Rencontrer l’autre : entre hasard et savoir

par Camille Veit, Psychologue clinicienne, doctorante en psychologie et psychopathologie cliniques.
Laboratoire d’anthropologie et de psychologie cognitives et sociales
Campus Saint Jean d’Angely / SJA3 / MSHS Sud-Est
3, Bd François Mitterrand, 06357 Nice Cedex 4
veit.camille@etu.unice.fr

———

Plan
1. Hasard et rencontre dans la vie quotidienne
2. Rencontrer l’autre dans le contexte du soin psychique
3. Comment relayer le hasard ? La fonction du savoir
4. Bibliographie

———

Quelle est la place du hasard dans la rencontre, dans le contexte du soin psychique ? Comment, dans une discipline humaine qui du reste appartient bien au champ des sciences humaines, le hasard trouve-t-il à se nouer au savoir ?

1. Hasard et rencontre dans la vie quotidienne

Que peut-il se jouer dans une rencontre, et quelles en sont les composantes ? Avant tout, il convient de bien distinguer trois signifiants mais aussi trois réalités distinctes que sont rencontrer quelqu’un, le croiser ou encore être avec lui en contact. Dans le langage courant, le terme « rencontre » intervient souvent quand pour soi est entré en jeu quelque chose auquel on ne s’attendait pas. C’est cela qui est ici important, c’est-à-dire le caractère imprévu de la rencontre. Si nous en avions l’intuition, l’étymologie du mot rencontre vient à confirmer son nouage énigmatique à l’imprévu, ou plutôt, au hasard ; puisque rencontrer vient du latin encontere qui signifie « trouver par hasard sur son chemin ».

Mais la rencontre ne se résume pas à la composante du hasard ; elle est aussi quelque chose qui fait choc… souvent conséquence du fait qu’on ne s’y attende pas, justement ! Un nouvel exemple tiré de la vie quotidienne peut tout à fait l’illustrer, c’est celui dit du « coup de foudre », où il s’agit littéralement pour le sujet de quelque chose qui lui « tombe dessus », par hasard. Donc, le coup de foudre, on ne s’y attend pas, première chose. Mais ce qui le caractérise également est qu’on ne puisse pas en dire grand-chose ! Et c’est là le deuxième élément constitutif de la rencontre : on ne peut rien en dire. Parce qu’une rencontre, si elle a trait au hasard, a également quelque chose à voir avec ce qu’en psychanalyse, on appelle le réel. Au sens du psychanalyste Jacques Lacan, le réel est à distinguer de la réalité, de la représentation qu’un sujet se fait du monde extérieur. Le réel, c’est l’impossible, le hors-sens, ce pour quoi la langue ne dispose pas de mots adéquats pour le décrire (Lacan, 1975). Dans le langage courant, on dira par exemple « je n’ai pas les mots pour le dire » en tant que cet instant pourrait peut-être toucher au réel, justement.

Ainsi, la rencontre se constituerait d’un nouage entre hasard et réel. C’est en ce sens qu’il parait délicat de promouvoir la programmation d’une rencontre ! Cette idée marque la transition avec le second point que j’aimerais aborder, qui est celui de la rencontre dans le contexte du soin psychique et plus spécifiquement de la folie.

2. Rencontrer l’autre dans le contexte du soin psychique

Considérer le hasard comme l’un des facteurs déterminants dans la rencontre entre deux personnes – d’autant plus quand l’une d’elle a une fonction supposée de soignant, de sachant, de thérapeute – consiste d’emblée en un pari risqué… Pourquoi ? Les pratiques actuelles qui encadrent la souffrance psychique privilégient les critères d’objectivité, de mesurabilité et de prédictibilité1 ; références qui, de prime abord, sont nettement éloignées de l’idée de hasard. Historiquement, le discours et la pratique psychiatriques ont extrait de leur champ ce qui se référait à l’approximatif2. Aussi, peu de place pour le hasard dans la logique nosographique, de l’aliénisme à la santé mentale contemporaine. Pourtant, au milieu du XXème siècle, le courant de la Psychothérapie institutionnelle a conféré au hasard un statut primordial dans les pratiques (Tosquelles, 1967). Les psychiatres et psychanalystes, François Tosquelles et Jean Oury notamment, ont opéré à ce propos un important travail théorique et clinique (Oury, 2003) : quelle est la fonction du hasard dans la rencontre avec la folie ? Dans la présentation de ce colloque, les organisateurs associaient le hasard à l’ouverture du champ des possibles. Peut-être était-ce là ce qui serait opérant dans une institution de soins quand, au détour d’un couloir ou d’une activité quotidienne, une rencontre autorise et engage la parole entre deux personnes réputées soignée pour l’une et soignante pour l’autre…

3. Comment relayer le hasard ? La fonction du savoir

Mais s’il peut être pensé comme une condition de possibilité à la rencontre, le hasard a tout intérêt à être suppléé chez le clinicien par le champ du savoir, ou plutôt par un socle de connaissances venant soutenir son écoute. Pour le psychanalyste Alexandre Stevens, le savoir est un « semblant » mais, dit-il, un « semblant tout à fait important »3 en tant qu’il permettrait de rencontrer ce qui, du réel, rappelons-le, ne peut être dit, ne peut être su.

Mais il est ici nécessaire d’interroger le rapport au savoir de celui qui en fait usage. Quand il est reconnu comme semblant, le savoir peut être une suppléance à l’étrangeté de la rencontre et, pourquoi pas, camper une fonction protectrice. En voilant le réel mis en jeu dans la rencontre, il permettrait au clinicien ou au soignant de le tolérer. Sans cela, le pari peut être fait que la rencontre, d’autant plus avec une personne structurée du côté de la psychose, serait trop angoissante. Mais il est un autre usage du savoir. Quand celui-ci n’est pas reconnu comme semblant, il peut occuper une place inébranlable, ce qui a pour effet probable un barrage à la rencontre. C’est alors plutôt un placage de signes appris qui s’opère, addition de faits qui émanent d’un soi-disant savoir sur la réalité d’un autre imaginaire (le patient).

Si cette réflexion a présenté l’hypothèse d’un nouage du hasard et du savoir comme conditions de possibilité à la rencontre, elle ouvre également un questionnement selon nous essentiel, qui est celui de la rencontre du clinicien et du chercheur avec le champ énigmatique du savoir. Certes, pour analyser son objet d’étude, un chercheur se soutient d’un cadre théorique propre à sa discipline. Mais son travail est également fortement teinté par ses rencontres (avec d’autres personnes mais également des textes, des auteurs etc.) ainsi que par son désir en tant que sujet – au sens de sujet de l’inconscient. Aussi, nous pourrions réserver une journée d’étude complète sur le thème de la rencontre d’un chercheur avec son objet d’étude qui, elle, ne se fait souvent pas par hasard !

4. Bibliographie

GORI, R. « La novlangue de la psychopathologie aujourd’hui », in Figures de la psychanalyse, 2007, 1, n°15, p. 151-165.

LACAN, J. Le Séminaire. Livre XXII, R. S. I. 1974-75. Inédit.

MELMAN, C. (2002), L’homme sans gravité. Jouir à tout prix. Paris, Denoël, 2005.

OTERO, M. et BREMOND, M., A ciel ouvert, Entretiens. Le Courtil, l’invention au quotidien. Paris, Buddy Movies, 2013.

OURY, J., « Transfert, multiréférentialité et vie quotidienne dans l’approche thérapeutique de la psychose », in Cahiers de psychologie clinique, 2003, 2, n° 21, p. 155-165.

TOSQUELLES, F. (1967), Le Travail thérapeutique en psychiatrie, Paris, Erès, 2012.

———

Citer cet article

Camille Veit, « Rencontrer l’autre : entre hasard et savoir », Carnet de recherche hypothèses « Presque Partout » [En ligne], mis en ligne le 31 octobre 2014, consulté le…, URL : http://presquepartout.hypotheses.org/1029

  1. Pour une analyse plus fine, voir les publications de Roland Gori et son analyse de ce qu’il appelle « la novlangue de la psychopathologie aujourd’hui » (Gori, 2007). []
  2. À ce sujet, le psychanalyste Charles Melman écrit : « L’écriture scientifique, logiquement et mathématiquement déterminée, exclut de son parcours […] ce qui a trait à n’importe quel type de coupure, de parasitage, d’erreur, d’inattendu… Elle rejette tout ce qu’implique l’intervention forcément approximative d’un sujet. » (2005, p.165). []
  3. Entretien avec A. Stevens paru dans l’ouvrage de Mariana OTERO et Marie BREMOND (2013). []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *