Archives par mot-clé : arts

Photographie entre la causalité et le hasard/la contingence

par Snjezana Simic, doctorante en Arts et langages
UMR8566 – CNRS – EHESS CRAL, 96, bd Raspail, 75006 Paris
snjezana.simic@ehess.fr

———

———

Nombreux sont les textes qui ont parlé – et parlent toujours – de la photographie en tant que médium causal. Leur argumentation trouve son point de départ dans la technique photographique – son procédé et fonctionnement optique, chimique ou numérique – et peut amener à des conclusions philosophiques. Il suffit de se rappeler du livre culte de Roland Barthes1 ou encore de la thèse sémiotique du signe en tant qu’indice2, pour comprendre l’ampleur et l’importance de cette approche qui a indéniablement influencé notre pensée sur la photographie. Aujourd’hui, nous avons le choix de la contester afin de prouver qu’elle n’est pas ou plus valable, ou bien de l’approuver en s’inscrivant dans une ligne de réflexion similaire. Il ne s’agit pas ici de valoriser ces deux options, ni opter pour l’une au détriment de l’autre, mais de reconnaître qu’il est fondamental de réanalyser ces conclusions afin d’ouvrir une possibilité de leur dépassement. Continuer la lecture de Photographie entre la causalité et le hasard/la contingence

  1. Roland Barthes, La chambre claire. Note sur la photographie, Gallimard, 1989. La notion de « ça-a-été ». []
  2. Cf. Charles Peirce et la structure tripartite du signe rapporté à son objet / icône, indice, symbole. []

[ICM 2014] Jour 6 : Jean-Pierre Bourguignon et Cédric Villani, again

(Vous ne vous trompez pas, vous êtes bien au 6ème jour de l’ICM et non au 5ème bien que les protagonistes d’aujourd’hui soient les mêmes que ceux d’hier… Vous me suivez ?)

Le programme de cette journée était beaucoup moins chargé que celui de la veille. Il commençait doucement à 17h avec, pour ma part, un exposé très intéressant de Zeev Rudnick sur l’équivalent de l’hypothèse de Riemann pour les polynômes sur les corps finis et, pour Stéphanie,  l’exposé de Jean-Pierre Bourguignon : « The life of a mathematician may have several sides ». Je ne vais pas me lancer dans une explication du sujet de Rudnick car il était un peu technique mais je peux au moins vous dire que c’est un très bon orateur. Au moins, son exposé était compréhensible par tous les mathématiciens entraînés.

IMG_7966

Jean-Pierre Bourguignon – The life of mathematician may have several sides

De mon côté, j’ai donc été écouter Jean-Pierre Bourguignon. Lui aussi est un excellent orateur. Et quelle carrière ! Ça laisse rêveur. Jean-Pierre Bourguignon nous a expliqué ce qui l’a mené à devenir mathématicien : au final, ce n’est qu’une question de rencontres. La première, décisive, fut son professeur de mathématiques dans le secondaire (à l’époque collège et lycée étaient dans le même établissement) : il s’agissait de monsieur Lemaître. Un homme fantastique qui enseignait excellemment bien les mathématiques. S’en est suivie une longue liste d’énumération de noms de mathématiciens que je ne peux malheureusement pas vous retranscrire ici puisque Jean-Pierre Bourguignon ne nous en montrait que les portraits (et comme je ne suis pas mathématicienne, voir un portrait et n’entendre que le nom ne me permet pas de bien l’orthographier). Il a rejoint le CNRS en 1969, âgé de 21/22 ans. Je vous avoue que sur le coup, j’ai cru que j’avais très mal compris. Mais si ! 21 ans au CNRS ! Je me suis alors souvenue du parcours du directeur de thèse de Florian, François Rodier et de mon propre directeur de thèse, Christian Bromberger. Oui, clairement, c’était une toute autre époque. J’ai trouvé cela formidable en même temps que j’ai profondément et soudainement été bien triste : comment a-t-on pu en arriver là ? Comment se fait-il qu’aujourd’hui il soit si difficile d’obtenir un poste et surtout que tout le monde fasse comme si cela était devenu normal d’en passer par là. Je ne trouve pas cela normal du tout. Je n’ai pas non plus envie de donner dans le nostalgique « c’était mieux avant » : je m’interroge surtout sur le fait qu’on ait pu en arriver là, à cette difficulté de trouver un emploi dans la recherche1 et qu’on ait laissé faire ou plutôt qu’on ait rien fait pour y remédier. Franchement, n’y a-t-il eu personne qui se soit rendu compte à moment donné que tout cela partait à la dérive ? Bref… J’ai eu un petit coup de blues sur le coup, je vous l’avoue. Mais malgré cela, le discours de Jean-Pierre Bourguignon m’a conforté sur les bienfaits des rencontres : pour lui, ce fut aussi, par exemple avec James Simons qui lui offrit un poste à Stony Brooks. Du coup, cette histoire m’a apporté une autre lumière sur James Simons. Dans le fond, je pense que malgré sa notoriété et sa richesse, il est resté profondément mathématicien. Et je crois, n’en déplaise à certaines personnes, que les dons réalisés pour subvenir aux mathématiques sont sincères2. Après tout, il a les moyens de pouvoir aider la recherche à sa façon : une façon qui ne plaît pas à tout le monde3 mais il fait4 ! Pour en revenir à Jean-Pierre Bourguignon, chacune de ces rencontres lui a permis d’accéder à de nouveaux postes, de voyager, etc. Puis, après le travail de recherche de mathématicien, il a aussi décidé de s’investir dans la communication scientifique : il a rejoint différentes communautés mathématiques pour cela comme l’IMU, le CIRM, l’ERC (dont il est le président actuel), etc. 

Continuer la lecture de [ICM 2014] Jour 6 : Jean-Pierre Bourguignon et Cédric Villani, again

  1. Et je ne parle pas même pas des salaires : la précarité de l’emploi dans la recherche n’est pas un mythe. []
  2. Bien que l’homme ne soit jamais tout noir ou tout blanc. Mais je ne vais pas me lancer dans la théorie du don, du contre-don et encore moins du cadeau et du plaisir d’offrir, etc. Ce n’est pas le propos aujourd’hui et ce serait beaucoup trop long en ndbp. []
  3. Mais de toutes façons, on ne peut pas plaire à tout le monde. []
  4. Car oui, messieurs, dames, au risque de vous choquer, il pourrait aussi ne rien faire et ne rien donner du tout. []