Archives par mot-clé : congrés

[ICM2014] Jour 8 : Yitang Zhang et la cérémonie de clôture

Et voilà, la dernière journée de l’ICM 2014 est arrivée et c’est avec une petite pointe de tristesse que j’assistais seul1 au dernier exposé invité du congrès, « Small gaps between primes » par Yitang Zhang. Plus tard, je fus rejoint par Stéphanie pour la cérémonie de clôture.

Je tenais à assister à la présentation de Yitang Zhang car sa résolution de la version faible de la conjecture des nombres premiers jumeaux2 avait été un succès retentissant dans le monde des mathématiques, il y a de cela un an. On rappelle que la conjecture des nombres premiers jumeaux est l’assertion selon laquelle il existe une infinité de nombres premiers jumeaux. C’est-à-dire qu’il existe une infinité de nombre premiers tel que, lorsqu’on leur ajoute 2, on obtient un nouveau nombre premier3. La version démontrée par Yitang Zhang diffère dans le sens où l’on s’autorise à ajouter n’importe quel nombre compris entre 2 et 70 000 000 environ pour obtenir un nouveau nombre premier. Alors effectivement, vu comme ça, ça a l’air vraiment faible comme résultat mais détrompe-toi cher lecteur, car le fait d’avoir une borne supérieur (70 millions) fixe est un exploit mathématique incroyable ! Yitang Zhang ouvre ainsi la voie vers la résolution complète de cette conjecture qui tient en respect les mathématiciens du monde entier depuis Euclide.

Enfin, ça c’est le bon côté de l’exposé car je l’avoue c’était drôle parce que catastrophique. D’après ce que j’ai compris, Yitang Zhang tenait absolument à faire son exposé à l’ancienne, c’est-à-dire sans slides. L’organisation lui a proposé une solution de remplacement en lui fournissant une tablette tactile reliée aux projecteurs de la salle. Le seul problème, c’est que Yitang Zhang n’était apparemment pas habitué au maniement de tablette et les « couacs » techniques se sont enchaînés… Yitang Zhang s’est confondu en excuses à la fin mais je pense que personne ne lui en voudra vraiment. Idée pour les prochains ICM : réfléchir sérieusement à une solution convenable pour ceux qui souhaitent faire leur exposé uniquement sur un tableau. Par exemple, leur proposer une formation sur tablette, leur proposer un tableau et le filmer de très près, ou bien refuser ce genre d’exposé définitivement quitte à devoir se passer de grands noms4. Bref, j’ai quand même réussi à comprendre l’idée principale de l’exposé mais j’ai dû lutter. Voici le lien vers la vidéo au cas où vous voudriez voir tout cela de vos propres yeux.

Continuer la lecture de [ICM2014] Jour 8 : Yitang Zhang et la cérémonie de clôture

  1. C’est-à-dire sans Stéphanie parce que non, je n’étais pas tout seul pour assister à cet exposé. []
  2. Non ! Pas la version 2.0 ! []
  3. En version courte, tels que p et p+2 soient tous les deux premiers. []
  4. Je trouverais cette dernière solution un peu dommageable, surtout que les exposés sur tableaux sont une particularité des mathématiques à laquelle les mathématiciens sont profondément attachés. []

[ICM 2014] Jour 7 : Günter M. Ziegler, Panel Imaginary et fans de Maths

En ce septième jour de l’ICM 2014, les attractions principales étaient l’exposé de Günter M. Ziegler et le Panel Imaginary. Je ne connaissais pas Günter1 M. Ziegler avant l’ICM 2014 mais le titre de son exposé « What is Mathematics and teaching what is Mathematics » était bien trop alléchant pour que Stéphanie et moi n’y assistions pas. On commencera par louer les talents d’orateur de Günter et son sens de l’humour : la preuve en image !

