dans une démarche de recherche qualitative comment faire en sorte de limiter notre degré d’ignorance face aux effets aléatoires produits par le hasard ?

3.2. Le hasard comme outil, un retour réflexif sur la trame de recherche pour rendre intelligibles les modalités du hasard

Pour terminer, nous proposons un regard réflexif sur notre démarche en essayant de dresser un tableau récapitulatif des enseignements méthodologiques pouvant être tirés de ces rencontres hasardeuses. Nous proposons de mettre en évidence les principaux aspects explicatifs du hasard, qui nous paraissent important pour rendre intelligibles les modalités de sa mise en œuvre, afin qu’il devienne une réalité plus facilement observable. Nous reviendrons sur grandes questions, qui loin d’apporter des réponses, constituent le résultat de notre appréhension face au hasard, mais aussi des pistes de réflexion à creuser.

Où commence et où s’arrête le hasard ?
Il est très difficile d’assigner une origine et une fin au hasard. Pourquoi, quand, comment, où, avec qui, y a-t-il rencontre avec le hasard ? Le hasard est-t-il un moment ou une période ? De ce point de vue, nous pensons que le hasard repose sur plusieurs trames temporelles qui se croisent. Le hasard repose également sur des moments précis, résultant de la rencontre non prévisible entre deux éléments.

Que nous réserve le futur ?
Le futur est imprévisible et imprédictible. Nous somme dans l’incapacité de prévoir ce qui va se passer. L’incertitude peut être partielle ou « radicale » lorsque nous sommes dans l’impossibilité « d’établir la liste des évènements possibles liés aux aléas »38. Les élections récentes au Portugal et en France ont rebattu les cartes du pouvoir politique. Dans certaines zones, la tradition électorale est prévisible. Néanmoins, le résultat des suffrages peut être inattendu et la surprise totale. De plus, les réformes territoriales en cours dans les deux pays ne permettent pas de présager ce que seront les organisations politico-administratives à court ou à moyen terme, d’autant plus qu’ils peuvent être à la base de conflits politiques et organisationnels à différents niveaux. Enfin, la perte d’une personnalité clé peut subvenir n’importe où et n’importe quand. Ce phénomène repose sur les effets d’un aléa qui peut être naturel (décès) ou humain (déménagement, démission, licenciement, etc.).
L’enchevêtrement de tous ces éléments ne permet donc pas de présager et de dire avec certitude ce que sera le territoire de demain.

Hasard naturel vs. hasard artificiel ?
Le hasard ne se décrète pas. Sous sa forme la plus pure et la plus naturelle, il peut constituer une belle manière d’avancer dans la compréhension des phénomènes. L’instillation du hasard naturel dans une atmosphère de recherche basée sur la détermination de devoir avancer à l’instinct, ne se décide pas vraiment, elle intervient par un concours de circonstances. Il ne faudrait pas croire que les conditions de mise en place de ce hasard naturel sont difficilement reproductibles dans leur intégralité. Il serait tentant de vouloir créer un processus de mise en hasard qui reposerait sur la création d’un hasard artificiel qui serait une clé-en-main pour pouvoir avancer dans les moments de doute. Mais cela est-il vraiment possible et cela constituerait-il une solution envisageable pour dépasser les difficultés d’une situation de blocage ?

Le hasard sert-il davantage en période d’exploration ?
Valide un temps donné, le recours au hasard durant les phases de découverte et d’exploration de nouveaux terrains et objets d’étude, semble avoir de moins en moins d’effets une fois que l’exploration nous a conduit à en faire le tour. Le hasard perdrait de son pouvoir d’imprévision, sauf si des causes exceptionnelles viennent s’abattre et provoquer des conséquences d’une force suffisante pour faire basculer le système de la recherche.

Aller au hasard peut-il conduire à un décalage ?
Il s’agit du décalage entre le but poursuivi et le résultat effectif atteint. Ce processus reflète la complexité des situations et des enchaînements possibles entre les causes et les effets. Le hasard provoque des effets imprévus et souvent non voulus par l’action de la recherche.

Y a-t-il toujours une part de chance ?
La chance comme le hasard est un objet complexe reposant soit sur des circonstances particulières, soit sur une volonté cherchant à provoquer la chance. Le fait d’adopter une démarche de pérégrination événementielle pour rencontrer des « personnes relais »39 permet de cultiver la chance liée à la probabilité de la rencontre, tout en gardant aussi une part de hasard pour qu’il y ait opportunité de croisement. La culture de la chance sera maximisée lorsque les paramètres de localisation et de déplacement sont connus. Néanmoins par le fruit du hasard, il peut y avoir des ratés (retard, absence, manque de temps).

Aller au hasard est-ce toujours possible ?
La démarche de recherche en thèse repose sur de nombreuses contraintes tant disciplinaires qu’administratives. Elles sont liées aussi aux traits personnels de l’apprenti-chercheur et à son âme aventureuse ou à son caractère anticipatif et prospectif. Le hasard provoque des effets sur la démarche de recherche s’il y a liberté d’action et de mouvement, et si la marge de manœuvre est suffisante.
A contrario, un encadrement plus strict, limite nécessairement les effets de la dispersion, notamment lorsqu’il existe des contraintes temporelles.

Aller au hasard au bénéfice de l’ouverture des horizons de la recherche ?
Un cadre trop rigide et peu malléable, se traduisant par des orientations et des consignes strictes, ne permettrait pas trop d’entrer en contact avec le hasard. Or, un système de recherche clos avec des frontières intangibles ne peut se suffire à lui-même. Il faut que l’intériorité de la recherche puisse communiquer et interagir avec l’extérieur, donc au gré du hasard et de ses effets potentiels. La démarche de recherche en thèse est ressentie à l’opposé d’un parcours fléché, où chaque panneau d’information indiquerait la direction à suivre et la distance à parcourir afin d’arriver au but visé. Il s’agirait plutôt d’un itinéraire tortueux, où sont disséminées des balises qui correspondent à des moments, des personnes, des idées, des conseils, des informations, etc., mais aussi des phénomènes qui nous entourent.
La rencontre avec le hasard ne peut être le fruit que d’une ouverture du système de recherche sur l’extérieur et non un renfermement disciplinaire continu sous peine de se fourvoyer dans ses propres connaissances et ses idées reçues. Il s’agirait plutôt d’une clé d’ouverture de l’esprit qui permet à la réflexion d’explorer des voies nouvelles ou de creuser des pistes déjà abordées ou bien de vagabonder dans d’autres directions lorsque nous nous trouvons dans des situations d’immobilisme ou de recul, afin d’amorcer un nouveau mouvement ou un changement de direction dans la recherche.

Ce dont on parle est-il vraiment le fait du hasard ?
Il est particulièrement difficile de positionner, de proportionner les choses, les effets et les causes dans le hasard du fait de la grande complexité des facteurs qui interagissent et qui influencent les choix dans le système de la recherche. Il n’est pas certain que tout ce qui a été dit jusqu’à présent soit bel et bien le fruit du hasard, mais plutôt le fruit de notre perception sur ce que nous pensons être le hasard, une représentation découlant de notre expérience de recherche, où nous avons rencontré des situations et des évènements inattendus ou des coïncidences. Tout ceci est raccroché aux notions de futur contingent et d’imprévisibilité, où l’incertitude provient souvent du fait où nous tenons une position difficile ou que nous avons un problème pratique et/ou méthodologique, sans oublier la dimension personnelle.

L’ensemble des facteurs influents ne sont pas déterminables, et s’ils l’étaient réellement, ne perdrions-nous pas la richesse de cette expérience de recherche hasardeuse ?

4. Conclusion

La rencontre avec le hasard dans une démarche de thèse est très difficile à retranscrire de manière claire et intelligible. Néanmoins, il est possible d’en donner quelques aspects descriptifs et explicatifs qui permettront d’en cerner mieux les contours. Nous ne prétendons pas ici épuiser la richesse de nos rencontres hasardeuses, mais plutôt restituer quelques traits généraux de cet aller au hasard, qui a été pour nous à certains moments une bonne manière d’avancer face à des situations d’irrésolution, car l’une des seules solutions qui se présentait à nous hormis l’abandon c’est le choix du hasard et de choisir au hasard telle chose ou tel aspect dans la recherche. Le hasard dans sa complexité peut permettre de relier des éléments entre eux dans le cadre de la recherche, mais aussi de nous relier à eux. Dès lors, il n’est pas forcément nécessaire de vouloir réduire à tout prix l’effet du hasard dans une dynamique de recherche.

Néanmoins, il convient de laisser dernière nous une balise d’alerte. La rencontre avec le hasard présente des qualités indéniables, mais il ne doit pas être prophétisé, comme seul élément explicatif des avancées d’une recherche qualitative en sciences sociales. Le hasard est un phénomène complexe, dont le caractère principal est l’imprévisibilité et la surprise. Mais l’apparition du hasard dans un environnement de recherche, comme la thèse, est liée aux conditions même de son exercice, qui depuis le premier jour est orienté selon une liberté de choix, d’action et de mouvement permise par notre encadrement académique.

Le parcours de thèse représente la dernière étape de formation de l’étudiant, qui prétend un jour devenir chercheur. Durant ces trois ans, il découvre, met en œuvre, mais aussi à l’épreuve ses connaissances et ses manières d’être, en se confrontant sans cesse au regard d’autrui qui est tout aussi imprévisible que le hasard. Mais au final, allons-nous vraiment quelque part par hasard ?

5. Bibliographie

Abrantes P., Marques da Costa E., Queirós M., Padeiro M. et Mousselin G., 2013, « Lezíria do Tejo, Agriculture et étalement urbain aux marges métropolitaine de Lisbonne », Cahier Agriculture, Vol. 22, n°6, pp. 526-534, [en ligne], http://www.jle.com/fr/revues/agro_biotech/agr/e-docs/00/04/90/84/article.phtml

Brunet R., 1993, Les mots de la géographie : Dictionnaire Critique, Paris, La Documentation Française, Ed. Reclus, coll. « Collection Dynamique du territoire », 518 p.

CCDR, 2009, Plano Regional de Ordenamento do Território – Oeste e Vale do Tejo, [en ligne], http://www.ccdr-lvt.pt/pt/plano-regional-de-ordenamento-do-territorio-do-oeste-e-vale-do-tejo-/613.htm

Fleury A. et Donadieu P., 1997, « De l’agriculture péri-urbaine à l’agriculture urbaine », Le Courrier de l’Environnement n°31, [en ligne], http://www7.inra.fr/dpenv/fleurc31.htm

Kotlyakov V.M. et Komarova A.I., 2007, Elsevier’s Dictionary of Geography : English, Russian, French, Spanish, German, Amsterdam, Elsevier, 1070 p.

Larousse, Dictionnaire Larousse, [en ligne], http://www.larousse.fr/dictionnaires/

Lussault M. et Lévy J., 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 1033 p.

Mousselin G., 2013, « L’agriculture urbaine de Lisbonne, un concept dynamique et opérationnel pour interroger la notion de gouvernance au cœur de la planification urbaine et environnementale de la ville ? L’exemple du « Parque Hortícola de Chelas », 11ème Journée Doc’Géo « Environnement / Gouvernance », [en ligne], https://fr.slideshare.net/docgeobdx/5-mousselin-ok

Saint-Sernin B., « Hasard », Encyclopædia Universalis, [en ligne], http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/hasard/

Warf B., 2006, Encyclopedia of Human Geography, London, Sage Publications Ltd., 638 p.

———

Citer cet article

Guilhem Mousselin, « Aller au hasard ? Idée saugrenue ou réel potentiel pour la recherche en thèse de géographie ? », Carnet de recherche hypothèses « Presque Partout » [En ligne], mis en ligne le xx octobre 2014, consulté le…, URL : http://presquepartout.hypotheses.org/987

  1. Saint-Sernin B., « Hasard », Encyclopædia Universalis, [en ligne], http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/hasard/ []
  2. « Hasard », Dictionnaire Larousse, [en ligne], http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/hasard/ []
  3. Nous laisserons ici de côté la question des mythes, des rites culturels et tous les faits religieux. []
  4. Les références principales consultées (voir bibliographie) ne font pas souvent état de l’entrée « hasard ». Ce terme est souvent raccroché à celui d’incertitude et rejoindrait plutôt la question des méthodologies statistiques et probabilistes au sujet des moyens et méthodes pour réduire l’incertitude dans l’usage des données en géographie. []
  5. Nous tenons à mettre en garde le lecteur sur l’utilisation de cette expression de recherche hasardeuse. Il s’agit ici plus d’un exercice de style littéraire que d’un réel fondement méthodologique qui soutiendrait notre démarche de recherche dans son intégralité. La recherche hasardeuse traduirait des moments ou des périodes durant lesquels les effets du hasard jouent positivement ou négativement sur la dynamique d’investigation. []
  6. « Hasard », in Brunet R., 1993, Les mots de la géographie : Dictionnaire critique, Paris, Reclus, pp. 251-252. []
  7. Définition adaptée de la célèbre phrase d’Antoine-Augustin Cournot qui a défini le hasard comme « la rencontre de deux séries causales indépendantes ». []
  8. « Hasard », Dictionnaire Larousse, [en ligne], http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/hasard/ []
  9. « Chance », Dictionnaire Larousse, [en ligne], http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/chance/ []
  10. «Opportunité », Dictionnaire Larousse, [en ligne],http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/opportunité/ []
  11. Nous parlons ici de première fois pour identifier le premier instant où, semblerait-il, le hasard a interféré avec la trajectoire définie par notre stratégie de la recherche jusqu’ici. []
  12. Nous entendons par là, qu’il nous était nécessaire de partir vers l’inconnu tout en gardant un rapport très étroit avec ce qui est connu. []
  13. Il s’agissait à l’époque de notre professeur référent lors de l’année de Master II, M. Laurent Couderchet, Professeur de Géographie de l’Université Bordeaux-Montaigne. []
  14. « Hasard », in Brunet R., 1993, Les mots de la géographie : Dictionnaire critique, Paris, Reclus, pp. 251-252. []
  15. Cette proposition fait référence au titre de notre projet de thèse. Cette étude porte sur une dimension comparative entre le bassin de vie montpelliérain en France et la région du Ribatejo au Portugal. Cette thèse est financée au titre du programme de recherche ANR DAUME – Durabilité des agriculture urbaines en Méditerranée : http://www1.montpellier.inra.fr/daume/ – Dans cette optique, la définition des terrains d’étude n’est en aucun cas un choix personnel, mais un arbitrage scientifique élaboré sur la base d’un diagnostic territorial par les membres du projet de recherche sur les différents terrains ciblés. Il n’y a donc pas eu de choix effectué au hasard ici. []
  16. Les lezírias désignent les terres alluvionnaires qui bordent le Tage. Elles sont considérées comme les terres les plus fertiles du Portugal. []
  17. Notre attention ne porte pas sur toute la région du Ribatejo, mais sur une partie appelée Lezíria do Tejo, qui correspond au zonage de niveau 3 de la nomenclature européenne des NUTS. Cette région est située en troisième couronne périurbaine de l’Aire Métropolitaine de Lisbonne  et a pour chef-lieu la municipalité de Santarém. []
  18. Fleury A. et Donadieu P., 1997, « De l’agriculture péri-urbaine à l’agriculture urbaine », Le Courrier de l’Environnement n°31, [en ligne], http://www7.inra.fr/dpenv/fleurc31.htm []
  19. Pour une présentation générale de cette zone d’étude au Portugal : Abrantes P., Marques da Costa E., Queirós M., Padeiro M. et Mousselin G., 2013, « Lezíria do Tejo, Agriculture et étalement urbain aux marges métropolitaine de Lisbonne », Cahiers Agricultures, Vol. 22, n°6, pp. 526-534, [en ligne], http://www.jle.com/fr/revues/agro_biotech/agr/e-docs/00/04/90/84/article.phtml []
  20. CCDR, 2009, Plano Regional de Ordenamento do Território – Oeste e Vale do Tejo, [en ligne], http://www.ccdr-lvt.pt/pt/plano-regional-de-ordenamento-do-territorio-do-oeste-e-vale-do-tejo-/613.htm (rubrique 2. Plano em vigor). []
  21. Il est possible dans certains cas de parler de co-présence. []
  22. Fleury A. et Donadieu P., 1997, « De l’agriculture péri-urbaine à l’agriculture urbaine », Le Courrier de l’Environnement n°31, [en ligne], http://www7.inra.fr/dpenv/fleurc31.htm []
  23. La traduction littérale en français est jardins urbains. []
