Photographie entre la causalité et le hasard/la contingence

par Snjezana Simic, doctorante en Arts et langages
UMR8566 – CNRS – EHESS CRAL, 96, bd Raspail, 75006 Paris
snjezana.simic@ehess.fr

———

———

Nombreux sont les textes qui ont parlé – et parlent toujours – de la photographie en tant que médium causal. Leur argumentation trouve son point de départ dans la technique photographique – son procédé et fonctionnement optique, chimique ou numérique – et peut amener à des conclusions philosophiques. Il suffit de se rappeler du livre culte de Roland Barthes1 ou encore de la thèse sémiotique du signe en tant qu’indice2, pour comprendre l’ampleur et l’importance de cette approche qui a indéniablement influencé notre pensée sur la photographie. Aujourd’hui, nous avons le choix de la contester afin de prouver qu’elle n’est pas ou plus valable, ou bien de l’approuver en s’inscrivant dans une ligne de réflexion similaire. Il ne s’agit pas ici de valoriser ces deux options, ni opter pour l’une au détriment de l’autre, mais de reconnaître qu’il est fondamental de réanalyser ces conclusions afin d’ouvrir une possibilité de leur dépassement. Continue la lecture

  1. Roland Barthes, La chambre claire. Note sur la photographie, Gallimard, 1989. La notion de « ça-a-été ». []
  2. Cf. Charles Peirce et la structure tripartite du signe rapporté à son objet / icône, indice, symbole. []

Les nombres premiers ne sont pas si aléatoires

par Annamaria Iezzi, doctorante en mathématiques
UMR 7373 – Institut de mathématiques de Marseille (I2M), Site Sud, Campus de Luminy, Case 907, 13288 Marseille Cedex 9
Aix Marseille Université
annamaria.iezzi@gmail.com

———

Annamaria Iezzi – Les nombres premiers ne sont pas si aléatoires – 6 juin 2014

———

———

Citer cet article

Annamaria Iezzi, « Les nombres premiers ne sont pas si aléatoires », Carnet de recherche hypothèses “Presque Partout” [En ligne], mis en ligne le 22 octobre 2014, consulté le…, URL : http://presquepartout.hypotheses.org/1033

———

LISBONNE, LE 1er NOVEMBRE 1755 : UN HASARD ? AU CŒUR DE LA POLEMIQUE ENTRE VOLTAIRE ET ROUSSEAU

par Sofiane Bouhdiba, démographe
Université de Tunis
s.bouhdiba@voila.fr

———

Plan
0. Introduction
1. Le tremblement de terre de Lisbonne
2. Implications philosophiques sur le rapport de l’homme au hasard
3. La querelle de Voltaire et Rousseau
3.1. La position de Voltaire
3.2. La position de Rousseau
4. Conclusion
5. Bibliographie

———

0. Introduction

Le 1er novembre 1755, un violent séisme, suivi d’une inondation, détruisit la plus grande partie de Lisbonne, faisant plusieurs dizaines de milliers de victimes. L’événement, survenu en pleine période des Lumières, a été amplement discuté par les philosophes européens et a inspiré de profondes réflexions sur les thèmes de la théodicée (Θεοũ δίκη, justice de Dieu). L’événement va, en particulier, être l’occasion d’une violente polémique entre deux grands philosophes français, François-Marie Arouet dit Voltaire et Jean-Jacques Rousseau, chacun défendant sa propre vision du hasard, du risque et des catastrophes dites naturelles. Tandis que Voltaire accusait le hasard et le malheureux concours de circonstance, Rousseau rappelait avec insistance – et non sans une pointe d’ironie – que la décision de construire une ville côtière dans une zone sismique relevait de la responsabilité exclusive de l’Homme.

C’est à partir de cette polémique entre deux grands hommes de sciences, reconnus et estimés, qu’est né un débat sur les stratégies à tenir face au risque de cataclysme naturel. Les hommes ont alors compris que l’humanité était entrée dans une nouvelle ère, celle où elle pouvait désormais prendre en main son destin, le hasard (Dieu ?) n’étant pas systématiquement responsable de tous les maux sur terre, même dans le cas de catastrophes naturelles.

Ma réflexion se fera en trois grandes parties. Je commencerai par rappeler brièvement les terribles événements du 1er novembre 1755. Je tenterai ensuite de montrer dans quelle mesure le tremblement de terre de Lisbonne et la querelle de philosophes qui a suivi, a bouleversé le rapport de l’Homme au hasard. Dans une troisième partie, j’examinerai de plus près la polémique entre Voltaire et Rousseau, en examinant les arguments des deux philosophes. Continue la lecture

Aller au hasard ? Idée saugrenue ou réel potentiel pour la recherche en thèse de géographie ?*

par Guilhem Mousselin, doctorant en géographie
UMR 5185 CNRS ADESS, Maison des Suds
12 Esplanade des Antilles
33607 Pessac Cedex
Université Bordeaux-Montaigne
g.mousselin@gmail.com ou guilhem.mousselin@u-bordeaux-montaigne.fr

———

Guilhem Mousselin – Aller au hasard ? Idée saugrenue ou réel potentiel pour la recherche en thèse de géographie ? – 6 juin 2014

———

———

*Nous tenons à adresser nos remerciements à Audrey Maury, personnalité très attentive, qui n’a pas découvert par hasard cet appel à communications, et qui nous a invité à participer à cet événement, et qui a participé à la construction de ce texte.

Résumé

Le hasard en géographie peut être défini par « ce qui est inexpliqué », mais il n’est pas question ici de phénomènes venus d’ailleurs. La thèse est un travail de longue haleine qui pose de nombreuses questions. Elle évoque des moments de trouble et d’incertitude, alors qu’à certains moments par le plus grand des hasards, des choses se passent provoquant un déclic qui permet d’avancer. Quelle peut être la place du hasard dans une recherche de thèse en géographie ? Cette question est éclairée par une tentative d’analyse des rencontres avec le hasard dans cette démarche de recherche, afin de rendre compte à la fois de la complexité du hasard tout en essayant de le rendre intelligible comme phénomène observable.

Mots-clés

Hasard, Géographie, Thèse, Étudiant, Exploration, Rencontre, Terrain.

Plan

0. Introduction
1. Le hasard existe-t-il dans la démarche de thèse ?

1.1. Le hasard, un encadrement géographique
1.2. Une thèse en géographie, le produit complexe du hasard, de la chance et de l’opportunité
2. Aller au hasard en thèse de géographie, quelles potentialités pour une recherche hasardeuse ?
2.1. L’exploration géographique par la découverte de la pluralité des espaces et l’hybridité territoriale
2.2. La pérégrination sociale et évènementielle pour former les prémices du réseau de relations, entre temps, espaces et pratiques
3. Le hasard est-il un compagnon fidèle dans l’étude et la compréhension des phénomènes socio-spatiaux ?
3.1. Une démarche de recherche qui est loin d’être hasardeuse
3.2. Le hasard comme outil, un retour réflexif sur la trame de recherche pour rendre intelligibles les modalités du hasard
4. Conclusion
5. Bibliographie

———

0. Introduction

Le hasard est un terme insolite qui se place à l’intersection de plusieurs disciplines. Il peut sembler étrange au premier abord de faire un lien entre le hasard et une démarche de recherche scientifique comma la thèse. Mais en y réfléchissant de plus près, le hasard ne constitue-t-il pas l’une des expériences les plus fondamentales de l’existence ? Ces expériences peuvent nous stupéfaire et nous réjouir par de bonnes surprises ou bien nous consterner face aux conséquences désastreuses provoquées par des événements inattendus, qui font le hasard de la vie et son imprévisibilité1.

La thèse témoigne de longs mois d’interrogation, où l’étudiant, apprenti-chercheur, peut se sentir perdu voire délaissé. Les questionnements proviennent de toutes parts, le taraudent sans cesse et peuvent conduire à des situations de blocage. Mais à certains moments, par le fruit du hasard, la rencontre fortuite et la découverte imprévue provoquent un déclic qui permet d’avancer dans la démarche. A contrario, le hasard peut aussi être source de chaos et de désordre, par l’introduction d’effets indésirables et non prévisibles qui provoquent un risque de bifurcation dans la trajectoire de la pensée.

Quelle peut être la place du hasard dans notre recherche en thèse de géographie ?
Les effets du hasard peuvent-ils être positifs ou bien néfastes ?
Le hasard peut-il être un outil pratique ou bien quelque chose à éviter absolument ?

Nous faisons l’hypothèse que le hasard peut constituer une variable méthodologique potentielle, pouvant être invoquée pour :

  1. Évoquer les sources de trouble et d’incertitude qui peuvent ralentir ou stopper la démarche scientifique en influençant son intériorité et son intégrité méthodologique ;
  2. Constituer un processus de recherche qui peut contribuer à l’étude et à la compréhension des phénomènes observés, et de ce fait, faire avancer la réflexion.

