Tous les articles par Stéphanie Messal

Rencontrer l’autre : entre hasard et savoir

par Camille Veit, Psychologue clinicienne, doctorante en psychologie et psychopathologie cliniques.
Laboratoire d’anthropologie et de psychologie cognitives et sociales
Campus Saint Jean d’Angely / SJA3 / MSHS Sud-Est
3, Bd François Mitterrand, 06357 Nice Cedex 4
veit.camille@etu.unice.fr

———

Plan
1. Hasard et rencontre dans la vie quotidienne
2. Rencontrer l’autre dans le contexte du soin psychique
3. Comment relayer le hasard ? La fonction du savoir
4. Bibliographie

———

Quelle est la place du hasard dans la rencontre, dans le contexte du soin psychique ? Comment, dans une discipline humaine qui du reste appartient bien au champ des sciences humaines, le hasard trouve-t-il à se nouer au savoir ?

1. Hasard et rencontre dans la vie quotidienne

Que peut-il se jouer dans une rencontre, et quelles en sont les composantes ? Avant tout, il convient de bien distinguer trois signifiants mais aussi trois réalités distinctes que sont rencontrer quelqu’un, le croiser ou encore être avec lui en contact. Dans le langage courant, le terme « rencontre » intervient souvent quand pour soi est entré en jeu quelque chose auquel on ne s’attendait pas. C’est cela qui est ici important, c’est-à-dire le caractère imprévu de la rencontre. Si nous en avions l’intuition, l’étymologie du mot rencontre vient à confirmer son nouage énigmatique à l’imprévu, ou plutôt, au hasard ; puisque rencontrer vient du latin encontere qui signifie « trouver par hasard sur son chemin ».

Mais la rencontre ne se résume pas à la composante du hasard ; elle est aussi quelque chose qui fait choc… souvent conséquence du fait qu’on ne s’y attende pas, justement ! Un nouvel exemple tiré de la vie quotidienne peut tout à fait l’illustrer, c’est celui dit du « coup de foudre », où il s’agit littéralement pour le sujet de quelque chose qui lui « tombe dessus », par hasard. Donc, le coup de foudre, on ne s’y attend pas, première chose. Mais ce qui le caractérise également est qu’on ne puisse pas en dire grand-chose ! Et c’est là le deuxième élément constitutif de la rencontre : on ne peut rien en dire. Parce qu’une rencontre, si elle a trait au hasard, a également quelque chose à voir avec ce qu’en psychanalyse, on appelle le réel. Au sens du psychanalyste Jacques Lacan, le réel est à distinguer de la réalité, de la représentation qu’un sujet se fait du monde extérieur. Le réel, c’est l’impossible, le hors-sens, ce pour quoi la langue ne dispose pas de mots adéquats pour le décrire (Lacan, 1975). Dans le langage courant, on dira par exemple « je n’ai pas les mots pour le dire » en tant que cet instant pourrait peut-être toucher au réel, justement.

Ainsi, la rencontre se constituerait d’un nouage entre hasard et réel. C’est en ce sens qu’il parait délicat de promouvoir la programmation d’une rencontre ! Cette idée marque la transition avec le second point que j’aimerais aborder, qui est celui de la rencontre dans le contexte du soin psychique et plus spécifiquement de la folie. Continuer la lecture de Rencontrer l’autre : entre hasard et savoir

Photographie entre la causalité et le hasard/la contingence

par Snjezana Simic, doctorante en Arts et langages
UMR8566 – CNRS – EHESS CRAL, 96, bd Raspail, 75006 Paris
snjezana.simic@ehess.fr

———

———

Nombreux sont les textes qui ont parlé – et parlent toujours – de la photographie en tant que médium causal. Leur argumentation trouve son point de départ dans la technique photographique – son procédé et fonctionnement optique, chimique ou numérique – et peut amener à des conclusions philosophiques. Il suffit de se rappeler du livre culte de Roland Barthes1 ou encore de la thèse sémiotique du signe en tant qu’indice2, pour comprendre l’ampleur et l’importance de cette approche qui a indéniablement influencé notre pensée sur la photographie. Aujourd’hui, nous avons le choix de la contester afin de prouver qu’elle n’est pas ou plus valable, ou bien de l’approuver en s’inscrivant dans une ligne de réflexion similaire. Il ne s’agit pas ici de valoriser ces deux options, ni opter pour l’une au détriment de l’autre, mais de reconnaître qu’il est fondamental de réanalyser ces conclusions afin d’ouvrir une possibilité de leur dépassement. Continuer la lecture de Photographie entre la causalité et le hasard/la contingence

  1. Roland Barthes, La chambre claire. Note sur la photographie, Gallimard, 1989. La notion de « ça-a-été ». []
  2. Cf. Charles Peirce et la structure tripartite du signe rapporté à son objet / icône, indice, symbole. []

