[ICM 2014] Jour 7 : Günter M. Ziegler, Panel Imaginary et fans de Maths

En ce septième jour de l’ICM 2014, les attractions principales étaient l’exposé de Günter M. Ziegler et le Panel Imaginary. Je ne connaissais pas Günter1 M. Ziegler avant l’ICM 2014 mais le titre de son exposé « What is Mathematics and teaching what is Mathematics » était bien trop alléchant pour que Stéphanie et moi n’y assistions pas. On commencera par louer les talents d’orateur de Günter et son sens de l’humour : la preuve en image !

Pour ma part, j’ai trouvé cet exposé très drôle et très profond à la fois. Je retiendrai particulièrement la définition par récurrence des mathématiques : « Chacun doit trouver sa définition des mathématiques en pratiquant les mathématiques » ainsi que la double discontinuité de Klein. À propos de cette dernière, je pense avoir un début d’explication : la plupart2 de mes camarades de faculté qui ont choisi de passer les concours d’enseignement ne faisait qu’apprendre par cœur leurs cours ainsi que leurs exercices sans véritablement chercher à comprendre ce qu’ils faisaient. Pas étonnant donc qu’ils aient oublié les mathématiques qu’ils avaient faites en faculté une fois revenus au lycée. Ils apprennent le programme de l’éducation nationale par cœur une fois de plus et le recrache tel quel à leurs élèves. Le seul avantage de ce genre de professeur, c’est qu’ils sauront vous faire développer des techniques très efficaces pour réussir les examens. Par contre, pour vous aider à augmenter vos capacités de réflexions et à développer votre imagination, c’est une toute autre histoire…

Personnellement, je retiendrai surtout cette phrase : « Être enseignant en maths, c’est accepter de répondre à de nombreuses questions qui ne sont pas fatalement des problèmes  de maths. » Je pense que cette assertion vaut pour tout type de matière. Et ce n’est pas les quelques échanges qui s’en sont suivis sur twitter avec Claire Placial, David Monniaux, Scons Dut et A. qui diront l’inverse :

 

IMG_7967

Günter M. Ziegler

Petite pause et on enchaîne avec le Panel Imaginary. Quelques représentants du projet Imaginary sont venus présenter les différentes actions qu’ils mènent au sein de cette organisation.

IMG_7968

Panel Imaginary (de gauche à droite) :

  • David Grünberg, International School of Lausanne, Switzerland
  • Carla Cederbaum, MFO and University of Tübingen, Germany
  • Alicia Dickenstein, Buenos Aires, Argentina
  • Gert-Martin Greuel, University of Kaiserslautern, Germany
  • Hyungju Park, NIMS and POSTECH, South Korea
  • Cedric Villani, Institut Henri Poincaré, France

Une image valant mieux que mille mots, une vidéo constituée de milliers d’images vaut donc mieux qu’un million de mots3 :

J’avoue que ce slam n’a fait que me conforter dans ma vision de la nécessité de la vulgarisation des mathématiques. Peut-être rejoindrai-je un jour ce projet quand mon travail me le permettra.

