[À travers champs] C’était le 6 juin et c’était bien

Vendredi 6 juin 2014, s’est tenue la journée d’étude À travers champs, dans les locaux de l’I2MP au Fort Saint-Jean à Marseille. Pour cette première édition, nous avions choisi comme sujet de réflexion le “Hasard“. Vous avez été nombreux à répondre et nous vous en remercions. Nous avons été heureux de voir que la pluridisciplinarité, pour ne pas dire l’interdisciplinarité avai(en)t de beaux jours devant elle(s).

Cette rencontre entre mathématiques/informatique, sciences naturelles et sciences humaines et sociales a été une réussite grâce à nos invité(e)s bien sûr, mais aussi grâce aux participants réactifs, curieux d’en découvrir plus sur le hasard. Nous en profitons aussi pour remercier le Labex Archimède, l’I2M, la FRUMAM, l’École doctorale 355, la MMSH et la Ville de Marseille pour leur soutien. Et nous n’oublions pas Florence, secrétaire de la FRUMAM qui a été une interlocutrice formidable, ni Muriel et Fatiha qui nous ont si bien accueillis à l’I2MP !

En attendant les textes de nos invité(e)s, nous vous proposons quelques photos souvenirs de cette belle journée sous le soleil marseillais.

14350770044_12f9a378fe_n 14349862504_161e59d52d_n 14350627564_fa40c0b501_n
Le welcome pack

14350053422_78e426c56c_n 13466308855_f93cd8b6d4_n 14351636655_9cb02b42e2_n
La vue depuis la salle de séminaire de l’I2MP au Fort Saint-Jean

9321010886_3ce34cbb8a_n 9314194642_ef09549d06_n 14173806598_2b80702d0a_n
Repas au Môle Passédat et visite de l’exposition “Le monde à l’envers” au MuCEM

[À travers champs] Hasard – 6 juin 2014 Programme modifié et Inscriptions closes

AffichePP

Présentation de la journée

Cette journée d’étude se veut une rencontre des mathématiques et de l’informatique avec les autres champs disciplinaires de la recherche, qu’il s’agisse des sciences humaines et sociales, des sciences naturelles ou des autres sciences formelles. Ce moment de rencontre sur un thème donné – pour cette première édition, hasard – permettra aux participants de présenter leurs recherches sur ce sujet ainsi que les diverses significations propres à leur domaine de recherche dans leur discipline. Cette journée se veut donc pluridisciplinaire et souhaite mettre en lumière les différentes façons d’aborder un même sujet, l’occasion pour chacun de pouvoir changer son angle de vue sur sa propre recherche en cours et de mettre les mathématiques et l’informatique en perspective vis-à-vis des autres disciplines. Elle permettra de créer des connexions et des liens entre des disciplines trop souvent considérées comme éloignées alors qu’elles n’attendent que de se rencontrer. Ces échanges, nous l’espérons, pourront aboutir à de futures collaborations puisque chacun découvrant les façons de faire et de dire de l’autre, et pourquoi pas permettront de trouver un langage commun.

La journée débutera à 9h15 et se terminera à 17h45. Cinq duos de chercheurs sont au programme dont deux le matin et trois l’après-midi. Chaque duo se compose d’un chercheur en mathématiques/informatique et d’un chercheur en sciences humaines et sociales ou sciences naturelles (ou autres). Chacun a 20 minutes pour exposer sa réflexion concernant le hasard au regard de son propre domaine de recherche. Puis, ils auront 10 minutes pour discuter entre eux, une discussion où chacun pourra porter un regard sur la science de l’autre. Enfin, les 10 dernières minutes seront consacrées aux questions posées par le public. Cette journée sera introduite par l’intervention de Jean Dhombres (mathématicien et historien des mathématiques) et conclue par celle de Baptiste Morizot (philosophe).

Programme

Une de nos intervenantes étant dans l’impossibilité de pouvoir se joindre à nous, le programme est donc légèrement modifié. Nous reprendrons la journée à 14h et non à 13h45. Merci de votre compréhension.

9h15, Accueil des participants

9h30, Présentation de la journée

9h45, Les significations multiples du hasard ?  Jean Dhombres (EHESS)

10h15, Pause

10h30, Théorie effective de l’aléatoire Pierre Guillon (I2M) & Comment observer et analyser, en ethnologue, les jeux dits de hasard ?  Thierry Wendling (IIAC – LAHIC)

11h30, Aller au hasard ? Idée saugrenue ou réel potentiel pour la recherche en thèse de géographie ? Guilhem Mousselin (ADESS) & Une anatomie de l’errance numérique ou vers une vision renouvelée des usages du web Samuel Nowakowski (LORIA)

12h30, Déjeuner

14h00Lisbonne, 1er novembre 1755 : un hasard ? Au cœur de la querelle entre Rousseau et Voltaire Sofiane Bouhdiba (Université de Tunis)

14h45, Les nombres premiers ne sont pas si aléatoires Annamaria Iezzi (I2M) & Le hasard en photographie Snjezana Simic (EHESS)

15h45, Pause

16h00, Consommation du foie de loup enragé : un exemple de paléo-vaccination ? Eric Faure (I2M) & Rencontrer l’autre : entre hasard et savoir Camille Veit (LIRCES)

17h00, Le refus naturel du hasard. Pour une explication darwinienne de l’antidarwinisme Baptiste Morizot (CEPERC)

17h45, Fin de la journée, merci à tous

Infos Pratiques

La journée aura lieu le 6 juin 2014 dans les locaux de l’I2MP où l’accueil se fait au 1er étage.

I2MP – Entrée basse par le Fort Saint-Jean
201, quai du port
13002 Marseille

PlanPP

Accès

Métro : station Vieux Port (M1) + 11 minutes à pied (voir plan ci-dessus)
Bus : 82 ou 60 (arrêt Fort Saint Jean) et 49 (arrêt Église Saint-Laurent) – www.rtm.fr
Voiture : parking Vieux Port/Fort Saint Jean (accès boulevard du littoral) et parking Hôtel de ville ( accès par la place Jules Verne)

Inscriptions closes

L’inscription est OBLIGATOIRE pour participer à la journée
et le nombre de places est limité à 40 !

Nous remercions tous nos partenaires sans qui cette journée n’aurait pu être possible :

crédit : Les heureux hasards de l’escarpolette – Jean-Honoré Fragonard – 1767 – By kind permission of the Trustees of the Wallace Collection

[À travers champs] Hasard – Appel à contribution

Vendredi 6 juin 2014, nous vous proposons de nous retrouver
au MuCEM, Fort Saint-Jean à Marseille,
pour une journée d’études intitulée À travers champs1.

