Archives par mot-clé : icm

[ICM2014] Jour 8 : Yitang Zhang et la cérémonie de clôture

Et voilà, la dernière journée de l’ICM 2014 est arrivée et c’est avec une petite pointe de tristesse que j’assistais seul1 au dernier exposé invité du congrès, « Small gaps between primes » par Yitang Zhang. Plus tard, je fus rejoint par Stéphanie pour la cérémonie de clôture.

Je tenais à assister à la présentation de Yitang Zhang car sa résolution de la version faible de la conjecture des nombres premiers jumeaux2 avait été un succès retentissant dans le monde des mathématiques, il y a de cela un an. On rappelle que la conjecture des nombres premiers jumeaux est l’assertion selon laquelle il existe une infinité de nombres premiers jumeaux. C’est-à-dire qu’il existe une infinité de nombre premiers tel que, lorsqu’on leur ajoute 2, on obtient un nouveau nombre premier3. La version démontrée par Yitang Zhang diffère dans le sens où l’on s’autorise à ajouter n’importe quel nombre compris entre 2 et 70 000 000 environ pour obtenir un nouveau nombre premier. Alors effectivement, vu comme ça, ça a l’air vraiment faible comme résultat mais détrompe-toi cher lecteur, car le fait d’avoir une borne supérieur (70 millions) fixe est un exploit mathématique incroyable ! Yitang Zhang ouvre ainsi la voie vers la résolution complète de cette conjecture qui tient en respect les mathématiciens du monde entier depuis Euclide.

Enfin, ça c’est le bon côté de l’exposé car je l’avoue c’était drôle parce que catastrophique. D’après ce que j’ai compris, Yitang Zhang tenait absolument à faire son exposé à l’ancienne, c’est-à-dire sans slides. L’organisation lui a proposé une solution de remplacement en lui fournissant une tablette tactile reliée aux projecteurs de la salle. Le seul problème, c’est que Yitang Zhang n’était apparemment pas habitué au maniement de tablette et les « couacs » techniques se sont enchaînés… Yitang Zhang s’est confondu en excuses à la fin mais je pense que personne ne lui en voudra vraiment. Idée pour les prochains ICM : réfléchir sérieusement à une solution convenable pour ceux qui souhaitent faire leur exposé uniquement sur un tableau. Par exemple, leur proposer une formation sur tablette, leur proposer un tableau et le filmer de très près, ou bien refuser ce genre d’exposé définitivement quitte à devoir se passer de grands noms4. Bref, j’ai quand même réussi à comprendre l’idée principale de l’exposé mais j’ai dû lutter. Voici le lien vers la vidéo au cas où vous voudriez voir tout cela de vos propres yeux.

Continuer la lecture de [ICM2014] Jour 8 : Yitang Zhang et la cérémonie de clôture

  1. C’est-à-dire sans Stéphanie parce que non, je n’étais pas tout seul pour assister à cet exposé. []
  2. Non ! Pas la version 2.0 ! []
  3. En version courte, tels que p et p+2 soient tous les deux premiers. []
  4. Je trouverais cette dernière solution un peu dommageable, surtout que les exposés sur tableaux sont une particularité des mathématiques à laquelle les mathématiciens sont profondément attachés. []

[ICM 2014] Jour 7 : Günter M. Ziegler, Panel Imaginary et fans de Maths

En ce septième jour de l’ICM 2014, les attractions principales étaient l’exposé de Günter M. Ziegler et le Panel Imaginary. Je ne connaissais pas Günter1 M. Ziegler avant l’ICM 2014 mais le titre de son exposé « What is Mathematics and teaching what is Mathematics » était bien trop alléchant pour que Stéphanie et moi n’y assistions pas. On commencera par louer les talents d’orateur de Günter et son sens de l’humour : la preuve en image !