La fin du panel fut surtout marquée par la foule de jeunes fans qui attendaient Cédric Villani à la sortie de la salle. Impressionnant ! En effet. Si vous cherchiez Cédric Villani à l’ICM 2014, il vous suffisait de vous dirigez là où un attroupement de jeunes gens s’étaient formés. C’est assez fou et inattendu. J’en suis venue à cette conclusion : les mathématiques, la science à la mode ? Je me suis beaucoup interrogée4 sur cet engouement soudain pour les mathématiques, plus qu’engouement, je parlerai de fascination. C’est très étrange le rapport que les gens entretiennent avec les mathématiques : ça les répugne autant que cela les fascine. Tenez, par exemple. Lorsque nous avons pris le taxi pour la correspondance d’Orly à Roissy, le chauffeur nous a dit combien il détestait les mathématiques et combien il en avait souffert pendant sa scolarité. Mais dans le même discours, il nous disait combien il était impressionné par les mathématiciens. Entre nous, il suffit que Florian se présente comme mathématicien pour que de suite ce mélange de répulsion et de fascination surgisse. Est-ce que cela vient de l’écriture mathématique ? Écriture savante et magique quel seuls les initiés peuvent comprendre ? Les mathématiciens du 21ème siècle seraient-ils la représentation archétypale des derniers détenteurs d’un savoir interdit (interdit parce que non initié) les plaçant alors sur un piédestal ? Est-ce cette inaccessibilité à un savoir pour nous autres simples humains, qui élèvent les mathématiciens au rang de « mathémagiciens » ? Il y a eu les alchimistes et la pierre philosophale, la transformation des métaux vils en métaux précieux ; il y a eu les astronomes ; etc. Mais chaque science à petit-à-petit perdu de son mystère au fur et à mesure que leurs connaissances s’affinaient et se diffusaient au monde. Dès lors que l’homme comprend un fait, un évènement, alors il n’y a plus de mystère : adieu la magie, le tour est révélé et compris de tous. Pour les mathématiques, il n’en est rien. Sans être initié à ce langage, à ce mode de pensée, elles restent inaccessibles. Les mathématiciens sont-ils les derniers détenteurs d’un savoir « ésotérique » ? D’autres mathématiciens ont aussi leurs fans et au final, de nombreuses personnes sont reparties avec un badge rempli d’autographes.

IMG_7964 14845318038_e86b87ce29_o

À gauche, C. Villani et ses fans – À droite, autographes de mathématiciens (entre autres Artur Avila et Manjul Bhargava, médaillés Fields)

Il est bien dommage que le K-index5 ne se calcule que par rapport à Twitter. Cédric Villani, ainsi que de nombreux autres mathématiciens (et scientifiques) ne sont pas inscrits sur ce réseau social. Pourtant, j’ai pu constaté un véritable engouement et le nombre de personnes qui « suivaient » Cédric Villani dans le cadre de l’ICM 2014, en dit long sur sa notoriété : il est apprécié pour ses talents d’orateur en vulgarisation scientifique, pour son ouvrage Théorème vivant traduit désormais aussi en Coréen6, mais aussi pour son travail de scientifique reconnu par ses pairs car rappelons qu’il obtenait lui aussi la médaille Fields, il y a 4 ans de cela. Son look très personnel doit sûrement aussi y être pour quelque chose, sa gentillesse aussi et sa bonne humeur constante. Il s’investit pleinement pour la promotion des mathématiques et c’est sans hésitation qu’il s’est emparé du micro pour faire monter les enchères lorsque les œuvres mathématiques ont été mises en vente dans le cadre du programme « Adopt a Mathematics Graduate Student » lancé par l’IMU. De même Artur Avila s’est vu assailli par de nombreuses personnes pour prendre la pose le temps d’une photo, signer des autographes et répondre à de nombreuses questions. Les stars en mathématiques n’existent que par le public et par les média : les mathématiciens, eux, ne s’auto-proclament pas comme tel. Ainsi que le disait Cédric Villani :

On écoute les gens (mathématiciens) qui ont publié des résultats pas parce qu’ils sont célèbres mais parce qu’ils ont des arguments convaincants et parce que les résultats ont été vérifiés à travers des processus d’évaluation par des pairs.

Mais l’engouement du public est bel et bien là et je serais assez curieuse de découvrir le résultat obtenu pour le K-index mais encore me faudrait-il connaître le nombre exact de « fans », de « followers » IRL pour pouvoir le calculer.

  1. Non, ce n’est pas celui qui a une grosse moustache avec des grosses lunettes de soleil et qui chante des « Tra la la ». Non, ce n’est pas lui, pas la peine d’insister. []
  2. Je dis bien la plupart et non pas tous. []
  3. Des milliers de milliers de dollars ? On dit des millions. Référence au film culte Il était une fois dans l’ouest. []
  4. Comme d’habitude en fait. Je suis toujours en train de me poser plein de questions et des fois, c’est très fatigant. J’use trop vite mes neurones. Quoique… Pas sûr. []
  5. L’index Kim Kardashian. []
  6. Et pour une somme modique. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *