Archives par mot-clé : informatique

Consommation du foie de loup enragé : un exemple de paléo-vaccination

par Eric Faure, Professeur
Institut de mathématiques de Marseille (I2M), Centre de mathématiques et informatique (CMI)
Technopôle Château-Gombert, 39, rue F. Joliot Curie, 13453 Marseille Cedex 13
Aix Marseille Université
eric.faure@univ-amu.fr

———

Partie 1

Partie 2

———

Citer cet article

Eric Faure, « Consommation du foie de loup enragé : un exemple de paléo-vaccination », Carnet de recherche hypothèses « Presque Partout » [En ligne], mis en ligne le 28 octobre 2014, consulté le…, URL : http://presquepartout.hypotheses.org/1035

[À travers champs] Hasard – 6 juin 2014 Programme modifié et Inscriptions closes

AffichePP

Présentation de la journée

Cette journée d’étude se veut une rencontre des mathématiques et de l’informatique avec les autres champs disciplinaires de la recherche, qu’il s’agisse des sciences humaines et sociales, des sciences naturelles ou des autres sciences formelles. Ce moment de rencontre sur un thème donné – pour cette première édition, hasard – permettra aux participants de présenter leurs recherches sur ce sujet ainsi que les diverses significations propres à leur domaine de recherche dans leur discipline. Cette journée se veut donc pluridisciplinaire et souhaite mettre en lumière les différentes façons d’aborder un même sujet, l’occasion pour chacun de pouvoir changer son angle de vue sur sa propre recherche en cours et de mettre les mathématiques et l’informatique en perspective vis-à-vis des autres disciplines. Elle permettra de créer des connexions et des liens entre des disciplines trop souvent considérées comme éloignées alors qu’elles n’attendent que de se rencontrer. Ces échanges, nous l’espérons, pourront aboutir à de futures collaborations puisque chacun découvrant les façons de faire et de dire de l’autre, et pourquoi pas permettront de trouver un langage commun.

La journée débutera à 9h15 et se terminera à 17h45. Cinq duos de chercheurs sont au programme dont deux le matin et trois l’après-midi. Chaque duo se compose d’un chercheur en mathématiques/informatique et d’un chercheur en sciences humaines et sociales ou sciences naturelles (ou autres). Chacun a 20 minutes pour exposer sa réflexion concernant le hasard au regard de son propre domaine de recherche. Puis, ils auront 10 minutes pour discuter entre eux, une discussion où chacun pourra porter un regard sur la science de l’autre. Enfin, les 10 dernières minutes seront consacrées aux questions posées par le public. Cette journée sera introduite par l’intervention de Jean Dhombres (mathématicien et historien des mathématiques) et conclue par celle de Baptiste Morizot (philosophe).

Programme

Une de nos intervenantes étant dans l’impossibilité de pouvoir se joindre à nous, le programme est donc légèrement modifié. Nous reprendrons la journée à 14h et non à 13h45. Merci de votre compréhension.

9h15, Accueil des participants

9h30, Présentation de la journée

9h45, Les significations multiples du hasard ?  Jean Dhombres (EHESS)

10h15, Pause

10h30, Théorie effective de l’aléatoire Pierre Guillon (I2M) & Comment observer et analyser, en ethnologue, les jeux dits de hasard ?  Thierry Wendling (IIAC – LAHIC)

11h30, Aller au hasard ? Idée saugrenue ou réel potentiel pour la recherche en thèse de géographie ? Guilhem Mousselin (ADESS) & Une anatomie de l’errance numérique ou vers une vision renouvelée des usages du web Samuel Nowakowski (LORIA)

12h30, Déjeuner

14h00Lisbonne, 1er novembre 1755 : un hasard ? Au cœur de la querelle entre Rousseau et Voltaire Sofiane Bouhdiba (Université de Tunis)

14h45, Les nombres premiers ne sont pas si aléatoires Annamaria Iezzi (I2M) & Le hasard en photographie Snjezana Simic (EHESS)

15h45, Pause

16h00, Consommation du foie de loup enragé : un exemple de paléo-vaccination ? Eric Faure (I2M) & Rencontrer l’autre : entre hasard et savoir Camille Veit (LIRCES)

17h00, Le refus naturel du hasard. Pour une explication darwinienne de l’antidarwinisme Baptiste Morizot (CEPERC)

17h45, Fin de la journée, merci à tous

Infos Pratiques

La journée aura lieu le 6 juin 2014 dans les locaux de l’I2MP où l’accueil se fait au 1er étage.