LISBONNE, LE 1er NOVEMBRE 1755 : UN HASARD ? AU CŒUR DE LA POLEMIQUE ENTRE VOLTAIRE ET ROUSSEAU

par Sofiane Bouhdiba, démographe
Université de Tunis
s.bouhdiba@voila.fr

———

Plan
0. Introduction
1. Le tremblement de terre de Lisbonne
2. Implications philosophiques sur le rapport de l’homme au hasard
3. La querelle de Voltaire et Rousseau
3.1. La position de Voltaire
3.2. La position de Rousseau
4. Conclusion
5. Bibliographie

———

0. Introduction

Le 1er novembre 1755, un violent séisme, suivi d’une inondation, détruisit la plus grande partie de Lisbonne, faisant plusieurs dizaines de milliers de victimes. L’événement, survenu en pleine période des Lumières, a été amplement discuté par les philosophes européens et a inspiré de profondes réflexions sur les thèmes de la théodicée (Θεοũ δίκη, justice de Dieu). L’événement va, en particulier, être l’occasion d’une violente polémique entre deux grands philosophes français, François-Marie Arouet dit Voltaire et Jean-Jacques Rousseau, chacun défendant sa propre vision du hasard, du risque et des catastrophes dites naturelles. Tandis que Voltaire accusait le hasard et le malheureux concours de circonstance, Rousseau rappelait avec insistance – et non sans une pointe d’ironie – que la décision de construire une ville côtière dans une zone sismique relevait de la responsabilité exclusive de l’Homme.

C’est à partir de cette polémique entre deux grands hommes de sciences, reconnus et estimés, qu’est né un débat sur les stratégies à tenir face au risque de cataclysme naturel. Les hommes ont alors compris que l’humanité était entrée dans une nouvelle ère, celle où elle pouvait désormais prendre en main son destin, le hasard (Dieu ?) n’étant pas systématiquement responsable de tous les maux sur terre, même dans le cas de catastrophes naturelles.

Ma réflexion se fera en trois grandes parties. Je commencerai par rappeler brièvement les terribles événements du 1er novembre 1755. Je tenterai ensuite de montrer dans quelle mesure le tremblement de terre de Lisbonne et la querelle de philosophes qui a suivi, a bouleversé le rapport de l’Homme au hasard. Dans une troisième partie, j’examinerai de plus près la polémique entre Voltaire et Rousseau, en examinant les arguments des deux philosophes. Continuer la lecture de LISBONNE, LE 1er NOVEMBRE 1755 : UN HASARD ? AU CŒUR DE LA POLEMIQUE ENTRE VOLTAIRE ET ROUSSEAU

Aller au hasard ? Idée saugrenue ou réel potentiel pour la recherche en thèse de géographie ?*

par Guilhem Mousselin, doctorant en géographie
UMR 5185 CNRS ADESS, Maison des Suds
12 Esplanade des Antilles
33607 Pessac Cedex
Université Bordeaux-Montaigne
g.mousselin@gmail.com ou guilhem.mousselin@u-bordeaux-montaigne.fr

———

Guilhem Mousselin – Aller au hasard ? Idée saugrenue ou réel potentiel pour la recherche en thèse de géographie ? – 6 juin 2014

———

———

*Nous tenons à adresser nos remerciements à Audrey Maury, personnalité très attentive, qui n’a pas découvert par hasard cet appel à communications, et qui nous a invité à participer à cet événement, et qui a participé à la construction de ce texte.

Résumé

Le hasard en géographie peut être défini par « ce qui est inexpliqué », mais il n’est pas question ici de phénomènes venus d’ailleurs. La thèse est un travail de longue haleine qui pose de nombreuses questions. Elle évoque des moments de trouble et d’incertitude, alors qu’à certains moments par le plus grand des hasards, des choses se passent provoquant un déclic qui permet d’avancer. Quelle peut être la place du hasard dans une recherche de thèse en géographie ? Cette question est éclairée par une tentative d’analyse des rencontres avec le hasard dans cette démarche de recherche, afin de rendre compte à la fois de la complexité du hasard tout en essayant de le rendre intelligible comme phénomène observable.

Mots-clés

Hasard, Géographie, Thèse, Étudiant, Exploration, Rencontre, Terrain.

Plan

0. Introduction
1. Le hasard existe-t-il dans la démarche de thèse ?

1.1. Le hasard, un encadrement géographique
1.2. Une thèse en géographie, le produit complexe du hasard, de la chance et de l’opportunité
2. Aller au hasard en thèse de géographie, quelles potentialités pour une recherche hasardeuse ?
2.1. L’exploration géographique par la découverte de la pluralité des espaces et l’hybridité territoriale
2.2. La pérégrination sociale et évènementielle pour former les prémices du réseau de relations, entre temps, espaces et pratiques
3. Le hasard est-il un compagnon fidèle dans l’étude et la compréhension des phénomènes socio-spatiaux ?
3.1. Une démarche de recherche qui est loin d’être hasardeuse
3.2. Le hasard comme outil, un retour réflexif sur la trame de recherche pour rendre intelligibles les modalités du hasard
4. Conclusion
5. Bibliographie

———

0. Introduction

Le hasard est un terme insolite qui se place à l’intersection de plusieurs disciplines. Il peut sembler étrange au premier abord de faire un lien entre le hasard et une démarche de recherche scientifique comma la thèse. Mais en y réfléchissant de plus près, le hasard ne constitue-t-il pas l’une des expériences les plus fondamentales de l’existence ? Ces expériences peuvent nous stupéfaire et nous réjouir par de bonnes surprises ou bien nous consterner face aux conséquences désastreuses provoquées par des événements inattendus, qui font le hasard de la vie et son imprévisibilité1.

La thèse témoigne de longs mois d’interrogation, où l’étudiant, apprenti-chercheur, peut se sentir perdu voire délaissé. Les questionnements proviennent de toutes parts, le taraudent sans cesse et peuvent conduire à des situations de blocage. Mais à certains moments, par le fruit du hasard, la rencontre fortuite et la découverte imprévue provoquent un déclic qui permet d’avancer dans la démarche. A contrario, le hasard peut aussi être source de chaos et de désordre, par l’introduction d’effets indésirables et non prévisibles qui provoquent un risque de bifurcation dans la trajectoire de la pensée.

Quelle peut être la place du hasard dans notre recherche en thèse de géographie ?
Les effets du hasard peuvent-ils être positifs ou bien néfastes ?
Le hasard peut-il être un outil pratique ou bien quelque chose à éviter absolument ?

Nous faisons l’hypothèse que le hasard peut constituer une variable méthodologique potentielle, pouvant être invoquée pour :

  1. Évoquer les sources de trouble et d’incertitude qui peuvent ralentir ou stopper la démarche scientifique en influençant son intériorité et son intégrité méthodologique ;
  2. Constituer un processus de recherche qui peut contribuer à l’étude et à la compréhension des phénomènes observés, et de ce fait, faire avancer la réflexion.

Nous proposons pour cela de revenir sur les différents aspects de notre recherche. Il s’agit de questionner la place que peut occuper le hasard dans ce projet et les différentes facettes qui le composent au travers d’un exposé visant à répondre à trois questions principales, qui constituent les différentes parties de notre démonstration :

  1. Le hasard existe-t-il dans la démarche de thèse ?
  2. Aller au hasard en thèse de géographie, quelles potentialités pour une recherche hasardeuse ?
  3. Le hasard est-il un compagnon fidèle dans l’étude et la compréhension des phénomènes socio-spatiaux ?

Tout d’abord, Il s’agira de montrer en quoi le fait de partir à l’aventure et avancer à l’estime peut être un bon outil de recherche. Puis, nous verrons quelles peuvent être les limites rencontrées tout au long du chemin tortueux qu’est la thèse. Enfin, nous reconstituerons pour cela la trame de la recherche à l’aune du hasard en essayant de rendre intelligible les modalités du hasard afin de voir s’il peut s’agir d’un phénomène réellement observable. Nous éclairerons nos propos à l’aide d’exemples précis qui témoignent de la perception que nous pouvons avoir des effets du hasard sur la recherche. Continuer la lecture de Aller au hasard ? Idée saugrenue ou réel potentiel pour la recherche en thèse de géographie ?*

  1. Saint-Sernin B., « Hasard », Encyclopædia Universalis, [en ligne], http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/hasard/ []

[À travers champs] C’était le 6 juin et c’était bien

Vendredi 6 juin 2014, s’est tenue la journée d’étude À travers champs, dans les locaux de l’I2MP au Fort Saint-Jean à Marseille. Pour cette première édition, nous avions choisi comme sujet de réflexion le « Hasard« . Vous avez été nombreux à répondre et nous vous en remercions. Nous avons été heureux de voir que la pluridisciplinarité, pour ne pas dire l’interdisciplinarité avai(en)t de beaux jours devant elle(s).

Cette rencontre entre mathématiques/informatique, sciences naturelles et sciences humaines et sociales a été une réussite grâce à nos invité(e)s bien sûr, mais aussi grâce aux participants réactifs, curieux d’en découvrir plus sur le hasard. Nous en profitons aussi pour remercier le Labex Archimède, l’I2M, la FRUMAM, l’École doctorale 355, la MMSH et la Ville de Marseille pour leur soutien. Et nous n’oublions pas Florence, secrétaire de la FRUMAM qui a été une interlocutrice formidable, ni Muriel et Fatiha qui nous ont si bien accueillis à l’I2MP !

En attendant les textes de nos invité(e)s, nous vous proposons quelques photos souvenirs de cette belle journée sous le soleil marseillais.

14350770044_12f9a378fe_n 14349862504_161e59d52d_n 14350627564_fa40c0b501_n
Le welcome pack

14350053422_78e426c56c_n 13466308855_f93cd8b6d4_n 14351636655_9cb02b42e2_n
La vue depuis la salle de séminaire de l’I2MP au Fort Saint-Jean

9321010886_3ce34cbb8a_n 9314194642_ef09549d06_n 14173806598_2b80702d0a_n
Repas au Môle Passédat et visite de l’exposition « Le monde à l’envers » au MuCEM

[À travers champs] Hasard – 6 juin 2014 Programme modifié et Inscriptions closes

AffichePP

Présentation de la journée

Cette journée d’étude se veut une rencontre des mathématiques et de l’informatique avec les autres champs disciplinaires de la recherche, qu’il s’agisse des sciences humaines et sociales, des sciences naturelles ou des autres sciences formelles. Ce moment de rencontre sur un thème donné – pour cette première édition, hasard – permettra aux participants de présenter leurs recherches sur ce sujet ainsi que les diverses significations propres à leur domaine de recherche dans leur discipline. Cette journée se veut donc pluridisciplinaire et souhaite mettre en lumière les différentes façons d’aborder un même sujet, l’occasion pour chacun de pouvoir changer son angle de vue sur sa propre recherche en cours et de mettre les mathématiques et l’informatique en perspective vis-à-vis des autres disciplines. Elle permettra de créer des connexions et des liens entre des disciplines trop souvent considérées comme éloignées alors qu’elles n’attendent que de se rencontrer. Ces échanges, nous l’espérons, pourront aboutir à de futures collaborations puisque chacun découvrant les façons de faire et de dire de l’autre, et pourquoi pas permettront de trouver un langage commun.

La journée débutera à 9h15 et se terminera à 17h45. Cinq duos de chercheurs sont au programme dont deux le matin et trois l’après-midi. Chaque duo se compose d’un chercheur en mathématiques/informatique et d’un chercheur en sciences humaines et sociales ou sciences naturelles (ou autres). Chacun a 20 minutes pour exposer sa réflexion concernant le hasard au regard de son propre domaine de recherche. Puis, ils auront 10 minutes pour discuter entre eux, une discussion où chacun pourra porter un regard sur la science de l’autre. Enfin, les 10 dernières minutes seront consacrées aux questions posées par le public. Cette journée sera introduite par l’intervention de Jean Dhombres (mathématicien et historien des mathématiques) et conclue par celle de Baptiste Morizot (philosophe).

Programme

Une de nos intervenantes étant dans l’impossibilité de pouvoir se joindre à nous, le programme est donc légèrement modifié. Nous reprendrons la journée à 14h et non à 13h45. Merci de votre compréhension.

9h15, Accueil des participants

9h30, Présentation de la journée

9h45, Les significations multiples du hasard ?  Jean Dhombres (EHESS)

10h15, Pause

10h30, Théorie effective de l’aléatoire Pierre Guillon (I2M) & Comment observer et analyser, en ethnologue, les jeux dits de hasard ?  Thierry Wendling (IIAC – LAHIC)

11h30, Aller au hasard ? Idée saugrenue ou réel potentiel pour la recherche en thèse de géographie ? Guilhem Mousselin (ADESS) & Une anatomie de l’errance numérique ou vers une vision renouvelée des usages du web Samuel Nowakowski (LORIA)

12h30, Déjeuner

14h00Lisbonne, 1er novembre 1755 : un hasard ? Au cœur de la querelle entre Rousseau et Voltaire Sofiane Bouhdiba (Université de Tunis)

14h45, Les nombres premiers ne sont pas si aléatoires Annamaria Iezzi (I2M) & Le hasard en photographie Snjezana Simic (EHESS)

15h45, Pause

16h00, Consommation du foie de loup enragé : un exemple de paléo-vaccination ? Eric Faure (I2M) & Rencontrer l’autre : entre hasard et savoir Camille Veit (LIRCES)

17h00, Le refus naturel du hasard. Pour une explication darwinienne de l’antidarwinisme Baptiste Morizot (CEPERC)

17h45, Fin de la journée, merci à tous

Infos Pratiques

La journée aura lieu le 6 juin 2014 dans les locaux de l’I2MP où l’accueil se fait au 1er étage.

I2MP – Entrée basse par le Fort Saint-Jean
201, quai du port
13002 Marseille

PlanPP

Accès

Métro : station Vieux Port (M1) + 11 minutes à pied (voir plan ci-dessus)
Bus : 82 ou 60 (arrêt Fort Saint Jean) et 49 (arrêt Église Saint-Laurent) – www.rtm.fr
Voiture : parking Vieux Port/Fort Saint Jean (accès boulevard du littoral) et parking Hôtel de ville ( accès par la place Jules Verne)

Inscriptions closes

L’inscription est OBLIGATOIRE pour participer à la journée
et le nombre de places est limité à 40 !

Nous remercions tous nos partenaires sans qui cette journée n’aurait pu être possible :

crédit : Les heureux hasards de l’escarpolette – Jean-Honoré Fragonard – 1767 – By kind permission of the Trustees of the Wallace Collection

Comment j’ai détesté les maths – Le film

Stéphanie en noir
Florian en rouge

Dimanche dernier (le 7 décembre donc), nous sommes allés au cinéma pour découvrir le film Comment j’ai détesté les maths. La salle était bien remplie, pas pleine mais bien remplie. On avait hâte de le voir ce film, hâte de découvrir quelle vision des mathématiques allait être véhiculée. Attention, les lumières s’éteignent : ça commence…

Les mathématiques financières

Je vais commencer de suite avec ce que j’ai trouvé un peu longuet et très moyen pour garder le meilleur pour la suite. Toute la dernière partie sur les mathématiques financières méritait certes d’être abordée en tant que sujet d’actualité, mais était-ce vraiment nécessaire de s’étaler autant ? Je ne suis pas sûre… J’avais hâte que cela se finisse.

J’ajouterai que, comme tout le monde le sait, les statistiques et les mathématiques financières ne sont pas des maths1 !

Enseigner les mathématiques

J’avoue que je venais surtout pour en découvrir plus sur l’apprentissage des mathématiques. Là-dessus, aucune déception ! J’ai adoré les points de vue de chaque intervenant. J’aurais même souhaité que ce sujet soit plus largement traité mais c’était déjà fort instructif. J’aurais adoré avoir un professeur comme François Sauvageot, un papa pique et coud, qui joue avec les matières et les vêtements pour amener ses étudiants à découvrir le monde des mathématiques. L’idée que les mathématiques soient aussi mal enseignées et/ou mal comprises ne me surprend pas. Quand on voit l’évolution de la définition d’une droite, autant dire que tout cela a complètement dérivé et je compatis à la douleur des élèves : s’en est presque absurde pour ne pas dire grotesque. Et moi qui pensais que les mathématiques étaient la science de l’exactitude et de la simplicité… Me serais-je fourvoyée ? Ah, on les a voulu les ingénieurs, les surdoués en maths ! On en a fait des réformes de ceci et de cela qui ont finit par perdre les élèves autant que les enseignants. Au final de quoi, les mathématiques se retrouvent mal aimées parce que incomprises pour ne pas dire incompréhensibles. Elles me rappellent ces livres indigestes : pas besoin d’écrire des mathématiques pour produire un discours obscure…

On en vient à redécouvrir que les maths découlent de problèmes réels comme si cela n’avait pas été le cas dès le départ, comme si cela n’avait été que purement abstrait depuis toujours alors que c’est tout l’inverse.

Quoiqu’il en soit, ils sont nombreux ces enseignants qui réfléchissent sur les (meilleures) façons d’aborder les mathématiques. C’était très instructif et très amusant. Là, j’ai redécouvert l’aspect ludique des mathématiques qui me plaisait tant quand j’étais enfant. Parce que les mathématiques, c’est un peu ça quand même : un énigme, un problème à résoudre.

C’est quelque chose dont je me rends bien compte lorsque j’encadre des stages hippocampes. Les lycéens et les collégiens changent alors de regard sur les mathématiques parce que pendant ces trois jours intensifs, c’est un tout autre rapport qui s’établit entre eux, les maths et les professeurs. Un problème ouvert leur est donné et non un simple exercice. Les élèves, répartis en groupe de trois à cinq personnes, sont amenés à réfléchir par eux-mêmes à ce problème. Ils ne sont pas notés, ils sont juste accompagnés par l’enseignant qui leur sert de guide dans leurs réflexions personnelles. Au final, au lieu de se sentir sous pression face aux mathématiques, à ne rien comprendre, à être comme le dit Anne Siety, crevés de ne pas réussir à faire des maths et bien ils se retrouvent à jouer avec et donc à se les approprier. Grâce à ce changement de perspective, les élèves se remettent bien généralement à apprécier les maths et le rapport change avec leur professeur de mathématiques qui du coup est très satisfait.

Mais malgré cela, les mathématiques restent encore un outil de sélection. Des étudiants les choisissent pour accéder à des universités prestigieuses. Certains par goût mais d’autres parce qu’il le faut pour construire son avenir et comprendre importe peu. On se retrouve alors avec l’attitude du besogneux qui apprend pour apprendre, qui réussit des contrôles non pas parce qu’il comprend les mathématiques, mais parce qu’il a appris à faire ce type de contrôle. Jill Adler, chercheuse en science de l’éducation, l’explique d’ailleurs très bien. Certes… mais après ça ?

Je me souviens encore de cette copine de fac, en 3ème année de licence, qui apprenait par cœur les feuilles d’exercices et qui, un jour de partiel, s’est levée et est partie en pleurant. L’énoncé demandait réflexion et non transposition à l’identique d’un exercice, chose à laquelle, elle n’était pas préparée.

Les conférences

Le passage que j’ai véritablement adoré fut celui sur le monde de la recherche en mathématiques. J’avais l’impression de voir un documentaire sur ma vie et je me suis senti comme à la maison. Tout sonnait parfaitement juste et rien ne m’a semblé caricatural. L’institut d’Oberwolfach m’a fait pensé aux conférences auxquelles j’ai pu assister au CIRM à Marseille et j’ai vraiment retrouvé l’ambiance propre à ces moments de rencontres entre mathématiciens. Vous pouvez être sûrs que toute les conversations dériveront vers les mathématiques à un moment ou à un autre, à moins qu’elles ne commencent directement par un problème. On peut aussi voir à quel point les mathématiciens sont timides, même entre eux.

Timides mais malgré tout chaleureux et accueillants. Pour avoir accompagné Florian à quelques conférences, j’y ai toujours trouvé ma place même sans y faire de mathématiques.

L’heure du goûter

L’heure du goûter pour les mathématiciens est mise à l’honneur dans ce film. Et moi qui croyais que c’était là le petit rituel du laboratoire de Florian, voici que je découvre qu’il en va de même ailleurs, partout dans le monde. L’heure du goûter, c’est donc sacré ! J’adore !!! Ils sont mignons avec leurs petites tasses dans les salons, salons où sont accrochés des tableaux noirs au cas où une idée viendrait à germer entre les vapeurs de thé.

Oh que oui, l’heure du goûter, c’est sacré ! Il faut se ressourcer : repos et nourriture pour mieux nourrir la pensée. C’est indispensable ! On n’imagine pas combien la matière grise est un gouffre à calories. Mais bon, n’espérez pas non plus faire un régime grâce aux maths (rires) !

Le look du mathématicien

La tenue en mathématiques est un peu triste : beaucoup de couleurs sombres. Certes Cédric Villani est connu pour son costume et son araignée, mais dans l’ensemble, les couleurs sont de l’ordre du noir, du gris, du marron et du bleu du jean. Où sont le rose, le rouge, l’orange et toutes ces couleurs chatoyantes ? Ami(e)s mathématicien(ne)s, mettez donc de la couleur dans vos habits !

Il y a deux cas de figures : soit il y les « Villani » qui restent malgré tout des cas isolés, soit ils ont le look campeurs en tongs (quand ils n’ont pas les chaussettes dans les tongs) et surtout le look adolescent éternel avec jean, baskets et t-shirt aux multiples inscriptions geek, musicales, mathématiques, etc. Mais ça c’est surtout chez les « fonda » (les mathématiques fondamentales). Dès qu’on se rapproche des mathématiques appliquées, le look est plus sérieux et le mathématicien revêt une tenue de cadre dynamique.
Avec cette histoire de look, je repense à un de mes profs de maths en 3ème année de licence (encore). Il ressemblait à Bill Gates mais surtout, il avait une ceinture qui tenait à un fil de cuir, comme par magie ! Le dernier cours, sa ceinture a lâché et un de ses verres de lunettes est tombé : incroyable ! C’est comme s’il avait eu ces affaires là depuis le début de sa carrière, s’usant avec le temps, et qu’il n’en avait plus jamais changé trop absorbé à faire des maths. Marrant !

La musique et la montagne

Lorsque Cédric Villani nous explique que musique et montagne vont bien avec les mathématiques, j’ai eu envie de prendre mon téléphone pour l’appeler2 et lui dire : « Tu as tellement raison, si tu savais comme tu as raison ! » Florian fait de la guitare et se languit de retourner à la montagne tout comme V. M joue du piano. J’ai plein d’exemples sous les yeux. Cela pourrait frôler la caricature mais je trouve cela plutôt amusant.

Je ne m’en étais jamais rendu compte, peut-être parce que trop immergé pour avoir le recul nécessaire, mais oui, c’est complètement ça ! J joue du piano, Mo de la guitare. Le directeur de thèse de M est un alpiniste. Un autre chercheur fait des treks réguliers en montagne… En même temps, les mathématiciens sont soit fous, soit musiciens, soit sportifs, soit les trois (mais jamais les quatre à la fois… Comprend qui peut !).

Ils sont fous ! Mais c’est très rafraîchissant cette folie dans un monde de gens trop austères ou trop sérieux.

La beauté des mathématiques

Après, il reste la poésie des mathématiques. Il y a quelque chose de beau ! Mais pas comme cette sculpture monstrueuse ! Certes, je comprends bien la beauté mathématique de cette chose, mais alors visuellement parlant… Oups ! Enfin bon, les goûts et les couleurs comme on dit… :^)

Je pense que c’est l’une des seules questions mathématiques auxquelles on ne pourra jamais répondre : « Mais pourquoi c’est beau les maths ? » La réaction de Gert-Martin Greuel est vraiment révélatrice. Il a beau essayé de nous expliquer ce que représente cette sculpture et pourquoi elle est si mathématiquement belle (alors que… je la trouve hideuse à regarder) mais au final, il conclue par un magnifique « It’s beautiful, that’s it » puis reste sans voix. Voilà, son silence donne le mot juste : la beauté des mathématiques nous laisse sans voix.

Conclusion

J’ai très envie de jouer à Professeur Layton et de résoudre plein d’énigmes. Et celle de Reimann aussi (qui n’est pas une énigme mais une hypothèse d’ailleurs) ! Mais surtout, cela m’a confirmé qu’il y avait encore beaucoup de travail à fournir pour trouver une belle pédagogie : cela me conforte dans ma réflexion sur ce qu’est être enseignant, enseigner et diffuser un savoir.

Ça m’a donné envie de retourner en conférence, moi. Ça me manque les buffets… l’ambiance, les gens, cette atmosphère spéciale, les exposés… Tout quoi ! Et puis, du coup, j’ai hâte de commencer mon enseignement au second semestre. Les stages hippocampes sont vraiment une bonne idée. Bien sûr, on ne peut pas faire que cela mais il y a quelque chose de positif dans ce travail avec les élèves : ils en ressortent contents de leur travail et demandent à revenir. Du coup, j’essaie d’avoir une approche moins rigide des mathématiques avec mes élèves et de toujours relier les maths que j’enseigne à des problèmes concrets (un peu comme le fait François Sauvageot avec son chapeau ou sa ceinture).

Si vous n’avez pas pu le voir au cinéma, il y a toujours le site WTFMaths en attendant, nous l’espérons, une sortie du DVD3.

  1. Ceci est bien sûr à prendre au second degré. []
  2. C’est purement métaphorique puisque je n’ai pas son numéro de téléphone. []
  3. Avec plein de bonus si c’est possible, ce serait parfait ! Merci. []

Histoire de tarte aux fraises

Ou comment le beurre devint fonction de la farine.

37f4a6aeb4f411e2a8e322000a9f13d9_7

Le week-end dernier, j’ai confectionné de mes petites mains une tarte aux fraises. La pâte brisée n’était pas aussi chouette que d’habitude tout ça parce que je l’ai utilisée sans l’avoir laissée reposer.1 Alors que nous dégustions les dernières parts de la tarte, j’émis à Florian mon avis sur la question :

« Au final, je trouve que la pâte a plus le goût de la farine que le goût du beurre. Et pourtant j’ai respecté les proportions. Peu importe le poids de la farine ou du beurre, ce qui compte c’est qu’il y ait x grammes de farine et x/2 grammes de beurre. »

Florian releva la tête2, une lueur d’espoir dans le regard :

« Si tu commences à parler comme ça, ça veut dire que je peux te parler comme un mathématicien tous les jours ? »

Devais-je répondre oui ou non ? J’étaye mon propos avec un exemple concret :

« Normalement il faut mettre 250g de farine pour 125g de beurre mais comme le plat est plus petit qu’un plat à tarte standard, j’ai mis 200g pour 100g. »

Et là, le cri de joie de Florian :

« OUI ! D’où le concept de fonction. Je t’explique ! »

Il se saisit d’un stylo et commence à m’écrire tout cela sur le tableau à l’aide de schémas et de formules mathématiques.

Où l’on découvre les différentes caractéristiques des fonctions

Fonction

image

Fonction inverse

image-1

Composer les fonctions

Monotonie d’une fonction bijective

Fonction surjective

image-3

On voit sur la figure un exemple de fonction qui n’est pas surjective sur l’intervalle [0,600]3 car elle ne prend pas toutes les valeurs comprises dans cet intervalle. Par contre, elle est surjective sur l’ensemble {0, 200, 400,  600},4 et oui ! En effet, elle prend toutes les valeurs de cet ensemble.

Fonction injective

image-2

On voit sur la figure un exemple de fonction qui n’est pas injective car elle prend plusieurs fois la même valeur. Par contre, il est possible de trouver des bouts de cette fonctions où elle est injective, par exemple entre 0 et le premier point marqué (en rouge sur la courbe) car elle ne prend qu’une seule fois la même valeur dans cet intervalle.

Fonction bijective

La prochaine fois, nous apprendrons comment diviser un œuf, surtout quand il n’est pas dur et sans en mettre partout.5 Et comment défier les graduations d’un verre doseur autrement qu’à vue de nez !

  1. Ça m’apprendra à être absorbée par mon travail de recherche. []
  2. Alors qu’il était complètement absorbé à la dégustation de sa tarte entièrement recouverte de chantilly. []
  3. On utilise les crochets pour signifier TOUTES les valeurs comprises entre 0 et 600 dans le cas qui nous concerne. []
  4. On utilise les accolades pour signifier une énumération de valeurs spécifiques. []
  5. Ça, c’est beaucoup moins sûr ! []

[Exposé] APN functions of degree 4e with e = 3 mod 4

WCC 2013
du 15 au 19 avril
à Bergen

Le 15 avril dernier, Florian Caullery était invité à présenter son travail de recherche à l’International Workshop on Coding and Cryptography 2013 (WCC2013) à Bergen en Norvège. Ce workshop dure 5 jours : c’est l’occasion pour tous les chercheurs en cryptographie de se retrouver et de découvrir les avancées de chacun et cela dans un cadre fort sympathique : au Grand Terminus Hôtel avec des pauses cafés fort copieuses, des repas dans une salle cossue et un dîner tout en haut du Mont Floyen le jeudi soir. Ah, j’oubliais aussi la sortie en mer mais ça, Florian n’y a pas assisté puisqu’on a profité de cet après-midi de libre pour se balader dans les rues de Bergen.

IMG_4171

Revenons à la présentation de Florian ! Une présentation réalisée sur Prezi, projetée sur grand écran, avec une petite zapette pour faire avancer les slides1. Florian avait 20 minutes devant lui mais il a mené rondement son discours en 12 minutes. S’en est suivi quelques questions de la part de Claude Carlet et Alexander Pott2 et les remarques de son directeur de thèse : petite coquille de rien du tout à corriger et puis du coup, pour les prochaines présentations comme il a du temps devant lui (environ huit minutes) qu’il n’hésite pas à rentrer dans les détails sur deux ou trois points. Au final, il a eu beaucoup de retours positifs sur sa présentation Prezi mais aussi sur la clarté de son discours.

Au milieu de tout ce beau monde, j’avais un peu l’air d’un ovni. Certain(e)s me connaissent bien sûr pour s’être déjà croisés dans les couloirs de l’IML mais d’autres non. Mais je remarque que le contact est vraiment facile. Est-ce l’anglais qui délie les langues ? Est-ce l’idée d’un sujet commun qui rapproche ainsi ces hommes et ces femmes ? Ils se parlent sans détour, se questionnent et s’enthousiasment. L’ambiance est détendue, légère et propice aux rencontres. Tout cela me change des séminaires (et autres colloques) auxquels j’ai peu assister en anthropologie. D’abord, je suis impressionnée par le nombre de participants, une centaine au moins : la salle est pleine !  Ça me surprend vraiment. Ensuite, de véritables moyens techniques sont accordés à la mise en place du séminaire : trois ordinateurs3, un projecteur, un grand écran, une zapette, un micro oreillette, le welcome pack4 et les boissons à volonté. A côté de cela, il y a le confort qui entoure ce séminaire : les pauses cafés, les repas du midi, le grand dîner et l’après-midi « excursion en bateau ». On sent que tout est mis en œuvre pour offrir un maximum de bien être aux présents. Et ça marche ! D’aussi loin que je me souvienne, je crois que l’université d’été du Cléo sur Marseille, en 2011 si mes souvenirs sont bons (à laquelle je n’avais pas pu participer mais dont les échos étaient positifs), proposait un cadre similaire. Mais pour le reste… tout du moins de ces évènements auxquels j’ai pu assister, je ne me souviens pas avoir vu autant d’effervescence. Les prises de contact sont faciles : Florian est déjà invité à passer en Allemagne pour une conférence cet été. Je trouve que les mathématiciens sont bien plus décontractés dans leur rapport à l’autre. Alors n’allez pas croire que c’est la déroute de la politesse : bien au contraire ! Tout le monde est très respectueux de chacun et de son travail. Je ne sais pas si on peut vraiment parler d’humilité5 mais en tout cas, il y a une reconnaissance mutuelle dans l’autre et son travail. Ça crée un lien.

« Ce qui est sûr, c’est  qu’il n’y a pas de dédain. Ce n’est pas parce que tu es un thésard que tu es moins bien considéré. Bien au contraire ! On regarde avant tout ton travail et on t’encourage à continuer. » dixit Florian.

Prochain exposé de Florian Caullery : Crypto’Puces 2013, du 27 au 31 mai à Porquerolles.

  1. Ils sont vraiment bien équipés ces mathématiciens ! []
  2. Des sommités dans le domaine de la cryptographie. []
  3. Au cas où l’un d’entre eux tombe en panne. []
  4. Cahier, stylo, badge, t-shirt certes jaune mais là c’est vraiment chacun son goût. []
  5. Un peu trop galvaudé à mon goût ! []