9314194642_f59699964e_o

Cette  journée d’études propose de confronter les mathématiques et l’informatique aux champs disciplinaires des Sciences Humaines et Sociales (sociologie, anthropologie, philosophie, histoire, etc.). Pour cette première édition2, le thème proposé est le HASARD.
Chaque participant est invité à exposer ce qu’est le hasard dans sa discipline que ce soit, par exemple, par la définition qui en est donnée par son domaine de recherche, ou par sa pratique du terrain, ou encore sur l’emploi qu’il en fait au cours de sa recherche, etc.
Cette journée d’études se veut donc pluridisciplinaire et souhaite mettre en lumière les différentes façons d’aborder un même sujet, l’occasion pour chacun de pouvoir changer son angle de vue sur sa recherche en cours. Elle permettrait de créer des connexions et des liens entre des domaines de recherches que sont les mathématiques et l’informatique et les SHS, trop souvent considérées comme éloignées alors qu’elles n’attendent que de se rencontrer.

Argumentaire

Voici ce que rappelle Claude Lévi-Strauss, lequel a eu l’opportunité de collaborer avec le mathématicien André Weil, sur l’importance des échanges entre les Sciences Formelles et Naturelles, et plus particulièrement les mathématiques, et les Sciences Humaines et Sociales :

La collaboration ne saurait être à sens unique. D’un côté, les mathématiques contribueront au progrès des sciences sociales, mais, de l’autre, les exigences propres à ces dernières ouvriront aux mathématiques des perspectives supplémentaires. En ce sens, il s’agit donc de mathématiques nouvelles à créer. Cette fécondation réciproque a été, pendant deux ans, l’objet principal du séminaire sur l’utilisation des mathématiques dans les sciences humaines et sociales qui a eu lieu à l’Unesco en 1953-1954 sous les auspices du Conseil international des sciences sociales et auquel ont participé des mathématiciens, physiciens, biologistes, du côté des sciences exactes et naturelles, et, pour les sciences humaines et sociales, des économistes, psychologues, sociologues, historiens, linguistes, anthropologues et psychanalystes. Il est encore trop tôt pour évaluer les résultats de cette expérience audacieuse; mais quelles qu’aient été ses insuffisances, aisément prévisibles dans cette période de tâtonnements, le témoignage unanime des participants établit clairement que tous s’en sont trouvés enrichis. Car l’homme ne souffre pas moins, dans son être intime, de la compartimentation et des exclusives intellectuelles, qu’il ne pâtit, dans son existence collective, de la méfiance et de l’hostilité entre les groupes. En travaillant à l’unification des méthodes de pensée, qui ne sauraient être à jamais irréductibles pour les différents domaines de la connaissance, on contribue à la recherche d’une harmonie intérieure qui est peut-être, sur un autre plan que celui de l’Unesco, mais non moins efficacement, la condition véritable de toute sagesse et de toute paix.

Claude Lévi-Strauss, 1954. « Introduction : les mathématiques de l’homme », Bulletin international des Sciences sociales, vol. VI, n°4, p.643. Corbeil – Essonnes, UNESCO. (Consultable en ligne : http://unesdoc.unesco.org/images/0005/000597/059778fo.pdf)

***

C’est du hasard de notre rencontre qu’est née l’envie d’organiser cette journée d’études. Notre science respective se nourrit de la science de l’autre : les mathématiques pointent le bout de leur nez dans l’anthropologie et l’anthropologie s’immisce dans les mathématiques. Partage de la science donc qui nous conforte sur les bienfaits de la pluridisciplinarité. Aussi, nous vous invitons à exposer votre science et à découvrir la science de l’autre : une aventure à travers différents champs disciplinaires.

C’est le hasard que nous mettons à l’honneur car c’est peut-être bien lui qui crée les heureuses (mais aussi malheureuses) rencontres. Mais le hasard a-t-il un aussi grand pouvoir ? Quant à savoir ce qu’est le hasard, tout l’enjeu de cette journée d’études repose sur cette question. Qu’est-ce que le hasard au regard des différentes disciplines en SHS ? Est-il identique à celui des mathématiques et de l’informatique ? Ne serait-il pas intéressant de sortir des sentiers de nos disciplines pour aller voir ailleurs ce que peut être ce curieux hasard ? Qu’a-t-il d’autre à nous apprendre ? Ce changement de point de vue peut-il ouvrir des portes sur les champs du possible…3

***

Cette journée d’études est ouverte aux chercheurs confirmés mais aussi et surtout aux doctorants désireux de partager leur travail de recherche.

L’exposé de 20 minutes environ devra être compris de TOUS !

  • Chercheurs en mathématiques et informatique, nous n’attendons pas de vous un exposé pointu de vos recherches mais plutôt un exposé de vulgarisation compréhensible par les chercheurs en SHS.
  • Chercheurs en SHS, de même, votre discours doit être accessible aux mathématiciens et informaticiens : votre vocabulaire devra être adapté ou explicité pour la bonne compréhension de tous.

Nous souhaiterions pouvoir instaurer un DIALOGUE entre vos sciences respectives.

Pour votre information, toutes les disciplines en SHS sont invitées à participer !

Axes thématiques

Les intervenants sont invités à proposer des sujets sur les thématiques suivantes :

  • Le hasard
  • Le déterminisme, l’indéterminisme
  • La destinée
  • La sérendipité
  • Le concours de circonstance, la rencontre, la coïncidence
  • Le jeu, la théorie des jeux
  • Les sorts, la magie
  • La chance
  • Les probabilités, le tirage au sort
  • L’aléatoire (méthode Monte Carlo par exemple)
  • La divination, la prédiction
  • La théorie des nombres

Bien sûr, il s’agit là de pistes de réflexion. Vous êtes cordialement invités à faire votre propre proposition tant que le sujet répond au thème du hasard.

Modalités de soumission

Veuillez faire parvenir vos propositions de communication en français, sur une page maximum, au format PDF (en indiquant votre sujet, les principales problématiques envisagées et les sources mobilisées), ainsi qu’une brève bio (profession, domaine de recherche, institution, etc.) à l’adresse mail suivante : misanthropologue@orange.fr et en copie à fcaullery@gmail.com

Date limite de proposition de communication : 15 mars 2014

Nous vous communiquerons les réponses le 5 avril 2014.

***

Comité organisateur :

  1. Nous remercions encore Mélodie Faury qui par le biais de ses réflexions nous a inspiré ce titre. []
  2. Car nous espérons que ce rendez-vous deviendra annuel. []
  3. Non, nous ne sommes pas sponsorisés par les petits beurres de LU, mais il y aura de bonnes madeleines dont vous pourrez nous dire des nouvelles. []

Comment j’ai détesté les maths – Le film

Stéphanie en noir
Florian en rouge

Dimanche dernier (le 7 décembre donc), nous sommes allés au cinéma pour découvrir le film Comment j’ai détesté les maths. La salle était bien remplie, pas pleine mais bien remplie. On avait hâte de le voir ce film, hâte de découvrir quelle vision des mathématiques allait être véhiculée. Attention, les lumières s’éteignent : ça commence…

Les mathématiques financières

Je vais commencer de suite avec ce que j’ai trouvé un peu longuet et très moyen pour garder le meilleur pour la suite. Toute la dernière partie sur les mathématiques financières méritait certes d’être abordée en tant que sujet d’actualité, mais était-ce vraiment nécessaire de s’étaler autant ? Je ne suis pas sûre… J’avais hâte que cela se finisse.

J’ajouterai que, comme tout le monde le sait, les statistiques et les mathématiques financières ne sont pas des maths1 !

Enseigner les mathématiques

J’avoue que je venais surtout pour en découvrir plus sur l’apprentissage des mathématiques. Là-dessus, aucune déception ! J’ai adoré les points de vue de chaque intervenant. J’aurais même souhaité que ce sujet soit plus largement traité mais c’était déjà fort instructif. J’aurais adoré avoir un professeur comme François Sauvageot, un papa pique et coud, qui joue avec les matières et les vêtements pour amener ses étudiants à découvrir le monde des mathématiques. L’idée que les mathématiques soient aussi mal enseignées et/ou mal comprises ne me surprend pas. Quand on voit l’évolution de la définition d’une droite, autant dire que tout cela a complètement dérivé et je compatis à la douleur des élèves : s’en est presque absurde pour ne pas dire grotesque. Et moi qui pensais que les mathématiques étaient la science de l’exactitude et de la simplicité… Me serais-je fourvoyée ? Ah, on les a voulu les ingénieurs, les surdoués en maths ! On en a fait des réformes de ceci et de cela qui ont finit par perdre les élèves autant que les enseignants. Au final de quoi, les mathématiques se retrouvent mal aimées parce que incomprises pour ne pas dire incompréhensibles. Elles me rappellent ces livres indigestes : pas besoin d’écrire des mathématiques pour produire un discours obscure…

On en vient à redécouvrir que les maths découlent de problèmes réels comme si cela n’avait pas été le cas dès le départ, comme si cela n’avait été que purement abstrait depuis toujours alors que c’est tout l’inverse.

Quoiqu’il en soit, ils sont nombreux ces enseignants qui réfléchissent sur les (meilleures) façons d’aborder les mathématiques. C’était très instructif et très amusant. Là, j’ai redécouvert l’aspect ludique des mathématiques qui me plaisait tant quand j’étais enfant. Parce que les mathématiques, c’est un peu ça quand même : un énigme, un problème à résoudre.

C’est quelque chose dont je me rends bien compte lorsque j’encadre des stages hippocampes. Les lycéens et les collégiens changent alors de regard sur les mathématiques parce que pendant ces trois jours intensifs, c’est un tout autre rapport qui s’établit entre eux, les maths et les professeurs. Un problème ouvert leur est donné et non un simple exercice. Les élèves, répartis en groupe de trois à cinq personnes, sont amenés à réfléchir par eux-mêmes à ce problème. Ils ne sont pas notés, ils sont juste accompagnés par l’enseignant qui leur sert de guide dans leurs réflexions personnelles. Au final, au lieu de se sentir sous pression face aux mathématiques, à ne rien comprendre, à être comme le dit Anne Siety, crevés de ne pas réussir à faire des maths et bien ils se retrouvent à jouer avec et donc à se les approprier. Grâce à ce changement de perspective, les élèves se remettent bien généralement à apprécier les maths et le rapport change avec leur professeur de mathématiques qui du coup est très satisfait.

Mais malgré cela, les mathématiques restent encore un outil de sélection. Des étudiants les choisissent pour accéder à des universités prestigieuses. Certains par goût mais d’autres parce qu’il le faut pour construire son avenir et comprendre importe peu. On se retrouve alors avec l’attitude du besogneux qui apprend pour apprendre, qui réussit des contrôles non pas parce qu’il comprend les mathématiques, mais parce qu’il a appris à faire ce type de contrôle. Jill Adler, chercheuse en science de l’éducation, l’explique d’ailleurs très bien. Certes… mais après ça ?

Je me souviens encore de cette copine de fac, en 3ème année de licence, qui apprenait par cœur les feuilles d’exercices et qui, un jour de partiel, s’est levée et est partie en pleurant. L’énoncé demandait réflexion et non transposition à l’identique d’un exercice, chose à laquelle, elle n’était pas préparée.

Les conférences

Le passage que j’ai véritablement adoré fut celui sur le monde de la recherche en mathématiques. J’avais l’impression de voir un documentaire sur ma vie et je me suis senti comme à la maison. Tout sonnait parfaitement juste et rien ne m’a semblé caricatural. L’institut d’Oberwolfach m’a fait pensé aux conférences auxquelles j’ai pu assister au CIRM à Marseille et j’ai vraiment retrouvé l’ambiance propre à ces moments de rencontres entre mathématiciens. Vous pouvez être sûrs que toute les conversations dériveront vers les mathématiques à un moment ou à un autre, à moins qu’elles ne commencent directement par un problème. On peut aussi voir à quel point les mathématiciens sont timides, même entre eux.

Timides mais malgré tout chaleureux et accueillants. Pour avoir accompagné Florian à quelques conférences, j’y ai toujours trouvé ma place même sans y faire de mathématiques.

L’heure du goûter

L’heure du goûter pour les mathématiciens est mise à l’honneur dans ce film. Et moi qui croyais que c’était là le petit rituel du laboratoire de Florian, voici que je découvre qu’il en va de même ailleurs, partout dans le monde. L’heure du goûter, c’est donc sacré ! J’adore !!! Ils sont mignons avec leurs petites tasses dans les salons, salons où sont accrochés des tableaux noirs au cas où une idée viendrait à germer entre les vapeurs de thé.

Oh que oui, l’heure du goûter, c’est sacré ! Il faut se ressourcer : repos et nourriture pour mieux nourrir la pensée. C’est indispensable ! On n’imagine pas combien la matière grise est un gouffre à calories. Mais bon, n’espérez pas non plus faire un régime grâce aux maths (rires) !

Le look du mathématicien

La tenue en mathématiques est un peu triste : beaucoup de couleurs sombres. Certes Cédric Villani est connu pour son costume et son araignée, mais dans l’ensemble, les couleurs sont de l’ordre du noir, du gris, du marron et du bleu du jean. Où sont le rose, le rouge, l’orange et toutes ces couleurs chatoyantes ? Ami(e)s mathématicien(ne)s, mettez donc de la couleur dans vos habits !