I2MP – Entrée basse par le Fort Saint-Jean
201, quai du port
13002 Marseille

PlanPP

Accès

Métro : station Vieux Port (M1) + 11 minutes à pied (voir plan ci-dessus)
Bus : 82 ou 60 (arrêt Fort Saint Jean) et 49 (arrêt Église Saint-Laurent) – www.rtm.fr
Voiture : parking Vieux Port/Fort Saint Jean (accès boulevard du littoral) et parking Hôtel de ville ( accès par la place Jules Verne)

Inscriptions closes

L’inscription est OBLIGATOIRE pour participer à la journée
et le nombre de places est limité à 40 !

Nous remercions tous nos partenaires sans qui cette journée n’aurait pu être possible :

crédit : Les heureux hasards de l’escarpolette – Jean-Honoré Fragonard – 1767 – By kind permission of the Trustees of the Wallace Collection

[À travers champs] Hasard – Appel à contribution

Vendredi 6 juin 2014, nous vous proposons de nous retrouver
au MuCEM, Fort Saint-Jean à Marseille,
pour une journée d’études intitulée À travers champs1.

9314194642_f59699964e_o

Cette  journée d’études propose de confronter les mathématiques et l’informatique aux champs disciplinaires des Sciences Humaines et Sociales (sociologie, anthropologie, philosophie, histoire, etc.). Pour cette première édition2, le thème proposé est le HASARD.
Chaque participant est invité à exposer ce qu’est le hasard dans sa discipline que ce soit, par exemple, par la définition qui en est donnée par son domaine de recherche, ou par sa pratique du terrain, ou encore sur l’emploi qu’il en fait au cours de sa recherche, etc.
Cette journée d’études se veut donc pluridisciplinaire et souhaite mettre en lumière les différentes façons d’aborder un même sujet, l’occasion pour chacun de pouvoir changer son angle de vue sur sa recherche en cours. Elle permettrait de créer des connexions et des liens entre des domaines de recherches que sont les mathématiques et l’informatique et les SHS, trop souvent considérées comme éloignées alors qu’elles n’attendent que de se rencontrer.

Argumentaire

Voici ce que rappelle Claude Lévi-Strauss, lequel a eu l’opportunité de collaborer avec le mathématicien André Weil, sur l’importance des échanges entre les Sciences Formelles et Naturelles, et plus particulièrement les mathématiques, et les Sciences Humaines et Sociales :

La collaboration ne saurait être à sens unique. D’un côté, les mathématiques contribueront au progrès des sciences sociales, mais, de l’autre, les exigences propres à ces dernières ouvriront aux mathématiques des perspectives supplémentaires. En ce sens, il s’agit donc de mathématiques nouvelles à créer. Cette fécondation réciproque a été, pendant deux ans, l’objet principal du séminaire sur l’utilisation des mathématiques dans les sciences humaines et sociales qui a eu lieu à l’Unesco en 1953-1954 sous les auspices du Conseil international des sciences sociales et auquel ont participé des mathématiciens, physiciens, biologistes, du côté des sciences exactes et naturelles, et, pour les sciences humaines et sociales, des économistes, psychologues, sociologues, historiens, linguistes, anthropologues et psychanalystes. Il est encore trop tôt pour évaluer les résultats de cette expérience audacieuse; mais quelles qu’aient été ses insuffisances, aisément prévisibles dans cette période de tâtonnements, le témoignage unanime des participants établit clairement que tous s’en sont trouvés enrichis. Car l’homme ne souffre pas moins, dans son être intime, de la compartimentation et des exclusives intellectuelles, qu’il ne pâtit, dans son existence collective, de la méfiance et de l’hostilité entre les groupes. En travaillant à l’unification des méthodes de pensée, qui ne sauraient être à jamais irréductibles pour les différents domaines de la connaissance, on contribue à la recherche d’une harmonie intérieure qui est peut-être, sur un autre plan que celui de l’Unesco, mais non moins efficacement, la condition véritable de toute sagesse et de toute paix.

Claude Lévi-Strauss, 1954. « Introduction : les mathématiques de l’homme », Bulletin international des Sciences sociales, vol. VI, n°4, p.643. Corbeil – Essonnes, UNESCO. (Consultable en ligne : http://unesdoc.unesco.org/images/0005/000597/059778fo.pdf)

***

C’est du hasard de notre rencontre qu’est née l’envie d’organiser cette journée d’études. Notre science respective se nourrit de la science de l’autre : les mathématiques pointent le bout de leur nez dans l’anthropologie et l’anthropologie s’immisce dans les mathématiques. Partage de la science donc qui nous conforte sur les bienfaits de la pluridisciplinarité. Aussi, nous vous invitons à exposer votre science et à découvrir la science de l’autre : une aventure à travers différents champs disciplinaires.

C’est le hasard que nous mettons à l’honneur car c’est peut-être bien lui qui crée les heureuses (mais aussi malheureuses) rencontres. Mais le hasard a-t-il un aussi grand pouvoir ? Quant à savoir ce qu’est le hasard, tout l’enjeu de cette journée d’études repose sur cette question. Qu’est-ce que le hasard au regard des différentes disciplines en SHS ? Est-il identique à celui des mathématiques et de l’informatique ? Ne serait-il pas intéressant de sortir des sentiers de nos disciplines pour aller voir ailleurs ce que peut être ce curieux hasard ? Qu’a-t-il d’autre à nous apprendre ? Ce changement de point de vue peut-il ouvrir des portes sur les champs du possible…3

***

Cette journée d’études est ouverte aux chercheurs confirmés mais aussi et surtout aux doctorants désireux de partager leur travail de recherche.

L’exposé de 20 minutes environ devra être compris de TOUS !

  • Chercheurs en mathématiques et informatique, nous n’attendons pas de vous un exposé pointu de vos recherches mais plutôt un exposé de vulgarisation compréhensible par les chercheurs en SHS.
  • Chercheurs en SHS, de même, votre discours doit être accessible aux mathématiciens et informaticiens : votre vocabulaire devra être adapté ou explicité pour la bonne compréhension de tous.

Nous souhaiterions pouvoir instaurer un DIALOGUE entre vos sciences respectives.

Pour votre information, toutes les disciplines en SHS sont invitées à participer !

Axes thématiques

Les intervenants sont invités à proposer des sujets sur les thématiques suivantes :

  • Le hasard
  • Le déterminisme, l’indéterminisme
  • La destinée
  • La sérendipité
  • Le concours de circonstance, la rencontre, la coïncidence
  • Le jeu, la théorie des jeux
  • Les sorts, la magie
  • La chance
  • Les probabilités, le tirage au sort
  • L’aléatoire (méthode Monte Carlo par exemple)
  • La divination, la prédiction
  • La théorie des nombres

Bien sûr, il s’agit là de pistes de réflexion. Vous êtes cordialement invités à faire votre propre proposition tant que le sujet répond au thème du hasard.

Modalités de soumission

Veuillez faire parvenir vos propositions de communication en français, sur une page maximum, au format PDF (en indiquant votre sujet, les principales problématiques envisagées et les sources mobilisées), ainsi qu’une brève bio (profession, domaine de recherche, institution, etc.) à l’adresse mail suivante : misanthropologue@orange.fr et en copie à fcaullery@gmail.com

Date limite de proposition de communication : 15 mars 2014

Nous vous communiquerons les réponses le 5 avril 2014.

***

Comité organisateur :

  1. Nous remercions encore Mélodie Faury qui par le biais de ses réflexions nous a inspiré ce titre. []
  2. Car nous espérons que ce rendez-vous deviendra annuel. []
  3. Non, nous ne sommes pas sponsorisés par les petits beurres de LU, mais il y aura de bonnes madeleines dont vous pourrez nous dire des nouvelles. []

Optimiser la collecte, un problème NP complet complètement complexe

Dans le cadre de sa thèse, Stéphanie a étudié une association appelée RECYCLODROME. C’est une « ressourcerie » qui a pour vocation de récupérer les objets que l’on ne veut plus. Puis ils vont être valorisés pour être redistribués (vente) dans leur boutique, ceci afin de limiter la production des déchets. La majeure partie des objets qui passent par le RECYCLODROME provient de leur service de collecte : vous laissez votre numéro, votre adresse et vos disponibilités, et le RECYCLODROME se charge de vous rappeler pour convenir du jour de passage.

Une fois par mois

4748388431_eb0781dbf8Au début, la col-lecte était men-suelle. Elle s’ef-fectuait soit un jeudi, soit un vendredi dans le mois1. Le pro-blème pour les membres du RE-CYCLODROME était de déter-miner un jour qui conviendrait à un maximum de donateurs.

Tout d’abord, déterminer le jour ! Il se choisit en fonction du stock disponible à la « ressour-cerie ». Celle-ci travaillant en flux tendu, il ne faut pas manquer d’objets à valoriser et à revendre. D’autant que les clients apprécient la nouveauté. Une fois choisi, les membres de l’équipe vont prendre contact avec les futurs donateurs. Ces derniers vont alors confirmer ou infirmer leur disponibilité. Pour ceux que cela n’arrange pas, les équipiers vont proposer un autre jour. La date retenue sera au final celle qui aura remporté le plus grand suffrage. Il faut maintenant s’enquérir de l’heure de disponibilité et du lieu de résidence de tout ce petit monde et essayer de s’arranger au mieux pour contenter chacun, l’équipe du RECYCLODROME comprise.  En effet, Marseille est une ville particulièrement embouteillée2, il est donc important pour les membres du RECYCLODROME de limiter au maximum la distance qu’ils parcourent en ville pour éviter une balade du véhicule qui reviendrait au final à perdre son temps !

Supposons qu’ils aient déterminé une liste de donateurs chez qui ils devront se rendre durant la matinée. Les membres du RECYCLODROME cherchent alors le parcours le plus court pour aller à chaque domicile et revenir à la boutique. Vous l’avez reconnu, c’est le problème du voyageur de commerce. C’est un problème qui est très simple en apparence mais que même les plus grands mathématiciens/informaticiens3 ne peuvent résoudre en un temps raisonnable. Pour se rendre compte de la difficulté du problème, essayons de le résoudre de manière naïve dans un cas très simple.

Exemple
Un jeudi matin, deux des membres du RECYCLODROME doivent se rendre chez cinq personnes différentes et ils connaissent la distance qui sépare chaque domicile des autres puisque possédant les adresses. Quelle solution plus sûre y a-t-il que d’essayer toutes les combinaisons possibles et ensuite de choisir celle qui donne la distance la plus courte ?
Pour la première collecte, cinq choix sont possibles. Après la première visite, ils devront choisir un des quatre domiciles restants. Donc, pour chacune des cinq premières possibilités, il y a quatre choix à disposition. Nous en sommes déjà à 5 x 4 = 20 parcours possibles, vous suivez ? En faisant le même raisonnement pour les étapes suivantes, nous arrivons à un total de 5 x 4 x 3 x 2 x 1 = 120 possibilités !

Pour généraliser, si on appelle n le nombre de donateurs sur la liste, on obtiendra n x (n-1) x (n-2) x … x 2 x 1 = n!4 parcours possibles. Bien sûr, il existe des méthodes plus élaborées pour résoudre ce problème mais même celles-ci ne sont pas très rapides. Pour s’en convaincre, la meilleure méthode proposée actuellement calculerait environ 102 400 parcours différents avant de trouver le plus court dans le cas où les équipiers de la « ressourcerie » devraient se rendre chez 10 clients. Notre méthode, elle, calculerait 3 628 800 parcours… On a bien de la peine pour les membres du RECYCLODROME qui se trouvent confrontés à ce difficile calcul chaque semaine !

Deux fois par mois

Désormais, le RECYCLODROME effectue des collectes bimensuelles. On pourrait croire que cela leur facilite la tâche. Stéphanie avait même pensé à leur proposer l’idée suivante pour optimiser les prises de rendrez-vous : diviser Marseille en deux et proposer la collecte pour la moitié 1, le jour de la première quinzaine et pour la moitié 2, le jour de la deuxième quinzaine. Ce serait alors les donateurs qui téléphoneraient pour laisser leurs horaires de disponibilité en fonction de ces deux journées, un peu comme si on prenait rendez-vous chez le médecin. Ceci permettrait aux membres de la « ressourcerie » de ne plus passer autant de temps au téléphone. On pourrait même imaginer que ce serait la chargée de communication qui noterait les rendez-vous sur un planning dédié. Et pour arranger au maximum les futurs donateurs, on pourrait aussi faire en sorte que les deux moitiés de Marseille soit interverties un mois sur deux : la moitié 1 deviendrait la 2, et la moitié 2 deviendrait la 1.

Même si cela simplifierait les prises de rendez-vous  et permettrait aux équipiers de ne plus perdre leur temps au téléphone lorsqu’ils sont déjà à valoriser les objets, il n’empêche que cela ne résout en rien le problème du voyageur du commerce. À la limite, la distance parcourue lors d’une demi-journée de collecte va être réduite car les équipiers auront réduit la distance séparant chaque domicile où ils devront se rendre. Mais le temps de la recherche du parcours le plus court sera toujours aussi long5.

Vous l’avez compris, le problème du voyageur de commerce est extrêmement difficile à résoudre. Il appartient à la classe des problème que l’on appelle « NP-complet »6. Cette classe regroupe les problèmes dont on a prouvé qu’ils étaient très difficiles à résoudre. Il s’agit bien d’une preuve de la difficulté du problème et non pas simplement d’un argument du type : « Tous ceux qui ont essayé n’y sont pas arrivés ! Même les plus brillants ! » Car oui, en mathématiques, on arrive même à démontrer que ce n’est pas de notre faute si on ne trouve pas de solution à un problème. Par la même occasion, on prouve aussi que celui qui résoudra ce problème sera un véritable génie et méritera son prix d’un million de dollars reversé par l’Institut Clay, et peut-être un grand merci de la part des membres du RECYCLODROME ainsi que de tous les voyageurs de commerce, mais aussi et surtout de tous ceux qui veulent éviter de perdre leur temps dans les embouteillages marseillais !

crédit photographie : « Patience » par marcovdz sur flickr – Marseille

  1. La boutique ouvrant uniquement le mercredi, cela permettait à l’équipe de la « ressourcerie » d’avoir quelques jours pour valoriser les objets collectés avant de les vendre. []
  2. Marseille se classe au quatrième rang des villes les plus embouteillées du monde selon le site Tom Tom. []
  3. Ce problème se situe en fait à la frontière entre mathématiques et informatique théorique, si tant est que ces deux disciplines soient différentes, mais je ne rentrerai pas dans ce débat. []
  4. Prononcez « n factoriel ». []
  5. Mais alors, plus c’est court plus c’est long ? On pourrait s’y perdre, mais si l’on se perd cela rallonge encore le parcours… []
  6. Complexe, ça aurait tellement plus de gueule ! Enfin, ce n’est que le point de vue de la néophyte. []