À propos

Tout est venu d’un simple échange de tweets entre Claire et moi, le 9 août 2012 entre 21h et 22h. Elle me disait se sentir « telle à Paris, telle à Istanbul » ce à quoi je lui répondais que j’aimais cette idée d’être partout chez soi. Claire renchérit alors par ces mots : « Ou nulle part, remarque, ça revient pas mal au même dans le fond. » Alors que je lisais cette phrase à haute voix, Florian, doctorant en Mathématiques me dit alors ceci : « Partout, c’est partout mais presque partout c’est nulle part. » Si presque partout c’est nulle part, alors nulle part se situe où ? A l’entendre absolument pas partout mais PRESQUE partout. Qu’est ce donc que ce « presque partout » pour le mathématicien ? Est-il le même pour un anthropologue ? C’est à partir de ce moment précis que l’anthropologue que je suis a eu envie d’observer, d’écouter, de comprendre le discours du mathématicien et notamment au travers de sa thèse et de ses diverses présentations au cours de conférences. Quant au mathématicien, le discours de l’anthropologue l’oblige à revoir le sien pour le rendre compréhensible. Cette rencontre donnera lieu à une étude empirique de plusieurs situations inattendues et surprenantes.

Everything has begun on twitter between Claire and I. It was the August 9th near 10 o’clock. She told me : « I feel the same in Paris and the same in Istanbul. » So I answered : « I like the idea to feel at home everywhere. » So Claire said : « Or nowhere, but it’s the same at the end. » As I was reading her answer to Florian (Maths phD), he suddenly said : « Everywhere it’s everywhere but almost everywhere it’s nowhere. » If almost everywhere it’s nowhere, so where is nowhere ? If I listen Florian, nowhere is absolutely not everywhere but it can be ALMOST everywhere. What is this « almost everywhere » for Florian the mathematician ? Is it the same for an anthropologist ? It was the beginning of a reflection, the reflection of an anthropologist that I am and since this moment I listen, watch, try to understand the mathematician’s language through his thesis and speeches during conferences. And about the mathematician, he has to rethink its language to make it understandable for the anthropologist. This meet will lead an empiric study of several unexpected and surprising events.