Archives par mot-clé : Camille Veit

Rencontrer l’autre : entre hasard et savoir

par Camille Veit, Psychologue clinicienne, doctorante en psychologie et psychopathologie cliniques.
Laboratoire d’anthropologie et de psychologie cognitives et sociales
Campus Saint Jean d’Angely / SJA3 / MSHS Sud-Est
3, Bd François Mitterrand, 06357 Nice Cedex 4
veit.camille@etu.unice.fr

———

Plan
1. Hasard et rencontre dans la vie quotidienne
2. Rencontrer l’autre dans le contexte du soin psychique
3. Comment relayer le hasard ? La fonction du savoir
4. Bibliographie

———

Quelle est la place du hasard dans la rencontre, dans le contexte du soin psychique ? Comment, dans une discipline humaine qui du reste appartient bien au champ des sciences humaines, le hasard trouve-t-il à se nouer au savoir ?

1. Hasard et rencontre dans la vie quotidienne

Que peut-il se jouer dans une rencontre, et quelles en sont les composantes ? Avant tout, il convient de bien distinguer trois signifiants mais aussi trois réalités distinctes que sont rencontrer quelqu’un, le croiser ou encore être avec lui en contact. Dans le langage courant, le terme « rencontre » intervient souvent quand pour soi est entré en jeu quelque chose auquel on ne s’attendait pas. C’est cela qui est ici important, c’est-à-dire le caractère imprévu de la rencontre. Si nous en avions l’intuition, l’étymologie du mot rencontre vient à confirmer son nouage énigmatique à l’imprévu, ou plutôt, au hasard ; puisque rencontrer vient du latin encontere qui signifie « trouver par hasard sur son chemin ».

Mais la rencontre ne se résume pas à la composante du hasard ; elle est aussi quelque chose qui fait choc… souvent conséquence du fait qu’on ne s’y attende pas, justement ! Un nouvel exemple tiré de la vie quotidienne peut tout à fait l’illustrer, c’est celui dit du « coup de foudre », où il s’agit littéralement pour le sujet de quelque chose qui lui « tombe dessus », par hasard. Donc, le coup de foudre, on ne s’y attend pas, première chose. Mais ce qui le caractérise également est qu’on ne puisse pas en dire grand-chose ! Et c’est là le deuxième élément constitutif de la rencontre : on ne peut rien en dire. Parce qu’une rencontre, si elle a trait au hasard, a également quelque chose à voir avec ce qu’en psychanalyse, on appelle le réel. Au sens du psychanalyste Jacques Lacan, le réel est à distinguer de la réalité, de la représentation qu’un sujet se fait du monde extérieur. Le réel, c’est l’impossible, le hors-sens, ce pour quoi la langue ne dispose pas de mots adéquats pour le décrire (Lacan, 1975). Dans le langage courant, on dira par exemple « je n’ai pas les mots pour le dire » en tant que cet instant pourrait peut-être toucher au réel, justement.

Ainsi, la rencontre se constituerait d’un nouage entre hasard et réel. C’est en ce sens qu’il parait délicat de promouvoir la programmation d’une rencontre ! Cette idée marque la transition avec le second point que j’aimerais aborder, qui est celui de la rencontre dans le contexte du soin psychique et plus spécifiquement de la folie. Continuer la lecture de Rencontrer l’autre : entre hasard et savoir