Nous proposons pour cela de revenir sur les différents aspects de notre recherche. Il s’agit de questionner la place que peut occuper le hasard dans ce projet et les différentes facettes qui le composent au travers d’un exposé visant à répondre à trois questions principales, qui constituent les différentes parties de notre démonstration :

  1. Le hasard existe-t-il dans la démarche de thèse ?
  2. Aller au hasard en thèse de géographie, quelles potentialités pour une recherche hasardeuse ?
  3. Le hasard est-il un compagnon fidèle dans l’étude et la compréhension des phénomènes socio-spatiaux ?

Tout d’abord, Il s’agira de montrer en quoi le fait de partir à l’aventure et avancer à l’estime peut être un bon outil de recherche. Puis, nous verrons quelles peuvent être les limites rencontrées tout au long du chemin tortueux qu’est la thèse. Enfin, nous reconstituerons pour cela la trame de la recherche à l’aune du hasard en essayant de rendre intelligible les modalités du hasard afin de voir s’il peut s’agir d’un phénomène réellement observable. Nous éclairerons nos propos à l’aide d’exemples précis qui témoignent de la perception que nous pouvons avoir des effets du hasard sur la recherche. Continue la lecture

  1. Saint-Sernin B., « Hasard », Encyclopædia Universalis, [en ligne], http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/hasard/ []

Une anatomie de l’errance numérique ou vers une vision renouvelée des usages du web

par Samuel Nowakowski, Maître de conférences HDR
UFR SHS Nancy, Université de Lorraine – Département Information Communication, LORIA-KIWI
Université de Lorraine
samuel.nowakowski@loria.fr

———

Samuel Nowakowski – Une anatomie de l’errance numérique ou vers une vision renouvelée des usages du web – 6 juin 2014

———

———

Citer cet article

Samuel Nowakowski, « Une anatomie de l’errance numérique ou vers une vision renouvelée des usages du web », Carnet de recherche hypothèses “Presque Partout” [En ligne], mis en ligne le 13 octobre 2014, consulté le…, URL : http://presquepartout.hypotheses.org/?p=1038

———

Les significations multiples du hasard ?

par Jean Dhombres, Directeur d’études à l’EHESS et Directeur de recherche émérite au CNRS
Centre Alexandre Koyré, 27, rue Damesme, 4e étage, 75013 Paris
jean.dhombres@cnrs.fr

———

 Jean Dhombres – Les significations multiples du hasard ? – 6 juin 2014

———

Citer cet article

Jean Dhombres, « Les significations multiples du hasard ? », Carnet de recherche hypothèses “Presque Partout” [En ligne], mis en ligne le 10 octobre 2014, consulté le…, URL : http://presquepartout.hypotheses.org/1058

———

Ce petit mot pour vous informer que, dans les jours à venir, vous allez retrouver sur ce carnet de recherche, un florilège des interventions de nos invité.e.s à la journée d’étude A travers champs sur le thème du “Hasard1. C’est sous forme de textes, de présentations visuelles ou encore d’enregistrements audios que vous pourrez “déguster” leurs propos. Bon appétit les esprits !

  1. Pour rappel, cette journée d’étude s’est tenue au Fort Saint-Jean MuCEM à Marseille, le 6 juin 2014. []

[ICM2014] Jour 8 : Yitang Zhang et la cérémonie de clôture

Et voilà, la dernière journée de l’ICM 2014 est arrivée et c’est avec une petite pointe de tristesse que j’assistais seul1 au dernier exposé invité du congrès, “Small gaps between primes” par Yitang Zhang. Plus tard, je fus rejoint par Stéphanie pour la cérémonie de clôture.

Je tenais à assister à la présentation de Yitang Zhang car sa résolution de la version faible de la conjecture des nombres premiers jumeaux2 avait été un succès retentissant dans le monde des mathématiques, il y a de cela un an. On rappelle que la conjecture des nombres premiers jumeaux est l’assertion selon laquelle il existe une infinité de nombres premiers jumeaux. C’est-à-dire qu’il existe une infinité de nombre premiers tel que, lorsqu’on leur ajoute 2, on obtient un nouveau nombre premier3. La version démontrée par Yitang Zhang diffère dans le sens où l’on s’autorise à ajouter n’importe quel nombre compris entre 2 et 70 000 000 environ pour obtenir un nouveau nombre premier. Alors effectivement, vu comme ça, ça a l’air vraiment faible comme résultat mais détrompe-toi cher lecteur, car le fait d’avoir une borne supérieur (70 millions) fixe est un exploit mathématique incroyable ! Yitang Zhang ouvre ainsi la voie vers la résolution complète de cette conjecture qui tient en respect les mathématiciens du monde entier depuis Euclide.