Pour ma part, j’ai trouvé cet exposé très drôle et très profond à la fois. Je retiendrai particulièrement la définition par récurrence des mathématiques : « Chacun doit trouver sa définition des mathématiques en pratiquant les mathématiques » ainsi que la double discontinuité de Klein. À propos de cette dernière, je pense avoir un début d’explication : la plupart2 de mes camarades de faculté qui ont choisi de passer les concours d’enseignement ne faisait qu’apprendre par cœur leurs cours ainsi que leurs exercices sans véritablement chercher à comprendre ce qu’ils faisaient. Pas étonnant donc qu’ils aient oublié les mathématiques qu’ils avaient faites en faculté une fois revenus au lycée. Ils apprennent le programme de l’éducation nationale par cœur une fois de plus et le recrache tel quel à leurs élèves. Le seul avantage de ce genre de professeur, c’est qu’ils sauront vous faire développer des techniques très efficaces pour réussir les examens. Par contre, pour vous aider à augmenter vos capacités de réflexions et à développer votre imagination, c’est une toute autre histoire…

Personnellement, je retiendrai surtout cette phrase : « Être enseignant en maths, c’est accepter de répondre à de nombreuses questions qui ne sont pas fatalement des problèmes  de maths. » Je pense que cette assertion vaut pour tout type de matière. Et ce n’est pas les quelques échanges qui s’en sont suivis sur twitter avec Claire Placial, David Monniaux, Scons Dut et A. qui diront l’inverse :

 

IMG_7967

Günter M. Ziegler

Continuer la lecture de [ICM 2014] Jour 7 : Günter M. Ziegler, Panel Imaginary et fans de Maths

  1. Non, ce n’est pas celui qui a une grosse moustache avec des grosses lunettes de soleil et qui chante des « Tra la la ». Non, ce n’est pas lui, pas la peine d’insister. []
  2. Je dis bien la plupart et non pas tous. []

[ICM 2014] Jour 6 : Jean-Pierre Bourguignon et Cédric Villani, again

(Vous ne vous trompez pas, vous êtes bien au 6ème jour de l’ICM et non au 5ème bien que les protagonistes d’aujourd’hui soient les mêmes que ceux d’hier… Vous me suivez ?)

Le programme de cette journée était beaucoup moins chargé que celui de la veille. Il commençait doucement à 17h avec, pour ma part, un exposé très intéressant de Zeev Rudnick sur l’équivalent de l’hypothèse de Riemann pour les polynômes sur les corps finis et, pour Stéphanie,  l’exposé de Jean-Pierre Bourguignon : « The life of a mathematician may have several sides ». Je ne vais pas me lancer dans une explication du sujet de Rudnick car il était un peu technique mais je peux au moins vous dire que c’est un très bon orateur. Au moins, son exposé était compréhensible par tous les mathématiciens entraînés.

IMG_7966

Jean-Pierre Bourguignon – The life of mathematician may have several sides

De mon côté, j’ai donc été écouter Jean-Pierre Bourguignon. Lui aussi est un excellent orateur. Et quelle carrière ! Ça laisse rêveur. Jean-Pierre Bourguignon nous a expliqué ce qui l’a mené à devenir mathématicien : au final, ce n’est qu’une question de rencontres. La première, décisive, fut son professeur de mathématiques dans le secondaire (à l’époque collège et lycée étaient dans le même établissement) : il s’agissait de monsieur Lemaître. Un homme fantastique qui enseignait excellemment bien les mathématiques. S’en est suivie une longue liste d’énumération de noms de mathématiciens que je ne peux malheureusement pas vous retranscrire ici puisque Jean-Pierre Bourguignon ne nous en montrait que les portraits (et comme je ne suis pas mathématicienne, voir un portrait et n’entendre que le nom ne me permet pas de bien l’orthographier). Il a rejoint le CNRS en 1969, âgé de 21/22 ans. Je vous avoue que sur le coup, j’ai cru que j’avais très mal compris. Mais si ! 21 ans au CNRS ! Je me suis alors souvenue du parcours du directeur de thèse de Florian, François Rodier et de mon propre directeur de thèse, Christian Bromberger. Oui, clairement, c’était une toute autre époque. J’ai trouvé cela formidable en même temps que j’ai profondément et soudainement été bien triste : comment a-t-on pu en arriver là ? Comment se fait-il qu’aujourd’hui il soit si difficile d’obtenir un poste et surtout que tout le monde fasse comme si cela était devenu normal d’en passer par là. Je ne trouve pas cela normal du tout. Je n’ai pas non plus envie de donner dans le nostalgique « c’était mieux avant » : je m’interroge surtout sur le fait qu’on ait pu en arriver là, à cette difficulté de trouver un emploi dans la recherche1 et qu’on ait laissé faire ou plutôt qu’on ait rien fait pour y remédier. Franchement, n’y a-t-il eu personne qui se soit rendu compte à moment donné que tout cela partait à la dérive ? Bref… J’ai eu un petit coup de blues sur le coup, je vous l’avoue. Mais malgré cela, le discours de Jean-Pierre Bourguignon m’a conforté sur les bienfaits des rencontres : pour lui, ce fut aussi, par exemple avec James Simons qui lui offrit un poste à Stony Brooks. Du coup, cette histoire m’a apporté une autre lumière sur James Simons. Dans le fond, je pense que malgré sa notoriété et sa richesse, il est resté profondément mathématicien. Et je crois, n’en déplaise à certaines personnes, que les dons réalisés pour subvenir aux mathématiques sont sincères2. Après tout, il a les moyens de pouvoir aider la recherche à sa façon : une façon qui ne plaît pas à tout le monde3 mais il fait4 ! Pour en revenir à Jean-Pierre Bourguignon, chacune de ces rencontres lui a permis d’accéder à de nouveaux postes, de voyager, etc. Puis, après le travail de recherche de mathématicien, il a aussi décidé de s’investir dans la communication scientifique : il a rejoint différentes communautés mathématiques pour cela comme l’IMU, le CIRM, l’ERC (dont il est le président actuel), etc. 