Il y a deux cas de figures : soit il y les “Villani” qui restent malgré tout des cas isolés, soit ils ont le look campeurs en tongs (quand ils n’ont pas les chaussettes dans les tongs) et surtout le look adolescent éternel avec jean, baskets et t-shirt aux multiples inscriptions geek, musicales, mathématiques, etc. Mais ça c’est surtout chez les “fonda” (les mathématiques fondamentales). Dès qu’on se rapproche des mathématiques appliquées, le look est plus sérieux et le mathématicien revêt une tenue de cadre dynamique.
Avec cette histoire de look, je repense à un de mes profs de maths en 3ème année de licence (encore). Il ressemblait à Bill Gates mais surtout, il avait une ceinture qui tenait à un fil de cuir, comme par magie ! Le dernier cours, sa ceinture a lâché et un de ses verres de lunettes est tombé : incroyable ! C’est comme s’il avait eu ces affaires là depuis le début de sa carrière, s’usant avec le temps, et qu’il n’en avait plus jamais changé trop absorbé à faire des maths. Marrant !

La musique et la montagne

Lorsque Cédric Villani nous explique que musique et montagne vont bien avec les mathématiques, j’ai eu envie de prendre mon téléphone pour l’appeler2 et lui dire : “Tu as tellement raison, si tu savais comme tu as raison !” Florian fait de la guitare et se languit de retourner à la montagne tout comme V. M joue du piano. J’ai plein d’exemples sous les yeux. Cela pourrait frôler la caricature mais je trouve cela plutôt amusant.

Je ne m’en étais jamais rendu compte, peut-être parce que trop immergé pour avoir le recul nécessaire, mais oui, c’est complètement ça ! J joue du piano, Mo de la guitare. Le directeur de thèse de M est un alpiniste. Un autre chercheur fait des treks réguliers en montagne… En même temps, les mathématiciens sont soit fous, soit musiciens, soit sportifs, soit les trois (mais jamais les quatre à la fois… Comprend qui peut !).

Ils sont fous ! Mais c’est très rafraîchissant cette folie dans un monde de gens trop austères ou trop sérieux.

La beauté des mathématiques

Après, il reste la poésie des mathématiques. Il y a quelque chose de beau ! Mais pas comme cette sculpture monstrueuse ! Certes, je comprends bien la beauté mathématique de cette chose, mais alors visuellement parlant… Oups ! Enfin bon, les goûts et les couleurs comme on dit… :^)

Je pense que c’est l’une des seules questions mathématiques auxquelles on ne pourra jamais répondre : “Mais pourquoi c’est beau les maths ?” La réaction de Gert-Martin Greuel est vraiment révélatrice. Il a beau essayé de nous expliquer ce que représente cette sculpture et pourquoi elle est si mathématiquement belle (alors que… je la trouve hideuse à regarder) mais au final, il conclue par un magnifique “It’s beautiful, that’s it” puis reste sans voix. Voilà, son silence donne le mot juste : la beauté des mathématiques nous laisse sans voix.

Conclusion

J’ai très envie de jouer à Professeur Layton et de résoudre plein d’énigmes. Et celle de Reimann aussi (qui n’est pas une énigme mais une hypothèse d’ailleurs) ! Mais surtout, cela m’a confirmé qu’il y avait encore beaucoup de travail à fournir pour trouver une belle pédagogie : cela me conforte dans ma réflexion sur ce qu’est être enseignant, enseigner et diffuser un savoir.

Ça m’a donné envie de retourner en conférence, moi. Ça me manque les buffets… l’ambiance, les gens, cette atmosphère spéciale, les exposés… Tout quoi ! Et puis, du coup, j’ai hâte de commencer mon enseignement au second semestre. Les stages hippocampes sont vraiment une bonne idée. Bien sûr, on ne peut pas faire que cela mais il y a quelque chose de positif dans ce travail avec les élèves : ils en ressortent contents de leur travail et demandent à revenir. Du coup, j’essaie d’avoir une approche moins rigide des mathématiques avec mes élèves et de toujours relier les maths que j’enseigne à des problèmes concrets (un peu comme le fait François Sauvageot avec son chapeau ou sa ceinture).

Si vous n’avez pas pu le voir au cinéma, il y a toujours le site WTFMaths en attendant, nous l’espérons, une sortie du DVD3.

  1. Ceci est bien sûr à prendre au second degré. []
  2. C’est purement métaphorique puisque je n’ai pas son numéro de téléphone. []
  3. Avec plein de bonus si c’est possible, ce serait parfait ! Merci. []

Comment j’ai aimé les Maths – Concours

Nous ne savons pas si vous êtes au courant, mais le 27 novembre 2013, va sortir LE film qui va révolutionner (enfin on l’espère) votre vision des maths : Comment j’ai détesté les maths ! Tout de suite pour rentrer dans le vif du sujet et susciter en vous envie, désir et passion, la bande annonce officielle (et après, vient le concours).

Et oui ! Très bonne question ! Pourquoi les mathématiques ? Et puis d’abord, c’est quoi les mathématiques ? Que convient-il de dire, la ou les mathématique(s) ? Est-ce qu’il faut avoir la bosse des maths pour aimer les maths ?  Personnellement, on a vraiment hâte que le film sorte. On a déjà réservé notre 27 novembre. Ça ne vous étonnera pas pour le mathématicien, mais l’anthropologue aime aussi les maths. Car oui, stop aux idées reçues, on peut tout à fait aimer les maths même sans en faire son métier. Du coup, ça nous a donné une petite idée : on s’est dit que vous aimeriez peut-être savoir ce qui nous (a) fait aimer les maths (et après vient le concours bis).

Florian, doctorant en mathématiques

J’ai toujours aimé les maths. D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été passionné par les énigmes mathématiques. Ça a commencé avec les simples problèmes de l’école primaire. Mais quand j’ai trouvé “x” sur mon chemin1 et que j’ai enfin découvert ce qu’était une équation, tout un monde merveilleux s’est ouvert à moi. Le seul petit hic était cette rengaine qui résonnait dans ma tête : “Haaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan c’est trop facile !”2. Pour résoudre ce nouveau problème, on m’a fait sauter quelques classes mais rien n’y faisait. Toujours mes professeurs me demandaient de mieux rédiger, de mieux expliquer comment je trouvais la solution au problème. Mais comment faire pour expliquer l’évidence ? Mon don pour les mathématiques3, me dirigeait naturellement vers l’université avec un seul objectif en tête : devenir chercheur en mathématiques !

En rentrant à l’université4, j’ai été initié aux ” vraies ” mathématiques, aux ” vraies ” démonstrations et au vrai plaisir des mathématiques. Que d’objets merveilleux à découvrir : les groupes, les anneaux, les corps (et surtout les corps finis), les boules carrées5, les restos chinois6, les chaînes de Markov, les espaces de Hilbert, les distributions, etc. Et que d’objets détestables : les séries de fonctions, les fonctions implicites, la calculabilité, le lambda-calcul et tous les autres spécimens provenant majoritairement de l’analyse dont je garde un très mauvais souvenir7.

Ah qu’il est doux ce monde des mathématiques qui s’est offert à moi, peu importe ceux qui le pensent dénué d’âme. Science dure qu’ils disent, c’est qu’ils n’ont pas su saisir la douceur de ses courbes (algébriques of course). Ils n’ont pas su voir non plus la perfection de l’abstraction, la beauté des arguments simples qui résolvent les questions les plus difficiles ni celle des questions simples qui donnent naissance aux concepts les plus évolués. Et que dire de cet instant magique où, à force de persévérance, on saisit enfin cette solution qui nous échappait depuis trop longtemps ! Il est d’autant plus appréciable, ce moment, que rien ni personne ne pourra venir gâcher notre plaisir ni remettre en cause notre démonstration8 ! On dirait presque que le problème fond sous la dent en même temps qu’il croustille. Pour rien au monde je n’y renoncerais et j’espère de tout cœur pouvoir continuer à faire des maths toute ma vie.

Stéphanie, architecte et doctorante en anthropologie

Comme Florian, j’ai toujours aimé les maths. Je ne me souviens pas d’avoir souffert d’une quelconque difficulté avec les maths dans ma vie d’écolière. Sauf peut-être au collège, en 4ème et en 3ème. Mais il faut dire que j’avais le plus détestable des professeurs de mathématiques : je n’ai jamais rencontré quelqu’un d’aussi brouillon dans son enseignement. Tellement brouillon, que je n’y comprenais plus rien. J’étais très malheureuse. Et en colère en même temps. Je ne comprenais pas au départ que les maths m’échappent à ce point alors qu’elles avaient été si proches. Et puis, je l’avoue, j’avais ce besoin permanent de comprendre le pourquoi du comment et je ne pouvais supporter de devoir juste apprendre la formule ou le théorème par cœur juste parce que c’était comme ça ! Mais comment ça, comme ça ? Il y a bien une raison à cela non ? Laquelle ? À voir, il ne faisait pas bon d’être trop curieux et d’en savoir trop à cette époque.

Et puis, arrive le lycée et une enseignante merveilleuse et la magie des mathématiques revint illuminer mon quotidien. Je me souviens, c’était le moment des équations à deux inconnues je crois. HA HA HA ! Je ris car avec le recul, je me dis que c’était très facile mais à l’époque, ça me semblait tellement fou et incroyable ! Mais arrive le temps de l’orientation : quel bac choisir ! Mon père voulait absolument que j’aille en C. Moi, je ne voulais pas ! Parce que je n’avais pas que les maths pour passion mais aussi l’art, le français et les langues. Bon, ne cherchez pas, j’étais une super bonne élève : j’aimais tout sauf le sport ! Le vrai profil de la première de la classe. Je voulais trouver un bac qui allie les maths et l’art. Seulement… ce type de bac n’existait pas. Le drame… Alors j’ai opté pour un bac A1, lettres et maths. Je ne suis pas mécontente puisqu’au final, ce sont les maths et la physique que j’avais pris en option qui ont gonflé ma moyenne. Avec un beau 16 en maths mais je vous le dis de suite, je faisais la tête parce que j’ai bêtement raté le 18 avec une stupide dérivée ou primitive. D’ailleurs je ne sais pas si c’est pour ça mais je n’ai jamais oublié comment on faisait une dérivée et une primitive… Par contre les intégrales… Alors là… le flou total !

Mais il y une chose qui me plaisait plus encore : la géométrie9 ! Sûrement parce que j’aimais dessiner. Et c’est sûrement cette combinaison qui m’a mené en Architecture, mélange d’art et de technique. En Architecture, j’ai découvert l’univers de la géométrie descriptive : la première année, cela me semblait profondément obscure… Oui, vraiment très profondément obscure… Mais la deuxième année, la révélation ! Il faut dire que j’avais passé mon été à faire, faire et refaire des exercices de descriptive. La perspective aussi, vraiment de bons moments : j’aimais bien les rendus isométriques. Et puis, je crois que la réalisation des hyperboloïdes en maquette m’ont laissé un souvenir bien amusant.

Aujourd’hui, je fais de l’anthropologie mais parfois ma pensée est mathématique. Il m’est difficile de devoir faire de l’argumentation à rallonge quand l’évidence me semble se contenir dans une seule phrase. Mais, c’est un bon exercice : c’est peut-être évident pour moi mais peut-être pas pour l’autre. Par contre, j’ai la chance de partager ma vie avec un mathématicien et de pouvoir de temps à autre replonger dans le monde merveilleux des mathématiques. La dernière fois, j’étais toute contente de voir que je n’avais pas oublié les imaginaires, enfin… les nombres complexes.  Ça va bien m’aider pour pouvoir résoudre l’hypothèse de Reimann. Je sais, je sais. Je fais rire tout le monde quand je dis ça. Je ne résoudrais peut-être pas cette énigme (ou peut-être que si allez savoir), mais elle est ma porte d’entrée vers les mathématiques. Quand je pense les maths, je vois des formes ou alors des chiffres qui flottent dans des nuages : c’est difficile à expliquer. Et je dois vous confier que je rêve régulièrement de maths. Mais au réveil, tout me semble assez confus… Pour conclure, je dirai que les problèmes de maths sont comme des énigmes à résoudre : il y a ce petit côté enquêteur qui me plait bien. Et trouver la clé du mystère, ça reste un moment unique et précieux.

Les mathématiques ne sont pas aussi méchantes qu’elles en ont l’air : elles sont même plutôt drôles ! Elles possèdent leur langage propre et il suffit d’en comprendre la grammaire pour le maîtriser. Imaginez-vous dans un pays lointain où le langage est radicalement différent du vôtre tant dans la lecture que le parlé. Au début, vous allez tâtonner. Oui, ce ne sera pas toujours facile… Mais petit-à-petit, vous allez vous imprégner de ces signes, les sons vont devenir des mots par assemblage. Et un jour, à votre tour vous commencerez par énoncer quelques phrases pour finir par tenir un discours.

Concours

Mais stop au long discours et… place au concours ! Quoi un concours ??? Oui, oui, un concours pour vous faire gagner des Tote Bags. *___*
C’est très simple ! Vous répondez aux questions suivantes (hyper compliquées sinon ce n’est pas amusant) et surtout vous n’oubliez pas de nous laissez vos mails à la fin du questionnaire pour qu’on puisse vous écrire et vous prévenir si vous avez été un WTF Mathématicien. Are you readyyy ? BEGIIIIN !!!

LE CONCOURS EST FINI !!!

Les gagnants vont recevoir un mail de notre part sous peu.

Merci à tous d’avoir joué !

Attention les petits coquins, une seule réponse est acceptée par foyer ! Dépêchez-vous de répondre car il n’y en aura pas pour tout le monde !

On ne sait pas vous mais on attend beaucoup de ce film et en attendant, ne manquez pas d’aller sur le site officiel WTF MATHS10 où vous pouvez retrouver quelques problèmes à résoudre, des extraits inédits comme Cédric Villani en pianiste et puis surtout de l’humour encore et toujours, et ça, c’est mathématiquement bon ! ;^D

  1. Oh “x”, toi ici ? Mais qu’est-ce que tu fais là ? C’est trop cool de t’avoir trouver ! []
  2. Oui oui avec autant de “a”. []
  3. La fameuse bosse des maths. []
  4. J’ai refusé d’aller en prépa à cause de l’aspect trop scolaire, de la physique que je détestais à l’époque mais aussi, il faut bien l’avouer un peu, à cause de la flemme… []
  5. Et les carrés boules. []
  6. Le théorème des restes chinois en version officielle. []
  7. Même si, a posteriori, ils ne sont pas si horrible que ça. []
  8. À condition qu’elle soit correcte bien sûr ! []
  9. Pythagore, tu as illuminé ma vie avec ton théorème. []
  10. N’oubliez pas le hashtag #wtfmaths ! Abusez-en partout où vous voulez ! []

Optimiser la collecte, un problème NP complet complètement complexe

Dans le cadre de sa thèse, Stéphanie a étudié une association appelée RECYCLODROME. C’est une “ressourcerie” qui a pour vocation de récupérer les objets que l’on ne veut plus. Puis ils vont être valorisés pour être redistribués (vente) dans leur boutique, ceci afin de limiter la production des déchets. La majeure partie des objets qui passent par le RECYCLODROME provient de leur service de collecte : vous laissez votre numéro, votre adresse et vos disponibilités, et le RECYCLODROME se charge de vous rappeler pour convenir du jour de passage.

Une fois par mois

4748388431_eb0781dbf8Au début, la col-lecte était men-suelle. Elle s’ef-fectuait soit un jeudi, soit un vendredi dans le mois1. Le pro-blème pour les membres du RE-CYCLODROME était de déter-miner un jour qui conviendrait à un maximum de donateurs.

Tout d’abord, déterminer le jour ! Il se choisit en fonction du stock disponible à la “ressour-cerie”. Celle-ci travaillant en flux tendu, il ne faut pas manquer d’objets à valoriser et à revendre. D’autant que les clients apprécient la nouveauté. Une fois choisi, les membres de l’équipe vont prendre contact avec les futurs donateurs. Ces derniers vont alors confirmer ou infirmer leur disponibilité. Pour ceux que cela n’arrange pas, les équipiers vont proposer un autre jour. La date retenue sera au final celle qui aura remporté le plus grand suffrage. Il faut maintenant s’enquérir de l’heure de disponibilité et du lieu de résidence de tout ce petit monde et essayer de s’arranger au mieux pour contenter chacun, l’équipe du RECYCLODROME comprise.  En effet, Marseille est une ville particulièrement embouteillée2, il est donc important pour les membres du RECYCLODROME de limiter au maximum la distance qu’ils parcourent en ville pour éviter une balade du véhicule qui reviendrait au final à perdre son temps !

Supposons qu’ils aient déterminé une liste de donateurs chez qui ils devront se rendre durant la matinée. Les membres du RECYCLODROME cherchent alors le parcours le plus court pour aller à chaque domicile et revenir à la boutique. Vous l’avez reconnu, c’est le problème du voyageur de commerce. C’est un problème qui est très simple en apparence mais que même les plus grands mathématiciens/informaticiens3 ne peuvent résoudre en un temps raisonnable. Pour se rendre compte de la difficulté du problème, essayons de le résoudre de manière naïve dans un cas très simple.

Exemple
Un jeudi matin, deux des membres du RECYCLODROME doivent se rendre chez cinq personnes différentes et ils connaissent la distance qui sépare chaque domicile des autres puisque possédant les adresses. Quelle solution plus sûre y a-t-il que d’essayer toutes les combinaisons possibles et ensuite de choisir celle qui donne la distance la plus courte ?
Pour la première collecte, cinq choix sont possibles. Après la première visite, ils devront choisir un des quatre domiciles restants. Donc, pour chacune des cinq premières possibilités, il y a quatre choix à disposition. Nous en sommes déjà à 5 x 4 = 20 parcours possibles, vous suivez ? En faisant le même raisonnement pour les étapes suivantes, nous arrivons à un total de 5 x 4 x 3 x 2 x 1 = 120 possibilités !

Pour généraliser, si on appelle n le nombre de donateurs sur la liste, on obtiendra n x (n-1) x (n-2) x … x 2 x 1 = n!4 parcours possibles. Bien sûr, il existe des méthodes plus élaborées pour résoudre ce problème mais même celles-ci ne sont pas très rapides. Pour s’en convaincre, la meilleure méthode proposée actuellement calculerait environ 102 400 parcours différents avant de trouver le plus court dans le cas où les équipiers de la “ressourcerie” devraient se rendre chez 10 clients. Notre méthode, elle, calculerait 3 628 800 parcours… On a bien de la peine pour les membres du RECYCLODROME qui se trouvent confrontés à ce difficile calcul chaque semaine !

Deux fois par mois

Désormais, le RECYCLODROME effectue des collectes bimensuelles. On pourrait croire que cela leur facilite la tâche. Stéphanie avait même pensé à leur proposer l’idée suivante pour optimiser les prises de rendrez-vous : diviser Marseille en deux et proposer la collecte pour la moitié 1, le jour de la première quinzaine et pour la moitié 2, le jour de la deuxième quinzaine. Ce serait alors les donateurs qui téléphoneraient pour laisser leurs horaires de disponibilité en fonction de ces deux journées, un peu comme si on prenait rendez-vous chez le médecin. Ceci permettrait aux membres de la “ressourcerie” de ne plus passer autant de temps au téléphone. On pourrait même imaginer que ce serait la chargée de communication qui noterait les rendez-vous sur un planning dédié. Et pour arranger au maximum les futurs donateurs, on pourrait aussi faire en sorte que les deux moitiés de Marseille soit interverties un mois sur deux : la moitié 1 deviendrait la 2, et la moitié 2 deviendrait la 1.