Enfin, ça c’est le bon côté de l’exposé car je l’avoue c’était drôle parce que catastrophique. D’après ce que j’ai compris, Yitang Zhang tenait absolument à faire son exposé à l’ancienne, c’est-à-dire sans slides. L’organisation lui a proposé une solution de remplacement en lui fournissant une tablette tactile reliée aux projecteurs de la salle. Le seul problème, c’est que Yitang Zhang n’était apparemment pas habitué au maniement de tablette et les “couacs” techniques se sont enchaînés… Yitang Zhang s’est confondu en excuses à la fin mais je pense que personne ne lui en voudra vraiment. Idée pour les prochains ICM : réfléchir sérieusement à une solution convenable pour ceux qui souhaitent faire leur exposé uniquement sur un tableau. Par exemple, leur proposer une formation sur tablette, leur proposer un tableau et le filmer de très près, ou bien refuser ce genre d’exposé définitivement quitte à devoir se passer de grands noms4. Bref, j’ai quand même réussi à comprendre l’idée principale de l’exposé mais j’ai dû lutter. Voici le lien vers la vidéo au cas où vous voudriez voir tout cela de vos propres yeux.

Continue la lecture

  1. C’est-à-dire sans Stéphanie parce que non, je n’étais pas tout seul pour assister à cet exposé. []
  2. Non ! Pas la version 2.0 ! []
  3. En version courte, tels que p et p+2 soient tous les deux premiers. []
  4. Je trouverais cette dernière solution un peu dommageable, surtout que les exposés sur tableaux sont une particularité des mathématiques à laquelle les mathématiciens sont profondément attachés. []

[ICM 2014] Jour 7 : Günter M. Ziegler, Panel Imaginary et fans de Maths

En ce septième jour de l’ICM 2014, les attractions principales étaient l’exposé de Günter M. Ziegler et le Panel Imaginary. Je ne connaissais pas Günter1 M. Ziegler avant l’ICM 2014 mais le titre de son exposé “What is Mathematics and teaching what is Mathematics” était bien trop alléchant pour que Stéphanie et moi n’y assistions pas. On commencera par louer les talents d’orateur de Günter et son sens de l’humour : la preuve en image !

Pour ma part, j’ai trouvé cet exposé très drôle et très profond à la fois. Je retiendrai particulièrement la définition par récurrence des mathématiques : “Chacun doit trouver sa définition des mathématiques en pratiquant les mathématiques” ainsi que la double discontinuité de Klein. À propos de cette dernière, je pense avoir un début d’explication : la plupart2 de mes camarades de faculté qui ont choisi de passer les concours d’enseignement ne faisait qu’apprendre par cœur leurs cours ainsi que leurs exercices sans véritablement chercher à comprendre ce qu’ils faisaient. Pas étonnant donc qu’ils aient oublié les mathématiques qu’ils avaient faites en faculté une fois revenus au lycée. Ils apprennent le programme de l’éducation nationale par cœur une fois de plus et le recrache tel quel à leurs élèves. Le seul avantage de ce genre de professeur, c’est qu’ils sauront vous faire développer des techniques très efficaces pour réussir les examens. Par contre, pour vous aider à augmenter vos capacités de réflexions et à développer votre imagination, c’est une toute autre histoire…

Personnellement, je retiendrai surtout cette phrase : “Être enseignant en maths, c’est accepter de répondre à de nombreuses questions qui ne sont pas fatalement des problèmes  de maths.” Je pense que cette assertion vaut pour tout type de matière. Et ce n’est pas les quelques échanges qui s’en sont suivis sur twitter avec Claire Placial, David Monniaux, Scons Dut et A. qui diront l’inverse :

 

IMG_7967

Günter M. Ziegler

Continue la lecture

  1. Non, ce n’est pas celui qui a une grosse moustache avec des grosses lunettes de soleil et qui chante des “Tra la la”. Non, ce n’est pas lui, pas la peine d’insister. []
  2. Je dis bien la plupart et non pas tous. []

[ICM 2014] Jour 6 : Jean-Pierre Bourguignon et Cédric Villani, again

(Vous ne vous trompez pas, vous êtes bien au 6ème jour de l’ICM et non au 5ème bien que les protagonistes d’aujourd’hui soient les mêmes que ceux d’hier… Vous me suivez ?)

Le programme de cette journée était beaucoup moins chargé que celui de la veille. Il commençait doucement à 17h avec, pour ma part, un exposé très intéressant de Zeev Rudnick sur l’équivalent de l’hypothèse de Riemann pour les polynômes sur les corps finis et, pour Stéphanie,  l’exposé de Jean-Pierre Bourguignon : “The life of a mathematician may have several sides”. Je ne vais pas me lancer dans une explication du sujet de Rudnick car il était un peu technique mais je peux au moins vous dire que c’est un très bon orateur. Au moins, son exposé était compréhensible par tous les mathématiciens entraînés.

IMG_7966

Jean-Pierre Bourguignon – The life of mathematician may have several sides

De mon côté, j’ai donc été écouter Jean-Pierre Bourguignon. Lui aussi est un excellent orateur. Et quelle carrière ! Ça laisse rêveur. Jean-Pierre Bourguignon nous a expliqué ce qui l’a mené à devenir mathématicien : au final, ce n’est qu’une question de rencontres. La première, décisive, fut son professeur de mathématiques dans le secondaire (à l’époque collège et lycée étaient dans le même établissement) : il s’agissait de monsieur Lemaître. Un homme fantastique qui enseignait excellemment bien les mathématiques. S’en est suivie une longue liste d’énumération de noms de mathématiciens que je ne peux malheureusement pas vous retranscrire ici puisque Jean-Pierre Bourguignon ne nous en montrait que les portraits (et comme je ne suis pas mathématicienne, voir un portrait et n’entendre que le nom ne me permet pas de bien l’orthographier). Il a rejoint le CNRS en 1969, âgé de 21/22 ans. Je vous avoue que sur le coup, j’ai cru que j’avais très mal compris. Mais si ! 21 ans au CNRS ! Je me suis alors souvenue du parcours du directeur de thèse de Florian, François Rodier et de mon propre directeur de thèse, Christian Bromberger. Oui, clairement, c’était une toute autre époque. J’ai trouvé cela formidable en même temps que j’ai profondément et soudainement été bien triste : comment a-t-on pu en arriver là ? Comment se fait-il qu’aujourd’hui il soit si difficile d’obtenir un poste et surtout que tout le monde fasse comme si cela était devenu normal d’en passer par là. Je ne trouve pas cela normal du tout. Je n’ai pas non plus envie de donner dans le nostalgique “c’était mieux avant” : je m’interroge surtout sur le fait qu’on ait pu en arriver là, à cette difficulté de trouver un emploi dans la recherche1 et qu’on ait laissé faire ou plutôt qu’on ait rien fait pour y remédier. Franchement, n’y a-t-il eu personne qui se soit rendu compte à moment donné que tout cela partait à la dérive ? Bref… J’ai eu un petit coup de blues sur le coup, je vous l’avoue. Mais malgré cela, le discours de Jean-Pierre Bourguignon m’a conforté sur les bienfaits des rencontres : pour lui, ce fut aussi, par exemple avec James Simons qui lui offrit un poste à Stony Brooks. Du coup, cette histoire m’a apporté une autre lumière sur James Simons. Dans le fond, je pense que malgré sa notoriété et sa richesse, il est resté profondément mathématicien. Et je crois, n’en déplaise à certaines personnes, que les dons réalisés pour subvenir aux mathématiques sont sincères2. Après tout, il a les moyens de pouvoir aider la recherche à sa façon : une façon qui ne plaît pas à tout le monde3 mais il fait4 ! Pour en revenir à Jean-Pierre Bourguignon, chacune de ces rencontres lui a permis d’accéder à de nouveaux postes, de voyager, etc. Puis, après le travail de recherche de mathématicien, il a aussi décidé de s’investir dans la communication scientifique : il a rejoint différentes communautés mathématiques pour cela comme l’IMU, le CIRM, l’ERC (dont il est le président actuel), etc. 

Continue la lecture

  1. Et je ne parle pas même pas des salaires : la précarité de l’emploi dans la recherche n’est pas un mythe. []
  2. Bien que l’homme ne soit jamais tout noir ou tout blanc. Mais je ne vais pas me lancer dans la théorie du don, du contre-don et encore moins du cadeau et du plaisir d’offrir, etc. Ce n’est pas le propos aujourd’hui et ce serait beaucoup trop long en ndbp. []
  3. Mais de toutes façons, on ne peut pas plaire à tout le monde. []
  4. Car oui, messieurs, dames, au risque de vous choquer, il pourrait aussi ne rien faire et ne rien donner du tout. []

Carnets de recherche