[ICM 2014] Jour 2 : L’exposé de Florian et la réception chez l’ambassadeur (deux succès dans la même journée)

Hier (jeudi 14 août) fut un jour exceptionnel en ce qui me concerne car j’ai exposé mon travail de recherche « On the classification of hyperovals » dans le cadre des short communications. Tout s’est bien passé : la petite salle était comble à ma grande surprise et un chercheur que j’avais déjà rencontré à la conférence FQ11 m’a posé une question.

Nous avons vite quitté la salle pour nous rendre à l’exposé de Robert Guralnick : « Applications of the classification of the finite simple groups« . C’est un sujet qui pourrait potentiellement me servir dans le cadre de mes futures recherches. L’exposé était plutôt bien construit même si, je vous l’avoue, je n’ai pas tout compris. Et oui, de nos jours les mathématiques sont tellement vastes et diversifiées qu’il est très difficile, voire impossible, de comprendre un exposé dans son intégralité sans être un véritable expert du sujet. J’ai tout de même récolté quelques précieuses informations et je n’ai pas perdu mon temps. 

A peine le temps de prendre un petit café, de faire un aller-retour à la maison pour se changer et se refaire une beauté que nous voilà à la réception de l’ambassadeur de France en Corée. Il faut saluer l’initiative de son excellence l’ambassadeur1 qui valorise notre statut de mathématicien. Son discours d’ouverture fut suivi de ceux de Christoph Sorger, directeur de  l’Institut national des sciences mathématiques et de leurs interactions (INSMI) du CNRS  et du tout récent lauréat de la médaille Fields Artur Avila. Nous avons d’ailleurs pu papoter un peu avec ce dernier (avec qui j’avais déjà pris une photo) notamment à propos du CIRM où, selon lui, on mange trop bien pour pouvoir aller se promener dans les calanques ensuite.

14893785556_7b122e7f0b_o 14730165358_a4435c66ba_o

Photo de gauche : Ch. Sorger, A. Avila et l’Ambassadeur
Photo de droite : professeur H. Park et Ch. Sorger

Stéphanie et moi avons aussi échangé quelques mots avec sa très sympathique excellence qui nous a raconté ses difficultés à enseigner les mathématiques dans le cadre de son service militaire ; avec Etienne Ghys et sa femme avec qui nous avons parlé de la difficulté à enseigner et à intéresser les élèves ; et avec un de mes anciens professeur de licence à Nice, Bruno Valette.2 Nous avons aussi fait la connaissance de Camille Male.

Le buffet était copieux et délicieux et on peut dire que cette réception fut vraiment un succès3 !

L’ambassadeur, un mathématicien4, Bruno Valette et Florian Caullery

A la fin de la soirée, un tirage au sort était organisé pour gagner deux cadeaux. Il avait été préalablement demandé aux invités de laisser leur carte de visite dans une urne ou de noter leur nom sur un bout de papier s’il n’en avait pas. C’est donc la main pure et chaste5 d’Artur Avila qui a procédé au tirage au sort. Après deux vaines tentatives, le troisième tirage trouva son premier gagnant. J’entendis alors Florian me dire : « Les deux autres n’ont pas osé se manifester : les mathématiciens sont de grands timides. » Je l’ai regardé amusée mais voici que pour le deuxième lot, au nom annoncé, tout le monde désigne le mathématicien gagnant du doigt et l’interpelle. Ce dernier rougit, recule, fait signe du doigt qu’il ne veut pas y aller. « Mais alors, c’est donc vrai ! Les mathématiciens sont si timides que cela !? » m’interrogeai-je à haute voix. « Oui, bien sûr ! » me répondit Artur Avila. Des grands timides, certes, mais avec lesquels nous avons passé une bonne soirée. Bien sûr, il était difficile de pouvoir rencontrer tout le monde mais ceux et celles avec qui nous avons pu trinquer étaient super sympas et très drôles aussi, très loin du cliché du mathématicien enfermé dans son bureau, plongé dans ses grimoires. Bon ok, il en existe sûrement des comme ça aussi mais n’en faisons pas une généralité. Et puis, au vu de ce que je vois passer sur mon Instagram et sur ma timeline Twitter, à propos d’Artur Avila6, je crois que l’image archaïque du mathématicien va se faire supplanter par celle du mathématicien aux « formes sexy linéaires »7.

Instagram

Twitter

Twitter2

A quand la médaille du (de la) mathématicien(ne) le (la) plus sexy ? ;^D

  1. Oui, oui, j’ai appris aujourd’hui que l’on s’adresse comme ça à un ambassadeur. Depuis, je veux aussi devenir ambassadeur ou tout autre métier où l’on m’appellera « votre excellence » ! Ah bon ? Je pensais que tu voulais plutôt qu’on t’appelle « votre altesse » ou « votre seigneurie ». []
  2. Je l’ai beaucoup fait rire quand je lui ai rappelé qu’une de mes amies qui apprenait par cœur ses planches d’exercices, était partie en pleurant lors de son examen d’algèbre. Et oui, il fallait réfléchir pour réussir ce partiel. []
  3. Et ce malgré l’absence de petist rochers au chocolat et à la  noisette. []
  4. Qu’il se manifeste s’il voit cette photo pour nous donner son nom ! []
  5. Enfin, on n’en sait trop rien. []
  6. Oui, les filles, ne faites pas comme si ce n’était pas vrai, je vous lis ! []
  7. Les mathématiciens comprendront cette blague ô combien subtile. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *