Archives par mot-clé : wtfmaths

Comment j’ai détesté les maths – Le film

Stéphanie en noir
Florian en rouge

Dimanche dernier (le 7 décembre donc), nous sommes allés au cinéma pour découvrir le film Comment j’ai détesté les maths. La salle était bien remplie, pas pleine mais bien remplie. On avait hâte de le voir ce film, hâte de découvrir quelle vision des mathématiques allait être véhiculée. Attention, les lumières s’éteignent : ça commence…

Les mathématiques financières

Je vais commencer de suite avec ce que j’ai trouvé un peu longuet et très moyen pour garder le meilleur pour la suite. Toute la dernière partie sur les mathématiques financières méritait certes d’être abordée en tant que sujet d’actualité, mais était-ce vraiment nécessaire de s’étaler autant ? Je ne suis pas sûre… J’avais hâte que cela se finisse.

J’ajouterai que, comme tout le monde le sait, les statistiques et les mathématiques financières ne sont pas des maths1 !

Enseigner les mathématiques

J’avoue que je venais surtout pour en découvrir plus sur l’apprentissage des mathématiques. Là-dessus, aucune déception ! J’ai adoré les points de vue de chaque intervenant. J’aurais même souhaité que ce sujet soit plus largement traité mais c’était déjà fort instructif. J’aurais adoré avoir un professeur comme François Sauvageot, un papa pique et coud, qui joue avec les matières et les vêtements pour amener ses étudiants à découvrir le monde des mathématiques. L’idée que les mathématiques soient aussi mal enseignées et/ou mal comprises ne me surprend pas. Quand on voit l’évolution de la définition d’une droite, autant dire que tout cela a complètement dérivé et je compatis à la douleur des élèves : s’en est presque absurde pour ne pas dire grotesque. Et moi qui pensais que les mathématiques étaient la science de l’exactitude et de la simplicité… Me serais-je fourvoyée ? Ah, on les a voulu les ingénieurs, les surdoués en maths ! On en a fait des réformes de ceci et de cela qui ont finit par perdre les élèves autant que les enseignants. Au final de quoi, les mathématiques se retrouvent mal aimées parce que incomprises pour ne pas dire incompréhensibles. Elles me rappellent ces livres indigestes : pas besoin d’écrire des mathématiques pour produire un discours obscure…

On en vient à redécouvrir que les maths découlent de problèmes réels comme si cela n’avait pas été le cas dès le départ, comme si cela n’avait été que purement abstrait depuis toujours alors que c’est tout l’inverse.

Quoiqu’il en soit, ils sont nombreux ces enseignants qui réfléchissent sur les (meilleures) façons d’aborder les mathématiques. C’était très instructif et très amusant. Là, j’ai redécouvert l’aspect ludique des mathématiques qui me plaisait tant quand j’étais enfant. Parce que les mathématiques, c’est un peu ça quand même : un énigme, un problème à résoudre.

C’est quelque chose dont je me rends bien compte lorsque j’encadre des stages hippocampes. Les lycéens et les collégiens changent alors de regard sur les mathématiques parce que pendant ces trois jours intensifs, c’est un tout autre rapport qui s’établit entre eux, les maths et les professeurs. Un problème ouvert leur est donné et non un simple exercice. Les élèves, répartis en groupe de trois à cinq personnes, sont amenés à réfléchir par eux-mêmes à ce problème. Ils ne sont pas notés, ils sont juste accompagnés par l’enseignant qui leur sert de guide dans leurs réflexions personnelles. Au final, au lieu de se sentir sous pression face aux mathématiques, à ne rien comprendre, à être comme le dit Anne Siety, crevés de ne pas réussir à faire des maths et bien ils se retrouvent à jouer avec et donc à se les approprier. Grâce à ce changement de perspective, les élèves se remettent bien généralement à apprécier les maths et le rapport change avec leur professeur de mathématiques qui du coup est très satisfait.

Mais malgré cela, les mathématiques restent encore un outil de sélection. Des étudiants les choisissent pour accéder à des universités prestigieuses. Certains par goût mais d’autres parce qu’il le faut pour construire son avenir et comprendre importe peu. On se retrouve alors avec l’attitude du besogneux qui apprend pour apprendre, qui réussit des contrôles non pas parce qu’il comprend les mathématiques, mais parce qu’il a appris à faire ce type de contrôle. Jill Adler, chercheuse en science de l’éducation, l’explique d’ailleurs très bien. Certes… mais après ça ?

Je me souviens encore de cette copine de fac, en 3ème année de licence, qui apprenait par cœur les feuilles d’exercices et qui, un jour de partiel, s’est levée et est partie en pleurant. L’énoncé demandait réflexion et non transposition à l’identique d’un exercice, chose à laquelle, elle n’était pas préparée.

Les conférences

Le passage que j’ai véritablement adoré fut celui sur le monde de la recherche en mathématiques. J’avais l’impression de voir un documentaire sur ma vie et je me suis senti comme à la maison. Tout sonnait parfaitement juste et rien ne m’a semblé caricatural. L’institut d’Oberwolfach m’a fait pensé aux conférences auxquelles j’ai pu assister au CIRM à Marseille et j’ai vraiment retrouvé l’ambiance propre à ces moments de rencontres entre mathématiciens. Vous pouvez être sûrs que toute les conversations dériveront vers les mathématiques à un moment ou à un autre, à moins qu’elles ne commencent directement par un problème. On peut aussi voir à quel point les mathématiciens sont timides, même entre eux.

Timides mais malgré tout chaleureux et accueillants. Pour avoir accompagné Florian à quelques conférences, j’y ai toujours trouvé ma place même sans y faire de mathématiques.

L’heure du goûter

L’heure du goûter pour les mathématiciens est mise à l’honneur dans ce film. Et moi qui croyais que c’était là le petit rituel du laboratoire de Florian, voici que je découvre qu’il en va de même ailleurs, partout dans le monde. L’heure du goûter, c’est donc sacré ! J’adore !!! Ils sont mignons avec leurs petites tasses dans les salons, salons où sont accrochés des tableaux noirs au cas où une idée viendrait à germer entre les vapeurs de thé.

Oh que oui, l’heure du goûter, c’est sacré ! Il faut se ressourcer : repos et nourriture pour mieux nourrir la pensée. C’est indispensable ! On n’imagine pas combien la matière grise est un gouffre à calories. Mais bon, n’espérez pas non plus faire un régime grâce aux maths (rires) !

Le look du mathématicien

La tenue en mathématiques est un peu triste : beaucoup de couleurs sombres. Certes Cédric Villani est connu pour son costume et son araignée, mais dans l’ensemble, les couleurs sont de l’ordre du noir, du gris, du marron et du bleu du jean. Où sont le rose, le rouge, l’orange et toutes ces couleurs chatoyantes ? Ami(e)s mathématicien(ne)s, mettez donc de la couleur dans vos habits !

Il y a deux cas de figures : soit il y les « Villani » qui restent malgré tout des cas isolés, soit ils ont le look campeurs en tongs (quand ils n’ont pas les chaussettes dans les tongs) et surtout le look adolescent éternel avec jean, baskets et t-shirt aux multiples inscriptions geek, musicales, mathématiques, etc. Mais ça c’est surtout chez les « fonda » (les mathématiques fondamentales). Dès qu’on se rapproche des mathématiques appliquées, le look est plus sérieux et le mathématicien revêt une tenue de cadre dynamique.
Avec cette histoire de look, je repense à un de mes profs de maths en 3ème année de licence (encore). Il ressemblait à Bill Gates mais surtout, il avait une ceinture qui tenait à un fil de cuir, comme par magie ! Le dernier cours, sa ceinture a lâché et un de ses verres de lunettes est tombé : incroyable ! C’est comme s’il avait eu ces affaires là depuis le début de sa carrière, s’usant avec le temps, et qu’il n’en avait plus jamais changé trop absorbé à faire des maths. Marrant !

La musique et la montagne

Lorsque Cédric Villani nous explique que musique et montagne vont bien avec les mathématiques, j’ai eu envie de prendre mon téléphone pour l’appeler2 et lui dire : « Tu as tellement raison, si tu savais comme tu as raison ! » Florian fait de la guitare et se languit de retourner à la montagne tout comme V. M joue du piano. J’ai plein d’exemples sous les yeux. Cela pourrait frôler la caricature mais je trouve cela plutôt amusant.

Je ne m’en étais jamais rendu compte, peut-être parce que trop immergé pour avoir le recul nécessaire, mais oui, c’est complètement ça ! J joue du piano, Mo de la guitare. Le directeur de thèse de M est un alpiniste. Un autre chercheur fait des treks réguliers en montagne… En même temps, les mathématiciens sont soit fous, soit musiciens, soit sportifs, soit les trois (mais jamais les quatre à la fois… Comprend qui peut !).

Ils sont fous ! Mais c’est très rafraîchissant cette folie dans un monde de gens trop austères ou trop sérieux.

La beauté des mathématiques

Après, il reste la poésie des mathématiques. Il y a quelque chose de beau ! Mais pas comme cette sculpture monstrueuse ! Certes, je comprends bien la beauté mathématique de cette chose, mais alors visuellement parlant… Oups ! Enfin bon, les goûts et les couleurs comme on dit… :^)

Je pense que c’est l’une des seules questions mathématiques auxquelles on ne pourra jamais répondre : « Mais pourquoi c’est beau les maths ? » La réaction de Gert-Martin Greuel est vraiment révélatrice. Il a beau essayé de nous expliquer ce que représente cette sculpture et pourquoi elle est si mathématiquement belle (alors que… je la trouve hideuse à regarder) mais au final, il conclue par un magnifique « It’s beautiful, that’s it » puis reste sans voix. Voilà, son silence donne le mot juste : la beauté des mathématiques nous laisse sans voix.

Conclusion

J’ai très envie de jouer à Professeur Layton et de résoudre plein d’énigmes. Et celle de Reimann aussi (qui n’est pas une énigme mais une hypothèse d’ailleurs) ! Mais surtout, cela m’a confirmé qu’il y avait encore beaucoup de travail à fournir pour trouver une belle pédagogie : cela me conforte dans ma réflexion sur ce qu’est être enseignant, enseigner et diffuser un savoir.

Ça m’a donné envie de retourner en conférence, moi. Ça me manque les buffets… l’ambiance, les gens, cette atmosphère spéciale, les exposés… Tout quoi ! Et puis, du coup, j’ai hâte de commencer mon enseignement au second semestre. Les stages hippocampes sont vraiment une bonne idée. Bien sûr, on ne peut pas faire que cela mais il y a quelque chose de positif dans ce travail avec les élèves : ils en ressortent contents de leur travail et demandent à revenir. Du coup, j’essaie d’avoir une approche moins rigide des mathématiques avec mes élèves et de toujours relier les maths que j’enseigne à des problèmes concrets (un peu comme le fait François Sauvageot avec son chapeau ou sa ceinture).

Si vous n’avez pas pu le voir au cinéma, il y a toujours le site WTFMaths en attendant, nous l’espérons, une sortie du DVD3.

  1. Ceci est bien sûr à prendre au second degré. []
  2. C’est purement métaphorique puisque je n’ai pas son numéro de téléphone. []
  3. Avec plein de bonus si c’est possible, ce serait parfait ! Merci. []

Comment j’ai aimé les Maths – Concours

Nous ne savons pas si vous êtes au courant, mais le 27 novembre 2013, va sortir LE film qui va révolutionner (enfin on l’espère) votre vision des maths : Comment j’ai détesté les maths ! Tout de suite pour rentrer dans le vif du sujet et susciter en vous envie, désir et passion, la bande annonce officielle (et après, vient le concours).

Et oui ! Très bonne question ! Pourquoi les mathématiques ? Et puis d’abord, c’est quoi les mathématiques ? Que convient-il de dire, la ou les mathématique(s) ? Est-ce qu’il faut avoir la bosse des maths pour aimer les maths ?  Personnellement, on a vraiment hâte que le film sorte. On a déjà réservé notre 27 novembre. Ça ne vous étonnera pas pour le mathématicien, mais l’anthropologue aime aussi les maths. Car oui, stop aux idées reçues, on peut tout à fait aimer les maths même sans en faire son métier. Du coup, ça nous a donné une petite idée : on s’est dit que vous aimeriez peut-être savoir ce qui nous (a) fait aimer les maths (et après vient le concours bis).

Florian, doctorant en mathématiques

J’ai toujours aimé les maths. D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été passionné par les énigmes mathématiques. Ça a commencé avec les simples problèmes de l’école primaire. Mais quand j’ai trouvé « x » sur mon chemin1 et que j’ai enfin découvert ce qu’était une équation, tout un monde merveilleux s’est ouvert à moi. Le seul petit hic était cette rengaine qui résonnait dans ma tête : « Haaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan c’est trop facile ! »2. Pour résoudre ce nouveau problème, on m’a fait sauter quelques classes mais rien n’y faisait. Toujours mes professeurs me demandaient de mieux rédiger, de mieux expliquer comment je trouvais la solution au problème. Mais comment faire pour expliquer l’évidence ? Mon don pour les mathématiques3, me dirigeait naturellement vers l’université avec un seul objectif en tête : devenir chercheur en mathématiques !

En rentrant à l’université4, j’ai été initié aux  » vraies  » mathématiques, aux  » vraies  » démonstrations et au vrai plaisir des mathématiques. Que d’objets merveilleux à découvrir : les groupes, les anneaux, les corps (et surtout les corps finis), les boules carrées5, les restos chinois6, les chaînes de Markov, les espaces de Hilbert, les distributions, etc. Et que d’objets détestables : les séries de fonctions, les fonctions implicites, la calculabilité, le lambda-calcul et tous les autres spécimens provenant majoritairement de l’analyse dont je garde un très mauvais souvenir7.

Ah qu’il est doux ce monde des mathématiques qui s’est offert à moi, peu importe ceux qui le pensent dénué d’âme. Science dure qu’ils disent, c’est qu’ils n’ont pas su saisir la douceur de ses courbes (algébriques of course). Ils n’ont pas su voir non plus la perfection de l’abstraction, la beauté des arguments simples qui résolvent les questions les plus difficiles ni celle des questions simples qui donnent naissance aux concepts les plus évolués. Et que dire de cet instant magique où, à force de persévérance, on saisit enfin cette solution qui nous échappait depuis trop longtemps ! Il est d’autant plus appréciable, ce moment, que rien ni personne ne pourra venir gâcher notre plaisir ni remettre en cause notre démonstration8 ! On dirait presque que le problème fond sous la dent en même temps qu’il croustille. Pour rien au monde je n’y renoncerais et j’espère de tout cœur pouvoir continuer à faire des maths toute ma vie.

Stéphanie, architecte et doctorante en anthropologie

Comme Florian, j’ai toujours aimé les maths. Je ne me souviens pas d’avoir souffert d’une quelconque difficulté avec les maths dans ma vie d’écolière. Sauf peut-être au collège, en 4ème et en 3ème. Mais il faut dire que j’avais le plus détestable des professeurs de mathématiques : je n’ai jamais rencontré quelqu’un d’aussi brouillon dans son enseignement. Tellement brouillon, que je n’y comprenais plus rien. J’étais très malheureuse. Et en colère en même temps. Je ne comprenais pas au départ que les maths m’échappent à ce point alors qu’elles avaient été si proches. Et puis, je l’avoue, j’avais ce besoin permanent de comprendre le pourquoi du comment et je ne pouvais supporter de devoir juste apprendre la formule ou le théorème par cœur juste parce que c’était comme ça ! Mais comment ça, comme ça ? Il y a bien une raison à cela non ? Laquelle ? À voir, il ne faisait pas bon d’être trop curieux et d’en savoir trop à cette époque.

Et puis, arrive le lycée et une enseignante merveilleuse et la magie des mathématiques revint illuminer mon quotidien. Je me souviens, c’était le moment des équations à deux inconnues je crois. HA HA HA ! Je ris car avec le recul, je me dis que c’était très facile mais à l’époque, ça me semblait tellement fou et incroyable ! Mais arrive le temps de l’orientation : quel bac choisir ! Mon père voulait absolument que j’aille en C. Moi, je ne voulais pas ! Parce que je n’avais pas que les maths pour passion mais aussi l’art, le français et les langues. Bon, ne cherchez pas, j’étais une super bonne élève : j’aimais tout sauf le sport ! Le vrai profil de la première de la classe. Je voulais trouver un bac qui allie les maths et l’art. Seulement… ce type de bac n’existait pas. Le drame… Alors j’ai opté pour un bac A1, lettres et maths. Je ne suis pas mécontente puisqu’au final, ce sont les maths et la physique que j’avais pris en option qui ont gonflé ma moyenne. Avec un beau 16 en maths mais je vous le dis de suite, je faisais la tête parce que j’ai bêtement raté le 18 avec une stupide dérivée ou primitive. D’ailleurs je ne sais pas si c’est pour ça mais je n’ai jamais oublié comment on faisait une dérivée et une primitive… Par contre les intégrales… Alors là… le flou total !

Mais il y une chose qui me plaisait plus encore : la géométrie9 ! Sûrement parce que j’aimais dessiner. Et c’est sûrement cette combinaison qui m’a mené en Architecture, mélange d’art et de technique. En Architecture, j’ai découvert l’univers de la géométrie descriptive : la première année, cela me semblait profondément obscure… Oui, vraiment très profondément obscure… Mais la deuxième année, la révélation ! Il faut dire que j’avais passé mon été à faire, faire et refaire des exercices de descriptive. La perspective aussi, vraiment de bons moments : j’aimais bien les rendus isométriques. Et puis, je crois que la réalisation des hyperboloïdes en maquette m’ont laissé un souvenir bien amusant.

Aujourd’hui, je fais de l’anthropologie mais parfois ma pensée est mathématique. Il m’est difficile de devoir faire de l’argumentation à rallonge quand l’évidence me semble se contenir dans une seule phrase. Mais, c’est un bon exercice : c’est peut-être évident pour moi mais peut-être pas pour l’autre. Par contre, j’ai la chance de partager ma vie avec un mathématicien et de pouvoir de temps à autre replonger dans le monde merveilleux des mathématiques. La dernière fois, j’étais toute contente de voir que je n’avais pas oublié les imaginaires, enfin… les nombres complexes.  Ça va bien m’aider pour pouvoir résoudre l’hypothèse de Reimann. Je sais, je sais. Je fais rire tout le monde quand je dis ça. Je ne résoudrais peut-être pas cette énigme (ou peut-être que si allez savoir), mais elle est ma porte d’entrée vers les mathématiques. Quand je pense les maths, je vois des formes ou alors des chiffres qui flottent dans des nuages : c’est difficile à expliquer. Et je dois vous confier que je rêve régulièrement de maths. Mais au réveil, tout me semble assez confus… Pour conclure, je dirai que les problèmes de maths sont comme des énigmes à résoudre : il y a ce petit côté enquêteur qui me plait bien. Et trouver la clé du mystère, ça reste un moment unique et précieux.

Les mathématiques ne sont pas aussi méchantes qu’elles en ont l’air : elles sont même plutôt drôles ! Elles possèdent leur langage propre et il suffit d’en comprendre la grammaire pour le maîtriser. Imaginez-vous dans un pays lointain où le langage est radicalement différent du vôtre tant dans la lecture que le parlé. Au début, vous allez tâtonner. Oui, ce ne sera pas toujours facile… Mais petit-à-petit, vous allez vous imprégner de ces signes, les sons vont devenir des mots par assemblage. Et un jour, à votre tour vous commencerez par énoncer quelques phrases pour finir par tenir un discours.

Concours

Mais stop au long discours et… place au concours ! Quoi un concours ??? Oui, oui, un concours pour vous faire gagner des Tote Bags. *___*
C’est très simple ! Vous répondez aux questions suivantes (hyper compliquées sinon ce n’est pas amusant) et surtout vous n’oubliez pas de nous laissez vos mails à la fin du questionnaire pour qu’on puisse vous écrire et vous prévenir si vous avez été un WTF Mathématicien. Are you readyyy ? BEGIIIIN !!!

LE CONCOURS EST FINI !!!

Les gagnants vont recevoir un mail de notre part sous peu.

Merci à tous d’avoir joué !

Attention les petits coquins, une seule réponse est acceptée par foyer ! Dépêchez-vous de répondre car il n’y en aura pas pour tout le monde !

On ne sait pas vous mais on attend beaucoup de ce film et en attendant, ne manquez pas d’aller sur le site officiel WTF MATHS10 où vous pouvez retrouver quelques problèmes à résoudre, des extraits inédits comme Cédric Villani en pianiste et puis surtout de l’humour encore et toujours, et ça, c’est mathématiquement bon ! ;^D

  1. Oh « x », toi ici ? Mais qu’est-ce que tu fais là ? C’est trop cool de t’avoir trouver ! []
  2. Oui oui avec autant de « a ». []
  3. La fameuse bosse des maths. []
  4. J’ai refusé d’aller en prépa à cause de l’aspect trop scolaire, de la physique que je détestais à l’époque mais aussi, il faut bien l’avouer un peu, à cause de la flemme… []
  5. Et les carrés boules. []
  6. Le théorème des restes chinois en version officielle. []
  7. Même si, a posteriori, ils ne sont pas si horrible que ça. []
  8. À condition qu’elle soit correcte bien sûr ! []
  9. Pythagore, tu as illuminé ma vie avec ton théorème. []
  10. N’oubliez pas le hashtag #wtfmaths ! Abusez-en partout où vous voulez ! []