  24. Durant les premiers jours du mois de février 2012, nous avions programmé une visite de la partie orientale de la ville reconstruite pour l’Exposition universelle de 1998. La mise en service de la quatrième ligne du Metropolitano, la même année, a permis de relier ce nouveau quartier au reste de la ville par un moyen de transport rapide et confortable. Le métro, entre les stations Olaias et Bela Vista, emprunte un passage à découvert laissant entrevoir une vallée encaissée entre deux collines. Cet espace délaissé par l’urbanisation accueille quelques hortas urbanas. La curiosité qui s’en suivit, nous entraina par la suite à sortir du métro à la station suivante. Ce fut à cet instant que le sentiment grisant de la découverte apparu, révélant un mouvement complexe de mise en valeur des terres à l’intérieur de la ville. La Câmara Municipal de Lisbonne (mairie) a mis en place depuis plusieurs années, un Programme stratégique transversal portant sur l’intensification à l’agriculture et à l’horticulture urbaine. Cette stratégie se traduit par la mise en place d’un réseau de parcs horticoles dans la ville. Ces parcs doivent devenir des espaces multifonctionnels, où la production alimentaire tient une grande place, afin de répondre aux besoins des habitants, dont certains se trouvent fortement démunis en ces temps de crise socio-économique. []
  25. Mousselin G., 2013, « L’agriculture urbaine de Lisbonne, un concept dynamique et opérationnel pour interroger la notion de gouvernance au cœur de la planification urbaine et environnementale de la ville ? L’exemple du « Parque Hortícola de Chelas »», 11ème Journée Doc’Géo « Environnement / Gouvernance », [en ligne], https://fr.slideshare.net/docgeobdx/5-mousselin-ok []
  26. Le choix de s’intéresser à la Région du Ribatejo était au départ indépendante de notre volonté, car jugée la région d’étude la plus intéressante par les membres portugais de l’équipe du projet DAUME. Il en a été de même pour le côté français avec le cas montpelliérain. []
  27. Les parcelles ne mesurent généralement guère plus de 150 m², alors que les plus petites exploitations agricoles mesurent en moyenne moins d’un demi-hectare. []
  28.  Il s’agissait principalement critères méthodologiques définis dans la phase préparatoire du terrain grâce à un diagnostic territorial établi par des collègues portugais. Ces critères étaient basés sur une analyse approfondie des données statistiques, une analyse des politiques publiques et des principaux documents stratégiques, des traitements cartographiques, ainsi que des entretiens exploratoires. []
  29. Nous pourrions parler ici de confrontation entre la recherche et la réalité du terrain. []
  30. L’aspect fortuit de la rencontre tient au fait que les personnes qui se trouvent impliquées dans la rencontre n’ont aucune connaissance de l’emploi du temps de leur interlocuteur. []
  31. Il s’agit ici de différences de pratiques culturelles entre les observations faites au Portugal et en France. La mise en culture de parcelle à Lisbonne revêt d’une dimension alimentaire très forte tandis qu’en France, les activités de mise en culture sont plus souvent considérées comme du jardinage et du hobby-farming. Cet aspect est renforcé si le premier est sans activité professionnelle et que le second dispose d’un emploi qui occupe son temps une bonne partie de la journée. Dans la majorité des cas observés, les horticulteurs portugais sont soit des personnes âgées qui ne disposent pas de très hautes pensions de retraite ou des personnes sans emplois. Néanmoins, il ne faudrait pas généraliser à outrance cette proposition, car il existe des cas similaires entre les deux pays. []
  32. Cette proposition dépend de la mise à disposition volontaire et immédiate du temps de l’acteur rencontré pour notre propre bénéfice. []
  33. Saint-Sernin B., « Hasard », Encyclopædia Universalis, [en ligne], http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/hasard/ []
  34. La disparition soudaine d’une personne suite à son décès par exemple. []
  35. « Hasard », in Brunet R., 1993, Les mots de la géographie : Dictionnaire critique, Paris, Reclus, pp. 251-252. []
  36. Le système agri-urbain est proposé par le projet DAUME afin de cerner ces réalités variées et particulièrement malléables. Il est défini comme « l’ensemble des relations et interactions qui s’établissent entre la ville et l’agriculture (intra et périurbaine), en considérant d’emblée qu’elles sont multifonctionnelles : géographiques, foncières, économiques, écologiques, sociales, culturelles, politiques, etc. ». []
  37. Le hasard peut intervenir ici par l’utilisation d’outils méthodologiques comme une table aléatoire des nombres dans une démarche quantitative d’enquêtes par exemple. Certains auteurs parlent de « domestication mathématique » du hasard pour traduire le fait d’essayer de rendre « mathématisable » certaines propriétés du hasard. Néanmoins, le propre du hasard étant l’imprévisibilité, il y aura toujours des paramètres qui échapperont mathématisation prévisionnelle. []
  38. Saint-Sernin B., « Hasard », Encyclopædia Universalis, [en ligne], http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/hasard/ []
  39. La « personne relais » : « désigne parfois ces personnes « en vue » dans leur village ou leur quartier, même hors de toute fonction officielle, qui fournissent de l’information et articulent les relations de voisinage, à la ville, à l’autorité, au « système », leur absence et leur disparition est un facteur de désencadrement et de trouble local ». « Relais », in Brunet R., 1993, Les mots de la géographie : Dictionnaire critique, Paris, Reclus, p. 425. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *