Archives par mot-clé : Sofiane Bouhdiba

LISBONNE, LE 1er NOVEMBRE 1755 : UN HASARD ? AU CŒUR DE LA POLEMIQUE ENTRE VOLTAIRE ET ROUSSEAU

par Sofiane Bouhdiba, démographe
Université de Tunis
s.bouhdiba@voila.fr

———

Plan
0. Introduction
1. Le tremblement de terre de Lisbonne
2. Implications philosophiques sur le rapport de l’homme au hasard
3. La querelle de Voltaire et Rousseau
3.1. La position de Voltaire
3.2. La position de Rousseau
4. Conclusion
5. Bibliographie

———

0. Introduction

Le 1er novembre 1755, un violent séisme, suivi d’une inondation, détruisit la plus grande partie de Lisbonne, faisant plusieurs dizaines de milliers de victimes. L’événement, survenu en pleine période des Lumières, a été amplement discuté par les philosophes européens et a inspiré de profondes réflexions sur les thèmes de la théodicée (Θεοũ δίκη, justice de Dieu). L’événement va, en particulier, être l’occasion d’une violente polémique entre deux grands philosophes français, François-Marie Arouet dit Voltaire et Jean-Jacques Rousseau, chacun défendant sa propre vision du hasard, du risque et des catastrophes dites naturelles. Tandis que Voltaire accusait le hasard et le malheureux concours de circonstance, Rousseau rappelait avec insistance – et non sans une pointe d’ironie – que la décision de construire une ville côtière dans une zone sismique relevait de la responsabilité exclusive de l’Homme.

C’est à partir de cette polémique entre deux grands hommes de sciences, reconnus et estimés, qu’est né un débat sur les stratégies à tenir face au risque de cataclysme naturel. Les hommes ont alors compris que l’humanité était entrée dans une nouvelle ère, celle où elle pouvait désormais prendre en main son destin, le hasard (Dieu ?) n’étant pas systématiquement responsable de tous les maux sur terre, même dans le cas de catastrophes naturelles.

Ma réflexion se fera en trois grandes parties. Je commencerai par rappeler brièvement les terribles événements du 1er novembre 1755. Je tenterai ensuite de montrer dans quelle mesure le tremblement de terre de Lisbonne et la querelle de philosophes qui a suivi, a bouleversé le rapport de l’Homme au hasard. Dans une troisième partie, j’examinerai de plus près la polémique entre Voltaire et Rousseau, en examinant les arguments des deux philosophes. Continuer la lecture de LISBONNE, LE 1er NOVEMBRE 1755 : UN HASARD ? AU CŒUR DE LA POLEMIQUE ENTRE VOLTAIRE ET ROUSSEAU