Pour ma part, j’ai trouvé cet exposé très drôle et très profond à la fois. Je retiendrai particulièrement la définition par récurrence des mathématiques : « Chacun doit trouver sa définition des mathématiques en pratiquant les mathématiques » ainsi que la double discontinuité de Klein. À propos de cette dernière, je pense avoir un début d’explication : la plupart2 de mes camarades de faculté qui ont choisi de passer les concours d’enseignement ne faisait qu’apprendre par cœur leurs cours ainsi que leurs exercices sans véritablement chercher à comprendre ce qu’ils faisaient. Pas étonnant donc qu’ils aient oublié les mathématiques qu’ils avaient faites en faculté une fois revenus au lycée. Ils apprennent le programme de l’éducation nationale par cœur une fois de plus et le recrache tel quel à leurs élèves. Le seul avantage de ce genre de professeur, c’est qu’ils sauront vous faire développer des techniques très efficaces pour réussir les examens. Par contre, pour vous aider à augmenter vos capacités de réflexions et à développer votre imagination, c’est une toute autre histoire…

Personnellement, je retiendrai surtout cette phrase : « Être enseignant en maths, c’est accepter de répondre à de nombreuses questions qui ne sont pas fatalement des problèmes  de maths. » Je pense que cette assertion vaut pour tout type de matière. Et ce n’est pas les quelques échanges qui s’en sont suivis sur twitter avec Claire Placial, David Monniaux, Scons Dut et A. qui diront l’inverse :

 

IMG_7967

Günter M. Ziegler

Continuer la lecture de [ICM 2014] Jour 7 : Günter M. Ziegler, Panel Imaginary et fans de Maths

  1. Non, ce n’est pas celui qui a une grosse moustache avec des grosses lunettes de soleil et qui chante des « Tra la la ». Non, ce n’est pas lui, pas la peine d’insister. []
  2. Je dis bien la plupart et non pas tous. []

[ICM 2014] Jour 5 : Jean-Pierre Bourguignon et Cedric Villani en guest stars

(… et encore Artur Avila, mais promis Artur, c’est la dernière fois !)

Ce lundi matin a commencé très tô,t avec un réveil à 6h301. Mais pourquoi nous sommes-nous levés si tôt ? Pour assister à l’exposé de Cedric Villani à la conférence Bridges pardi ! Nous ne pouvions pas rater ça. Comme nous sommes arrivés en avance, nous en avons profité pour découvrir l’exposition des œuvres d’art mathématiques de Bridges.

10624355_258143151050658_1417678254_n
Phantom Spiky Diatom – Hartmut F. W. Höft
10617020_1455029301440274_1885917818_n
Icometric view of a damier building I – Kwang Yeul Lee
14957134192_24743980ef_o
Drifters 2 – Sara McCormick
10616946_1472096573047449_1859504583_n
Pink and red trumpet – Gabriele Meyer
10601895_691945954227405_1304344829_n
Idéaux structurés – Etienne Saint-Amant

Continuer la lecture de [ICM 2014] Jour 5 : Jean-Pierre Bourguignon et Cedric Villani en guest stars

  1. Au passage, on ne remercie pas les chats qui ont miaulé sous notre fenêtre toute la nuit ! []

[ICM 2014] Jour 4 : Le dîner de conférence

Vous le savez, les mathématiciens étant de grands gourmands, l’événement le plus impatiemment attendu était donc le dîner de conférence qui se déroula le samedi 16 août 2014 au soir.
Nous sommes arrivés un peu en retard dans cette grande salle1 et nous n’avons reconnu de visages familiers à aucune des tables2. Nous décidons alors de nous asseoir au plus près de la scène, à une grande table afin de pouvoir réaliser quelques photos pour notre carnet. Nous assistons au discours du Maire de Séoul3, au toast d’Ingrid Daubechies et à celui de Hyungju Park, fort souriant, tous les deux habillés en costume traditionnel coréen (Hanbok).