Même si cela simplifierait les prises de rendez-vous  et permettrait aux équipiers de ne plus perdre leur temps au téléphone lorsqu’ils sont déjà à valoriser les objets, il n’empêche que cela ne résout en rien le problème du voyageur du commerce. À la limite, la distance parcourue lors d’une demi-journée de collecte va être réduite car les équipiers auront réduit la distance séparant chaque domicile où ils devront se rendre. Mais le temps de la recherche du parcours le plus court sera toujours aussi long5.

Vous l’avez compris, le problème du voyageur de commerce est extrêmement difficile à résoudre. Il appartient à la classe des problème que l’on appelle “NP-complet6. Cette classe regroupe les problèmes dont on a prouvé qu’ils étaient très difficiles à résoudre. Il s’agit bien d’une preuve de la difficulté du problème et non pas simplement d’un argument du type : “Tous ceux qui ont essayé n’y sont pas arrivés ! Même les plus brillants !” Car oui, en mathématiques, on arrive même à démontrer que ce n’est pas de notre faute si on ne trouve pas de solution à un problème. Par la même occasion, on prouve aussi que celui qui résoudra ce problème sera un véritable génie et méritera son prix d’un million de dollars reversé par l’Institut Clay, et peut-être un grand merci de la part des membres du RECYCLODROME ainsi que de tous les voyageurs de commerce, mais aussi et surtout de tous ceux qui veulent éviter de perdre leur temps dans les embouteillages marseillais !

crédit photographie : “Patience” par marcovdz sur flickr – Marseille

  1. La boutique ouvrant uniquement le mercredi, cela permettait à l’équipe de la “ressourcerie” d’avoir quelques jours pour valoriser les objets collectés avant de les vendre. []
  2. Marseille se classe au quatrième rang des villes les plus embouteillées du monde selon le site Tom Tom. []
  3. Ce problème se situe en fait à la frontière entre mathématiques et informatique théorique, si tant est que ces deux disciplines soient différentes, mais je ne rentrerai pas dans ce débat. []
  4. Prononcez “n factoriel”. []
  5. Mais alors, plus c’est court plus c’est long ? On pourrait s’y perdre, mais si l’on se perd cela rallonge encore le parcours… []
  6. Complexe, ça aurait tellement plus de gueule ! Enfin, ce n’est que le point de vue de la néophyte. []

N’oublie pas ton segment-valise !

C’est bientôt le mois d’août et tu l’as sûrement déjà remarqué, toi qui viens régulièrement lire ce carnet de recherche, Presque Partout est en vacances… Enfin presque1… Mais nous voulions te donner un dernier petit conseil avant le grand départ aoûtien qui se déroule tel un pèlerinage (presque) partout dans le monde. N’oublie pas ton segment-valise !

Le segment-valise est la version mathématique du sac de Mary Poppins : dans un espace fini, tu pourras fourrer tout ce qui te fera plaisir pour passer de merveilleuses vacances. Et grâce à cette phrase, tu viens de comprendre pourquoi on appelle certains sacs des fourre-tout. Mais le segment-valise, c’est quoi ? Imagine, tu prends un segment entre 0 et 1. Qu’il soit en millimètres, en centimètres, en mètres, en pieds, en pouces ou en rien, peu importe. Ce qui compte, c’est que tu choisisses la dimension qui te convient pour voyager comme tu aimes. Quand on sait tous les nombres qui se tiennent à l’intérieur entre 0 et 1, on ne te raconte même pas tout ce que tu vas pouvoir ranger dans ton segment-valise. À ton avis, combien de nombres y a-t-il entre 0 et 1 ? Un milliard ? Non, tu es très très loin du compte parce qu’il y en a tellement qu’on ne peut pas les compter. C’est impossible ! On te laisse un petit peu de lecture pour les vacances2 si tu veux découvrir pourquoi il est donc IMPOSSIBLE de dénombrer tous les nombres.

iphone_299

Si tu as suivi jusque là, tu comprends alors combien il va être facile de prendre tout ce qui te fait plaisir pour voyager sans avoir à réfléchir sur ce qui est possible de prendre ou pas, avec une valise et autre sac de voyage standard. Fini de s’arracher les cheveux à réaliser un véritable Tetris3 dans la valise pour réussir à ranger ces quelques petites affaires qui déjà te mettent en état de frustration quand tu sais que tu voulais en prendre le double. Non seulement tu ne le peux pas parce que ta valise ne le permet pas, mais aussi parce qu’il ne faut surtout pas que le poids de cette valise n’excède les 23kg fatidiques qui te feront regretter de ne pas avoir eu la présence d’esprit de peser ta valise avant de partir4. Grâce au segment-valise, tu t’évites toutes ces corvées. Pas besoin de réfléchir à ce que tu veux prendre : tu prends tout ! Et non seulement tu prends tout mais en plus, tu peux le mettre comme ça, dans ton segment-valise, sans avoir besoin de te prendre la tête sur une organisation quelconque. Et, bonheur ultime, plus tu en mets, moins c’est lourd : tes reins te disent merci. Et comme il est à la dimension souhaitée, tu peux même le mettre dans ta poche.

Tu l’auras compris, on ne saurait trop te conseiller de vite te procurer ton segment-valise, en vente chez tous les bons mathématiciens.

On te souhaite de bonnes vacances et on te retrouve à la rentrée !

Stéphanie et Florian (qui eux, ne sont pas en vacances pour rappel à la note de bas de page)

crédit image : My Mary Poppins Bag by Maria Simavilla – http://www.laninapolilla.es/

  1. Stéphanie finit sa thèse et moi je reviens de quinze jours de travail et de recherche en Allemagne. []
  2. Attention, il y aura une interrogation écrite à la rentrée ! []
  3. Ça, c’est pour quand tu voudras te décontracter, les pieds en éventail après tes dures révisions. []
  4. Mais peut-être n’avais-tu pas de balance chez toi. []

Histoire de tarte aux fraises

Ou comment le beurre devint fonction de la farine.

37f4a6aeb4f411e2a8e322000a9f13d9_7

Le week-end dernier, j’ai confectionné de mes petites mains une tarte aux fraises. La pâte brisée n’était pas aussi chouette que d’habitude tout ça parce que je l’ai utilisée sans l’avoir laissée reposer.1 Alors que nous dégustions les dernières parts de la tarte, j’émis à Florian mon avis sur la question :

“Au final, je trouve que la pâte a plus le goût de la farine que le goût du beurre. Et pourtant j’ai respecté les proportions. Peu importe le poids de la farine ou du beurre, ce qui compte c’est qu’il y ait x grammes de farine et x/2 grammes de beurre.”

Florian releva la tête2, une lueur d’espoir dans le regard :

“Si tu commences à parler comme ça, ça veut dire que je peux te parler comme un mathématicien tous les jours ?”

Devais-je répondre oui ou non ? J’étaye mon propos avec un exemple concret :

“Normalement il faut mettre 250g de farine pour 125g de beurre mais comme le plat est plus petit qu’un plat à tarte standard, j’ai mis 200g pour 100g.”

Et là, le cri de joie de Florian :

“OUI ! D’où le concept de fonction. Je t’explique !”

Il se saisit d’un stylo et commence à m’écrire tout cela sur le tableau à l’aide de schémas et de formules mathématiques.

Où l’on découvre les différentes caractéristiques des fonctions

Fonction

image

Fonction inverse

image-1

Composer les fonctions

Monotonie d’une fonction bijective

Fonction surjective

image-3

On voit sur la figure un exemple de fonction qui n’est pas surjective sur l’intervalle [0,600]3 car elle ne prend pas toutes les valeurs comprises dans cet intervalle. Par contre, elle est surjective sur l’ensemble {0, 200, 400,  600},4 et oui ! En effet, elle prend toutes les valeurs de cet ensemble.

Fonction injective

image-2

On voit sur la figure un exemple de fonction qui n’est pas injective car elle prend plusieurs fois la même valeur. Par contre, il est possible de trouver des bouts de cette fonctions où elle est injective, par exemple entre 0 et le premier point marqué (en rouge sur la courbe) car elle ne prend qu’une seule fois la même valeur dans cet intervalle.

Fonction bijective

La prochaine fois, nous apprendrons comment diviser un œuf, surtout quand il n’est pas dur et sans en mettre partout.5 Et comment défier les graduations d’un verre doseur autrement qu’à vue de nez !

  1. Ça m’apprendra à être absorbée par mon travail de recherche. []
  2. Alors qu’il était complètement absorbé à la dégustation de sa tarte entièrement recouverte de chantilly. []
  3. On utilise les crochets pour signifier TOUTES les valeurs comprises entre 0 et 600 dans le cas qui nous concerne. []
  4. On utilise les accolades pour signifier une énumération de valeurs spécifiques. []
  5. Ça, c’est beaucoup moins sûr ! []

[Exposé] APN functions of degree 4e with e = 3 mod 4

WCC 2013
du 15 au 19 avril
à Bergen

Le 15 avril dernier, Florian Caullery était invité à présenter son travail de recherche à l’International Workshop on Coding and Cryptography 2013 (WCC2013) à Bergen en Norvège. Ce workshop dure 5 jours : c’est l’occasion pour tous les chercheurs en cryptographie de se retrouver et de découvrir les avancées de chacun et cela dans un cadre fort sympathique : au Grand Terminus Hôtel avec des pauses cafés fort copieuses, des repas dans une salle cossue et un dîner tout en haut du Mont Floyen le jeudi soir. Ah, j’oubliais aussi la sortie en mer mais ça, Florian n’y a pas assisté puisqu’on a profité de cet après-midi de libre pour se balader dans les rues de Bergen.

X
Photo retirée pour des raisons de droit à l’image et de droit d’auteur

Revenons à la présentation de Florian ! Une présentation réalisée sur Prezi, projetée sur grand écran, avec une petite zapette pour faire avancer les slides1. Florian avait 20 minutes devant lui mais il a mené rondement son discours en 12 minutes. S’en est suivi quelques questions de la part de Claude Carlet et Alexander Pott2 et les remarques de son directeur de thèse : petite coquille de rien du tout à corriger et puis du coup, pour les prochaines présentations comme il a du temps devant lui (environ huit minutes) qu’il n’hésite pas à rentrer dans les détails sur deux ou trois points. Au final, il a eu beaucoup de retours positifs sur sa présentation Prezi mais aussi sur la clarté de son discours.

Au milieu de tout ce beau monde, j’avais un peu l’air d’un ovni. Certain(e)s me connaissent bien sûr pour s’être déjà croisés dans les couloirs de l’IML mais d’autres non. Mais je remarque que le contact est vraiment facile. Est-ce l’anglais qui délie les langues ? Est-ce l’idée d’un sujet commun qui rapproche ainsi ces hommes et ces femmes ? Ils se parlent sans détour, se questionnent et s’enthousiasment. L’ambiance est détendue, légère et propice aux rencontres. Tout cela me change des séminaires (et autres colloques) auxquels j’ai peu assister en anthropologie. D’abord, je suis impressionnée par le nombre de participants, une centaine au moins : la salle est pleine !  Ça me surprend vraiment. Ensuite, de véritables moyens techniques sont accordés à la mise en place du séminaire : trois ordinateurs3, un projecteur, un grand écran, une zapette, un micro oreillette, le welcome pack4 et les boissons à volonté. A côté de cela, il y a le confort qui entoure ce séminaire : les pauses cafés, les repas du midi, le grand dîner et l’après-midi “excursion en bateau”. On sent que tout est mis en œuvre pour offrir un maximum de bien être aux présents. Et ça marche ! D’aussi loin que je me souvienne, je crois que l’université d’été du Cléo sur Marseille, en 2011 si mes souvenirs sont bons (à laquelle je n’avais pas pu participer mais dont les échos étaient positifs), proposait un cadre similaire. Mais pour le reste… tout du moins de ces évènements auxquels j’ai pu assister, je ne me souviens pas avoir vu autant d’effervescence. Les prises de contact sont faciles : Florian est déjà invité à passer en Allemagne pour une conférence cet été. Je trouve que les mathématiciens sont bien plus décontractés dans leur rapport à l’autre. Alors n’allez pas croire que c’est la déroute de la politesse : bien au contraire ! Tout le monde est très respectueux de chacun et de son travail. Je ne sais pas si on peut vraiment parler d’humilité5 mais en tout cas, il y a une reconnaissance mutuelle dans l’autre et son travail. Ça crée un lien.

“Ce qui est sûr, c’est  qu’il n’y a pas de dédain. Ce n’est pas parce que tu es un thésard que tu es moins bien considéré. Bien au contraire ! On regarde avant tout ton travail et on t’encourage à continuer.” dixit Florian.

Prochain exposé de Florian Caullery : Crypto’Puces 2013, du 27 au 31 mai à Porquerolles.

  1. Ils sont vraiment bien équipés ces mathématiciens ! []
  2. Des sommités dans le domaine de la cryptographie. []
  3. Au cas où l’un d’entre eux tombe en panne. []
  4. Cahier, stylo, badge, t-shirt certes jaune mais là c’est vraiment chacun son goût. []
  5. Un peu trop galvaudé à mon goût ! []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search