Continuer la lecture de [ICM 2014] Jour 6 : Jean-Pierre Bourguignon et Cédric Villani, again

  1. Et je ne parle pas même pas des salaires : la précarité de l’emploi dans la recherche n’est pas un mythe. []
  2. Bien que l’homme ne soit jamais tout noir ou tout blanc. Mais je ne vais pas me lancer dans la théorie du don, du contre-don et encore moins du cadeau et du plaisir d’offrir, etc. Ce n’est pas le propos aujourd’hui et ce serait beaucoup trop long en ndbp. []
  3. Mais de toutes façons, on ne peut pas plaire à tout le monde. []
  4. Car oui, messieurs, dames, au risque de vous choquer, il pourrait aussi ne rien faire et ne rien donner du tout. []

[ICM 2014] Presque Partout au Congrès International des Mathématiciens


Grâce à Twitter, « Kanye West » et une super secrétaire coréenne, Stéphanie et moi-même allons pouvoir nous rendre au Congrès International des Mathématiciens édition 2014 (International Congress of Mathematicians ou ICM) qui se tiendra au COEX, à Séoul en Corée, du 13 au 21 août. Oui, car la Corée, ce n’est pas uniquement le kimchi et les barbecues, les manwha, Pucca et la K-pop! La Corée en cette année 2014, c’est aussi les mathématiques, qu’on se le dise.

C’est quoi le Congrès International des Mathématiciens ?

C’est la plus importante conférence de mathématiques du monde, rien que ça1 ! Il a lieu tous les quatre ans depuis 18972 dans une ville différente à chaque édition. Mais ce congrès n’est pas une simple rencontre de mathématiciens parmi tant d’autres. C’est durant celui-ci que sont remises les fameuses médailles Fields ! Ces médailles récompensent jusqu’à quatre mathématiciens de moins de 40 ans3 pour l’ensemble de leur carrière. Elles sont un peu l’équivalent du prix Nobel en mathématiques et d’ailleurs, l’origine des médailles Fields laisse le champs libre a plein d’histoires plus fantasques les unes que les autres4 mais peut-être que cette fois, l’article du New York Times fera la lumière sur toute cette affaire.

Si vous voulez en savoir plus sur le programme de cette édition 2014, un seul site, celui de l’ICM of coursewww.icm2014.org/
Et si vous voulez assister à mon exposé5, sachez qu’il se déroulera le jeudi 14 août à 15h40 en salle 326 au COEX.

Continuer la lecture de [ICM 2014] Presque Partout au Congrès International des Mathématiciens

  1. J’avais envie de rajouter de l’univers mais tout de même, restons modeste ! []
  2. La deuxième édition a eu lieu en 1900 donc non, il n’y a pas de problème avec la parité de l’année 2014 ! Et pour ceux qui auront fait une division par quatre, sachez qu’il n’y a pas eu d’ICM entre 1936 et 1950. []
  3. Et oui, place aux jeunes ! []
  4. Comme quoi, par exemple, la femme de Nobel l’aurait trompé avec un matheux et que c’est pour ça qu’il n’a pas créé le prix Nobel de maths pour se venger à sa façon. Délirant, n’est-ce pas ! []
  5. Sait-on jamais que vous vous ennuyez cet été en France et que la Corée vous gagne. []