Le dîner commence et première( petite) déception à la lecture du menu : nous n’allons pas manger coréen. On imagine facilement les raisons de ce choix car la cuisine coréenne est très épicée et convient peut-être à moins de monde. Pour les petits curieux, voici le menu :

10483560_625704620860301_1661674045_n

Continuer la lecture de [ICM 2014] Jour 4 : Le dîner de conférence

  1. Il en faut de la place pour accueillir 1500 matheux ! []
  2. Au milieu de la foule, on devient vite anonyme. []
  3. Puisque c’est la mairie qui offrait le dîner. []

[ICM 2014] Jour 3 : Les exposés de James Arthur, de Janos Kollar, d’Artur Avila et de John Milnor

Le programme scientifique de Presque Partout pour ce troisième jour de l’ICM 2014 fut chargé. En plus, j’avais traîné Stéphanie de force avec moi car je pensais assister à des exposés accessibles aujourd’hui. Et bien perdu !

Nous avons commencé la journée avec l’intervention de James Arthur sur les « L-functions and automorphic representations« . On s’est mangé le programme de Langlands de plein fouet à 9h du matin, c’était très, très, très violent… Je m’attendais à un exposé un peu plus didactique mais une fois de plus, je n’ai rien compris car il me manquait toutes les définitions nécessaires. Autant vous dire que j’ai été larguée dès la première phrase et que du coup, je me suis réfugiée dans la grande veille de mon feedly.

Nous avons ensuite pris une petite pause d’une heure, puis nous sommes retournés dans la salle pour l’exposé de János Kollár : « On the structure of algebraic varieties« . Cet exposé était beaucoup plus accessible (il y avait même des dessins !) et Stéphanie a reconnu quelques formes amusantes plutôt inattendues : je la laisse vous les décrire. Oui parfaitement, il y avait un ellipsoïde affublé de deux cônes à ses extrémités. Voici un schéma approximatif fait à la va  vite pour vous donner une petite idée :

Bonbon

Comme vous pouvez le voir, cela ressemblait au choix :

  • à un papier qui enrobe un bonbon façon papillote
  • ou à un wattoo watto. Si, si, vous avez bien lu, un wattoo wattoo. En faisant un effort d’imagination, vous comprendrez que les cônes sont en fait les bras/ailes. 

Continuer la lecture de [ICM 2014] Jour 3 : Les exposés de James Arthur, de Janos Kollar, d’Artur Avila et de John Milnor

[ICM 2014] Jour 2 : L’exposé de Florian et la réception chez l’ambassadeur (deux succès dans la même journée)

Hier (jeudi 14 août) fut un jour exceptionnel en ce qui me concerne car j’ai exposé mon travail de recherche « On the classification of hyperovals » dans le cadre des short communications. Tout s’est bien passé : la petite salle était comble à ma grande surprise et un chercheur que j’avais déjà rencontré à la conférence FQ11 m’a posé une question.

Nous avons vite quitté la salle pour nous rendre à l’exposé de Robert Guralnick : « Applications of the classification of the finite simple groups« . C’est un sujet qui pourrait potentiellement me servir dans le cadre de mes futures recherches. L’exposé était plutôt bien construit même si, je vous l’avoue, je n’ai pas tout compris. Et oui, de nos jours les mathématiques sont tellement vastes et diversifiées qu’il est très difficile, voire impossible, de comprendre un exposé dans son intégralité sans être un véritable expert du sujet. J’ai tout de même récolté quelques précieuses informations et je n’ai pas perdu mon temps.  Continuer la lecture de [ICM 2014] Jour 2 : L’exposé de Florian et la réception chez l’ambassadeur (deux succès dans la même journée)

[ICM 2014] Jour 1 : Remise des médailles et James Simons superstar

L’événement de cette première journée de l’ICM 2014, c’est bien sûr la cérémonie d’ouverture durant laquelle ont été remises les fameuses médailles Fields ainsi que quatre autres prix : le prix Carl-Friedrich Gauss pour les mathématiques appliquées, le prix Nevanlinna pour les mathématiques informatique, le prix Chern et enfin le prix Leelavati pour la vulgarisation mathématique. Vous pouvez retrouver les nominés en photo juste en dessous et leur nom ainsi que la description de leurs travaux ici.

 
 

Florian oublie de vous raconter l’immense file d’attente qu’il nous a fallu affronter pour pouvoir rentrer dans la salle. On a pensé qu’on allait en avoir pour une plombe. Mais non ! J’avais oublié que nous étions en Corée : efficacité redoutable. En moins de 20 minutes, nous étions assis à nos places.

 

En attenant que le spectacle commence, nous avons eu droit à un concert de musique traditionnelle coréenne : la mélodie était aussi fine et délicate que les musiciennes. La cérémonie était très émouvante. Elle a commencé avec un spectacle de danse traditionnelle coréenne avec des hérons bizarres dedans. Des hérons ? Zut, je pensais que c’était des grues. Il y avait aussi une princesse qui sortait d’un lotus (ce qui m’a immédiatement fait pensé à l’autre princesse, japonaise cette fois, qui sortait d’un bambou). Ensuite, il y eu une danse des masques. Franchement, j’ai trouvé ça magnifique : beaucoup de couleurs vives, très chatoyantes !

 

Continuer la lecture de [ICM 2014] Jour 1 : Remise des médailles et James Simons superstar

[ICM 2014] Presque Partout au Congrès International des Mathématiciens


Grâce à Twitter, « Kanye West » et une super secrétaire coréenne, Stéphanie et moi-même allons pouvoir nous rendre au Congrès International des Mathématiciens édition 2014 (International Congress of Mathematicians ou ICM) qui se tiendra au COEX, à Séoul en Corée, du 13 au 21 août. Oui, car la Corée, ce n’est pas uniquement le kimchi et les barbecues, les manwha, Pucca et la K-pop! La Corée en cette année 2014, c’est aussi les mathématiques, qu’on se le dise.

C’est quoi le Congrès International des Mathématiciens ?

C’est la plus importante conférence de mathématiques du monde, rien que ça1 ! Il a lieu tous les quatre ans depuis 18972 dans une ville différente à chaque édition. Mais ce congrès n’est pas une simple rencontre de mathématiciens parmi tant d’autres. C’est durant celui-ci que sont remises les fameuses médailles Fields ! Ces médailles récompensent jusqu’à quatre mathématiciens de moins de 40 ans3 pour l’ensemble de leur carrière. Elles sont un peu l’équivalent du prix Nobel en mathématiques et d’ailleurs, l’origine des médailles Fields laisse le champs libre a plein d’histoires plus fantasques les unes que les autres4 mais peut-être que cette fois, l’article du New York Times fera la lumière sur toute cette affaire.

Si vous voulez en savoir plus sur le programme de cette édition 2014, un seul site, celui de l’ICM of coursewww.icm2014.org/
Et si vous voulez assister à mon exposé5, sachez qu’il se déroulera le jeudi 14 août à 15h40 en salle 326 au COEX.

Continuer la lecture de [ICM 2014] Presque Partout au Congrès International des Mathématiciens

  1. J’avais envie de rajouter de l’univers mais tout de même, restons modeste ! []
  2. La deuxième édition a eu lieu en 1900 donc non, il n’y a pas de problème avec la parité de l’année 2014 ! Et pour ceux qui auront fait une division par quatre, sachez qu’il n’y a pas eu d’ICM entre 1936 et 1950. []
  3. Et oui, place aux jeunes ! []
  4. Comme quoi, par exemple, la femme de Nobel l’aurait trompé avec un matheux et que c’est pour ça qu’il n’a pas créé le prix Nobel de maths pour se venger à sa façon. Délirant, n’est-ce pas ! []
  5. Sait-on jamais que vous vous ennuyez cet été en France et que la Corée vous gagne. []