LISBONNE, LE 1er NOVEMBRE 1755 : UN HASARD ? AU CŒUR DE LA POLEMIQUE ENTRE VOLTAIRE ET ROUSSEAU

par Sofiane Bouhdiba, démographe
Université de Tunis
s.bouhdiba@voila.fr

———

Plan
0. Introduction
1. Le tremblement de terre de Lisbonne
2. Implications philosophiques sur le rapport de l’homme au hasard
3. La querelle de Voltaire et Rousseau
3.1. La position de Voltaire
3.2. La position de Rousseau
4. Conclusion
5. Bibliographie

———

0. Introduction

Le 1er novembre 1755, un violent séisme, suivi d’une inondation, détruisit la plus grande partie de Lisbonne, faisant plusieurs dizaines de milliers de victimes. L’événement, survenu en pleine période des Lumières, a été amplement discuté par les philosophes européens et a inspiré de profondes réflexions sur les thèmes de la théodicée (Θεοũ δίκη, justice de Dieu). L’événement va, en particulier, être l’occasion d’une violente polémique entre deux grands philosophes français, François-Marie Arouet dit Voltaire et Jean-Jacques Rousseau, chacun défendant sa propre vision du hasard, du risque et des catastrophes dites naturelles. Tandis que Voltaire accusait le hasard et le malheureux concours de circonstance, Rousseau rappelait avec insistance – et non sans une pointe d’ironie – que la décision de construire une ville côtière dans une zone sismique relevait de la responsabilité exclusive de l’Homme.

C’est à partir de cette polémique entre deux grands hommes de sciences, reconnus et estimés, qu’est né un débat sur les stratégies à tenir face au risque de cataclysme naturel. Les hommes ont alors compris que l’humanité était entrée dans une nouvelle ère, celle où elle pouvait désormais prendre en main son destin, le hasard (Dieu ?) n’étant pas systématiquement responsable de tous les maux sur terre, même dans le cas de catastrophes naturelles.

Ma réflexion se fera en trois grandes parties. Je commencerai par rappeler brièvement les terribles événements du 1er novembre 1755. Je tenterai ensuite de montrer dans quelle mesure le tremblement de terre de Lisbonne et la querelle de philosophes qui a suivi, a bouleversé le rapport de l’Homme au hasard. Dans une troisième partie, j’examinerai de plus près la polémique entre Voltaire et Rousseau, en examinant les arguments des deux philosophes.

1. Le tremblement de terre de Lisbonne

Commençons par rappeler brièvement les évènements. Le tremblement de terre de Lisbonne est en fait l’enchaînement de trois catastrophes successives. C’est le 1er novembre 1755 à 9h40 du matin que les premières secousses, très violentes, se font sentir à Lisbonne. Les secousses sont immédiatement suivies par un tsunami et une série d’incendies qui détruisent la ville de Lisbonne dans sa quasi-totalité.

Le séisme, du fait de son ampleur, va faire l’objet d’études scientifiques poussées, donnant naissance à la sismologie moderne. On estime aujourd’hui que la magnitude du séisme devait être de 8,5 à 9 sur l’échelle de Richter qui en compte 9. Or, on sait qu’à partir d’une magnitude de 9, un tremblement de terre est exceptionnel et considéré comme dévastateur. De tels séismes surviennent en moyenne une fois par millénaire. Le tremblement de terre de Lisbonne est donc considéré comme un des plus puissants jamais produits, se situant juste après le tremblement de terre de Valdivia au Chili, en 1960.

L’épicentre du séisme se situait probablement dans l’océan Atlantique, à environ 200 km au sud-ouest du cap Saint-Vincent. Il y eut en réalité trois secousses distinctes d’une durée approximative de dix minutes, qui ont creusé des fissures de cinq mètres. Lorsque les survivants se sont enfuis vers les quais du port pour s’y réfugier, loin des constructions qui tombaient, ils se sont trouvés face à un reflux de l’océan, laissant à nu les fonds marins. C’est alors qu’un tsunami se produit : trois vagues successives de 5 à 15 mètres de haut, ont submergé le port et le centre-ville adjacent, détruisant tout sur son passage, jusqu’à rejoindre le fleuve du Tage.

Après le passage du tsunami, une série d’incendies se sont déclarés à plusieurs endroits de la ville, causés par les chutes de cheminées et l’éparpillement des feux domestiques. Ces incendies ne seront maîtrisés qu’au bout de cinq jours.

Les effets du tremblement de terre se feront sentir bien au-delà de la capitale portugaise puisque même la région de l’Algarve, à l’extrême sud du royaume, sera touchée. Les secousses furent ressenties en diverses contrées européennes, atteignant même la Finlande, l’Afrique du Nord, la Martinique et la Barbade.

Le bilan est lourd : sur les 275 000 habitants que comptait alors Lisbonne, on dénombre, selon les sources, entre 50 000 et 70 000 morts. On estime aujourd’hui que 10 000 personnes auraient péri dès les premières minutes du séisme. En effet, la catastrophe s’était produite le jour de la Toussaint et de grands rassemblements humains avaient lieu, à l’intérieur des églises, qui avaient piégé les gens.

Une dizaine de milliers de victimes sont également à déplorer sur les villes côtières marocaines. Les pertes matérielles sont immenses puisque 85% des bâtiments de Lisbonne sont détruits, y compris des joyaux de l’architecture portugaise tels que le Palais Royal, l’Opéra Phoenix, la cathédrale de Santa Maria ou l’Hôpital Royal de Tous les Saints, qui était le plus grand hôpital du monde en ce milieu de XVIIIème siècle.

2. Implications philosophiques sur le rapport de l’homme au hasard

Le tremblement de terre de Lisbonne, de par sa magnitude et l’enchaînement des catastrophes, a eu un bilan humain et matériel terrible. La catastrophe aura toutefois des retombées « morales » encore plus importantes et va remettre en question le rapport millénaire de l’Homme au hasard, pour plusieurs raisons.

D’abord, on l’a vu, le bilan était très lourd, tant sur le plan  humain que matériel, ce qui a ému la société civile, les cours d’Europe, ainsi que les savant européens, et en particulier les théologiens et les philosophes du XVIIIème siècle.

Par ailleurs, Lisbonne était une capitale profondément catholique et ses habitants étaient réputés pour leur attachement à leur foi chrétienne. Nul en Europe n’ignorait alors la mission d’évangélisation conduite par les Portugais dans ses nombreuses colonies. Enfin, le séisme avait eu lieu le jour de la Toussaint, fête catholique fondamentale, et avait détruit la plupart des églises de la capitale, ensevelissant des milliers de fidèles en prière. Ainsi, de nombreux éléments pouvaient faire croire à une manifestation de la colère divine contre les habitants de Lisbonne, ville riche et concentrant tous les vices.

Cela va inspirer de profondes réflexions sur les thèmes de la théodicée (Θεοũ δίκη, justice de Dieu). Jusqu’alors, on se contentait de rapporter les grands cataclysmes naturels directement à la volonté de Dieu. D’une manière détournée, on pouvait aussi poser que la Nature, servante de Dieu, par sa puissance obédentielle, lui apporte son concours1.

Deux penseurs vont émerger du lot par la profondeur de leurs réflexions sur le séisme de Lisbonne : François-Marie Arouet dit Voltaire et Jean-Jacques Rousseau. Les deux philosophes vont entrer en conflit, chacun d’eux défendant sa propre vision du courroux divin, du mal sur la Terre, du hasard, du risque et des catastrophes naturelles. Examinons cette polémique de plus près.

3. La querelle de Voltaire et Rousseau

Voltaire et Rousseau ont émis des réflexions différentes qui vont créer une grande polémique.

3.1. La position de Voltaire

La position de Voltaire vis-à-vis du hasard était connue bien avant les évènements de Lisbonne. C’est ainsi que, dans la première édition de Zadig ou la destinée, il écrivait déjà : « Les hommes pensent que cet enfant qui vient de périr est tombé dans l’eau par hasard, que c’est par un même hasard que cette maison est brûlée ; mais il n’y a point de hasard : tout est épreuve ou punition, ou récompenses, ou prévoyance… »2.

En 1756, Voltaire écrit son Poème sur le désastre de Lisbonne, puis quelques années plus tard, il publie Candide, conte philosophique paru à Genève en janvier 1759. C’est au travers de ces deux œuvres qu’il fera connaître sa position vis-à-vis de l’intervention du hasard du tremblement de terre.

Le séisme est pour Voltaire l’occasion de réfuter les thèses optimistes de Leibniz, Pope et Wolf pour qui le monde, parfaitement créé par Dieu, est organisé par la Providence de manière à ce que tout mal nécessaire soit systématiquement compensé par un bien toujours plus grand. Une catastrophe de l’ampleur du séisme de Lisbonne serait donc compensée par un évènement beaucoup plus heureux pour les habitants de la capitale portugaise.

Tout au long des aventures de Candide, Voltaire va caricaturer la position de ses adversaires à travers la célèbre formule : « Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles ». Voltaire affirmera alors qu’une catastrophe naturelle est un hasard de la vie, un événement qui aurait pu se produire quelque temps plus tôt ou plus tard, en un lieu différent. Il en déduit également que le monde est imparfait et que la condition humaine est assurément difficile.

Il s’adresse ainsi directement aux philosophes optimistes, dans le Poème sur le désastre de Lisbonne :

Philosophes trompés qui criez « Tout est bien »,
Accourez, contemplez ces ruines affreuses,
Ces débris, ces lambeaux, ces cendres malheureuses,
Ces femmes, ces enfants, l’un sur l’autre entassés,
Sous ces marbres rompus ces membres dispersés…

Les réflexions largement médiatisées de Voltaire, vont être approuvées par un grand nombre de penseurs, tandis que certains, dont Jean-Jacques Rousseau, vont réagir violemment.

3.2. La position de Rousseau

Rousseau va réagir aux réflexions de Voltaire. En réponse au Poème sur le désastre de Lisbonne, dont Voltaire lui envoie une copie, il va rédiger la Lettre sur la providence.

Les arguments de Rousseau sont plus causaux et mettent en avant l’irresponsabilité des comportements humains. Il écrit par exemple, en s’adressant directement à Voltaire : « Sans quitter votre sujet de Lisbonne, convenez, par exemple, que la nature n’avait point rassemblé là vingt mille maisons de six à sept étages, et que si les habitants de cette grande ville eussent été dispersés plus également, et plus légèrement logés, le dégât eût été beaucoup moindre, et peut-être nul ». Il est vrai que la trop grande densité en certains points de la ville explique les grandes mortalités dans certains quartiers de Lisbonne, de même que l’architecture de Lisbonne, construite verticalement, a été un élément majeur dans l’enfouissement de milliers d’habitants sous des tonnes de décombres.

Rousseau écrit encore : « Combien de malheureux ont péri dans ce désastre, pour vouloir prendre l’un ses habits, l’autre ses papiers, l’autre son argent ? ». C’est donc pour avoir mal réagi immédiatement après les premières secousses que de nombreuses personnes ont perdu la vie. Une fuite organisée dans le calme aurait probablement permis de sauver la vie de milliers d’habitants.

Dans sa Lettre sur la providence, Rousseau écrit également : « Vous auriez voulu que le tremblement se fût fait au fond d’un désert plutôt qu’à Lisbonne. Peut-on douter qu’il ne s’en forme aussi dans les déserts, mais nous n’en parlons point, parce qu’ils ne font aucun mal aux Messieurs des villes, les seuls hommes dont nous tenions compte. Ils en font peu même aux animaux et Sauvages qui habitent épars ces lieux retirés, et qui ne craignent ni la chûte des toits, ni l’embrasement des maisons. Mais que signifieroit un pareil privilege, seroit-ce donc à dire que l’ordre du monde doit changer selon nos caprices, que la nature doit être soumise à nos loix, et que pour lui interdire un tremblement de terre en quelque lieu, nous n’avons qu’à y bâtir une ville ? ». Si Lisbonne a été détruite, c’est donc parce que des hommes ont décidé, inconsciemment, de bâtir une ville au bord de l’océan, à quelque distance d’une faille sismique.

L’autre élément d’importance dans la pensée de Rousseau est qu’il remet en cause l’intervention divine : ce n’est plus Dieu qui punit, et même lorsqu’il s’agit de catastrophes naturelles, c’est bien exclusivement à l’homme que revient la faute pour avoir rompu l’équilibre naturel. Dans son analyse de la position de Rousseau, François Walter écrit ainsi : « Ce n’est plus Dieu qui punit, mais c’est la frénésie des interventions humaines dans le monde, qui devient contre-productive lorsqu’elle met en péril des équilibres naturels3».

On le voit bien, Rousseau laisse bien peu de place au hasard, à la Providence, à l’élément divin dans son discours. Sa conclusion est d’ailleurs cinglante : « Je ne vois pas qu’on puisse chercher la source du mal moral ailleurs que dans l’homme libre, perfectionné, partant corrompu ; et, quant aux maux physiques, ils sont inévitables dans tout système dont l’homme fait partie ; la plupart de nos maux physiques sont encore notre ouvrage ».

Rousseau va même anticiper, en soulignant la responsabilité des hommes, même dans les catastrophes naturelles à venir. Il écrit ainsi, dans son Essai sur l’origine des langues : « Les associations d’hommes sont en grande partie l’ouvrage des accidents de la nature : les déluges particuliers, les mers extravasées, les éruptions de volcans, les grands tremblements de terre, les incendies allumés par la foudre et qui détruisoient les forêts, tout ce qui dût effrayer et disperser les sauvages habitants d’un pays dût ensuite les rassembler pour réparer en commun les pertes communes. Les traditions des malheurs de la terre si fréquentes dans les ancien temps, montrent de quels instruments se servit la providence pour forcer les humains à se rapprocher4 ».

Ainsi, non seulement les catastrophes naturelles ne sont pas des hasards, mais celles qui se produiront ultérieurement ne seront pas non plus un hasard puisque c’est l’homme qui s’entête à vivre en des lieux dangereux, reconstruisant ce que la nature a détruit. D’un point de vue chronologique, des calamités successives ne sont plus considérés comme des hasards mais plutôt comme des séries d’événements, l’un étant la cause de l’autre. Le séisme de Lisbonne a bien montré que le tsunami n’était pas une deuxième catastrophe mais qu’il était causé par les secousses sismiques qui avaient eu lieu au fond de l’océan.

Quelques années plus tard, dans ses Confessions, Rousseau reconnaîtra également que « L’absurdité de cette doctrine, qui saute aux yeux, est surtout révoltante dans un homme [Voltaire] comblé des biens de toute espèce, qui, du sein du bonheur, cherche à désespérer ses semblables par l’image affreuse et cruelle de toutes les calamités dont il est exempt. Autorisé plus que lui à compter et peser les maux de la vie humaine, j’en fis l’équitable examen, et je lui prouvai que de tous ces maux, il n’y en avait pas un dont la Providence ne fût disculpée, et qui n’eût sa source dans l’abus que l’homme a fait de ses facultés plus que dans la nature elle-même »((Rousseau Jean-Jacques, Confessions, IX, Paris, 1767)).

4. Conclusion

La polémique entre ces deux grands philosophes des Lumières que sont Voltaire et Rousseau, née au lendemain du séisme de Lisbonne, a ainsi remis en cause la représentation des catastrophes naturelles. Rien ne se produit plus par hasard et la terre est désormais considérée comme une physique réglée. Cela permet alors à l’homme de pouvoir influer quelque peu sur la nature au travers de son comportement. Si on ne peut raisonnablement envisager d’empêcher la survenue d’un séisme, on peut du moins réduire ses effets mortels sur les groupes humains.

Emmanuel Kant, fasciné par la catastrophe de Lisbonne, va ainsi consacrer d’énormes efforts pour construire une théorie sur la cause des séismes. Il émet l’hypothèse – qui sera par la suite démentie – que tout séisme est causé par le mouvement de gigantesques cavernes souterraines remplies de gaz chauds. La sismologie moderne est née qui sera alimentée par les théories de l’astronome allemand Tobias Mayer, le mathématicien allemand Johan Friedrich Jacobi, le philosophe allemand Johann Gottlob Kruger ou encore l’astronome britannique John Michell.

5. Bibliographie

Delumeau Jean et Lequin Yves, Les malheurs des temps. Histoire des fléaux et des calamités en France, Larousse, France, 1987.

Elie Bertrand, Mémoires historiques et physiques sur les tremblements de terre, Pays-Bas, 1757

Poirier Jean-Paul, Le tremblement de Terre de Lisbonne, Odile Jacob, France, 2005.

Quenet Grégory, Les Tremblements de terre en France aux XVIIème et XVIIIème siècles – La naissance d’un risque,  Champ Vallon, Seyssel, 2005

Rousseau Jean-Jacques, Essai sur l’origine des langues : où il est parlé de la mélodie et de l’imitation musicale, 1781, Œuvres complètes, V, Gallimard, Paris, 1995.

Rousseau Jean-Jacques, Confessions, IX, Paris, 1767 .

Utsu Tokuji, A list of deadly earthquakes in the worl: 1500-2000, in International Handbook of earthquake and engineering seismology,  Academic Press, Amsterdam, 2002.

Walter François, Catastrophes. Une histoire culturelle, XVIème-XXIème siècles, Seuil, France, 2008.

———

Citer cet article

Sofiane Bouhdiba, « Lisbonne, 1er novembre 1755 : un hasard ? Au cœur de la polémique entre Voltaire et Rousseau », Carnet de recherche hypothèses « Presque Partout » [En ligne], mis en ligne le xx octobre 2014, consulté le…, URL : http://presquepartout.hypotheses.org/1023

  1. Delumeau Jean et Lequin Yves, Les malheurs des temps. Histoire des fléaux et des calamités en France, Larousse, France, 1987, p. 303. []
  2. Voltaire, Zadig ou la destinée : histoire orientale, 1ère édition, 1741, Romans et contes, Gallimard, Paris, 1950, pp. 3-72. []
  3. Walter François, Catastrophes. Une histoire culturelle, XVIème-XXIème siècles, Seuil, France, 2008, p. 120. []
  4. Rousseau Jean-Jacques, Essai sur l’origine des langues : où il est parlé de la mélodie et de l’imitation musicale, 1781, Œuvres complètes, V, Gallimard, Paris, 1995, pp. 371-429. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *